APPLICATION/ REQUETE N° 8261/78 Richard KOFLER v/ITALY Richard KOFLER c/ITALI E DECISION of the 8 July 1981 on the admissibility of the application DÉCISION du 8 juillet 1981 sur la recevabilité de la requêt e Article 6, paragraph I of the Convention : As regards the right of the accused to be tried within a reasonable time, the dies a quo of the length to be considered is that on which his situation has been affected by the proceedings instituted against him and the dies ad quem the day on which he ceased to be affected by these proceedings. Does the accused's flight abroad put a term to the period to be considered ? Wlrere the beginning of the length to be considered falls outside the competence of the Commission ratione temporis, the tatter, in assessing the reasonable character of the subsequent length, takes into account the state of the proceedings on the date on which it became cornpetent . Recall of factors serving to assess the reasonable character of the length of crintinal proceedings . Article 26 of the Convention : In the remedies which the person who complains about the length of criminal proceedings instituted against hinr must have exhausted are irtcluded neither the proceedings nor complaims directed against a judge personaltv and without direct effect on the proceedings, nor the measures which that accused can take in order to accelerate the proceedings . Article 6, paragraphe 1, de la Convention : Quant au droit d'un accusé à étre jugé dans un délai raisonnable. le dies a quo de la durée à prendre en considération est celui où sa situation a été affectée par les poursuites dirigées contre lui et le dies ad quem celui où elle a cessé d'étre affectée par ces poursuites. La fuite de l'accusé à l'étranger marque-t-elle le terme de la durée à prendre en considération ? Lorsque le début de la durée à prendre en considération est hors de la compétence ratione temporis de la Commission, celle-ci tient compte de l'éta t - 157 - où se lrouvait la procédure à la date où elle est devenue compétente, dans l'appréciation du caractère raisonnable de la durée ultérieure . Rappel des éléments servant à apprécier la durée d'une procédure pénale . Article 26 de la Conventfon : Les recours que doit avoir exercés celui qui se plaint de la durée d'une procédure pénale dirigée contre lui n'incluent ni les actions ou plaintes dirigées contre un juge personnellement et sans effet direct sur la procédure, ni les mesures qu'un accusé peut prendre pour accélérer le déroulemeru de la procédure . THE FACTS (français : voirp. 170) The facts of the case may be summa rised as follows : The applicant is an Italian citizen, bom in 1930 at Appiano/Eppan (Italy) and at present residing in Innsbruck (Austria) . In the proceedings before the Commission he is represented by Mr G . Gluderer, a lawyer practising in Bolzano/Bozen (Italy). 1 . On 9 September 1966 at about 11 .20 a.m . a heavy explosion almost completely destroyed the barracks of the Italian financial police at Malga Sasso/Steinalm near the Brennero/Brenner . Two financial guards were killed immediately, and a third died later in the hospital at Vipiteno/Steraing . Three other financial officers were seriously injured . Most of the 60 cm thick walls of the barracks collapsed . The roof was partly blown away . An important part of the ammunition which was kept in the barracks was destroyed . In particular, a box containing 64 hand grenades exploded . Investigation 2 . A short time after the explosion units of public security authorities (carabinieri) and the financial police (guardie de finanze) arrived at Malga Sasso/Steinalm as well as the Public Prosecutor of the Regional Court at Bolzano/Bozen . Investigations were carried out as to the cause of the explosion . The carabinieri instmcted Mr Ciabattoni, and the financial police Mr loimo, to establish expert opinions. In addition, on 9 September 1966 a team of three experts was given instructions to make a report concerning the military and logistic situation of the barracks at the moment of the explosion . The police and the prosecutor spoke of an attack of South Tyrol terrorists . Mr Ciabattoni, who had carefu0y examined the place and centre of the explosion stated on 10 September 1966 that he had not discovered any explosive charge or parts of a detonation device . On 10 September 1966 an expert was charged with the task of examining the bodies of the two victims who were killed on the spot. -158- On 12 September 1966 the Public Prosecutor at the Regional Court in Bolzano/Bozen instructed Mr Cerri to ascertain the cause of the explosion . On 23 September 1966 another expert was instructed to establish the cause of the death of the third victim . Mr Cerri was put on oath on t October 1966 by the Public Prosecutor at Bolzano/Bozen and attended the taking of depositions from members of the financial police. Investigations were also carried out with regard to other terrorist acts which were contmitted in that area since 1963 . Between 11 and 13 October 1966 several persons were arrested being suspected of having had contacts with a fugitive terrorist. They were all accused of political conspiracy. On 13 October 1966 the applicant was arrested . According to the procès-verbaux established by the police, he was interrogated during the night from 13 to 14 October 1966 and twice on 14 October 1966. He denied having participated in the attack . However, during an interrogation at 2.15 p .m. on 15 October 1966 the applicant declared that he and three other men had attacked the barracks of the financial police at Malga Sasso/Seinalm . Interrogated by the Public Prosecutor on the same day, the applicant confirmed his confession giving further details of the events . On 16 October 1966 in accordance with legal provisions then in force, he was exantined by a prison doctor. The examination showed him to be suffering from chronic bronchitis and a swollen liver . No sign of recent injury was found . On 19 October 1966 the Public Prosecutor interrogated the applicant again . The applicant not only confirmed his former statements but declared that the same person who had placed the explosive charge in the barracks at Malga Sasso/Steinalm had also attacked the barracks at Forcella di Porto on 3 October 1965 . On the same day a warrant of arrest was issued against the applicant . On 20 October 1966 the Public Prosecutor transmitted the files to the investigating judge at the Regional Court of Bolzano/Bozen who at 3 .30 p.m. interrogated the applicant. The applicant revealed further new facts . At 5.20 p .m . he confirmed his confession explaining the reasons for his action, in particular referring to alleged discriminatory treatment applied by the Italians to the patriots of South-Tyrol . On 21 October 1966 at 9 .25 a.m. the applicant was again interrogated by the investigating judge . For the first time he referred to having suffered ill-treatment during the interrogations by the police. He delared that he was tied, lifted up and given salt water to drink. In general terms he indicated that he had an alibi which could be confirmed by Austrian witnesses . On the same - 159 - day. on being interrogated a second time by the investigating judge, the applicant denied having participated in the action at Malga Sasso/Steinalm . Later he stated that when interrogated by the Public Prosecutor he had not dared to revoke his confessions fearing further ill-treatment by the police . On 22 October 1966 the applicant indicated that he could give the names of witnesses for his alibi . In a report of the carabinieri dated 23 October 1966 it was stated that the applicant had committed a massacre . On 15 December 1966 the applicant requested permission to be heard by the investigating judge . He declared that the carabinieri had burned his lips with cigarettes, thrown him against a wall and slapped his face. Later he stated that the carabinieri had blown smoke into his nose and tied up his wrists and ankles before beating him in order to avoid exterior signs of illtreatment. This treatment took place during the night from 14 to 15 October 1966 . As a result of these allegations, criminal charges for defamation were brought against the applicant . 4. By a decision of 7 January 1967 the investigating judge nominated a team of experts to investigate the cause of the explosion at Malga Sasso/Steinalm. When the experts were put on oath on 13 January 1967 the defence proposed Mr Alois Massak from Vienna as private expert . In their written report dated 15 April 1967 the experts concluded that the explosion was undoubtedly of pre-meditated origin and not a result of accident . The damage to the barracks at Malga Sasso/Steinalm had not only been caused merely by the explosion of the ammunition which was kept there . The expert of the defence came to the opposite conclusion . He declared that the experts nominated by the investigating judge had not submitted any evidence showing the existence of an explosive device or timing mechanism . Furthermore, the question whether the explosion of the hand grenades had been caused by the activities of one of the victims had not been examined . Nor had the question whether the explosion of 9 to 11 kg . of T.N.T. as supposed by the expert team, would not have caused the immediate death of the third victim as well. S . By a decision of 9 March 1968 the investigating judge closed the investigations and sent the case to trial before the Court of Assizes at Bolzano/ Bozen . The applicant was indicted of having committed a massacre at the barracks of the financial police at Malga Sasso/Steinalm. of political conspiracy, of an attack on the territorial integrity of the State and of defamation . Moreover, twelve other persons were indicted of similar crimes in connection with the explosion at Malga Sasso/Steinalm and numerous other territorists acts committed between 1964 and 1966 . - 160 - 6 . On 17 April 1968 the General Prosecutor at Trento/Trient requested the Supreme Court of Cassation in Rome to designate another Court for reasons of public security. The Supreme Court of Cassation designated as trial court the Court of Assizes of Milan . Proceedings before the Milan Court of Assizes 7 . The trial before the Milan Court of Assizes started on 3 February 1969 . The defence immediately made various different preliminary requests and objections to the proceedings . In particular, they requested the interrogation of witnesses on the applicant's behalf as proposed in a request dated 20 January 1969, and alleged the nullity of the expert opinions on the ground that the rights of the defence had been violated during the investigations . These requests were rejected by the Court . During the proceedings serious altercations between the defence and the prosecution took place . However, several witnesses of the defence were heard as well as the experts nominated by the defence. 8 . By its jugntent of 27 March 1969 the Court of Assizes convicted the applicant on a count of political conspiracy and sentenced him to two years' and four months' imprisonment . However. the applicant was acqui tted of having contmitted a massacre for insufficient evidence (insufficienza di prove) . Furtherntore, the Court ordered the applicant's release . The applicant has since been free. I Appeals and proceedings before the Milan Appeal Court of Assize s The Public Prosecutor and the General Prosecutor of Milan as well as the applicant and the other accused persons appealed against this judgment . 9. The appeal trial started on 24 June 1970 before the Milan Appeal Court of Assizes. The accused who were represented by their lawyers did not appear themselves and were declared absent . Following the formal opening of the trial and the reading of the indictment the applicant's lawyer pleaded the nullity of the appeal lodged by the prosecution and the summons on the ground that they had been notified in Italian without a German translation . 10 . On 25 June 1970 the Court decided that the summons was null without deciding on the other appeals . The trial was adjourned . 11 . A hearing fixed on 31 October 1970 was adjoumed because one of the defence counsel could not appear (impedimento parlamentare) . At the hearing of 10 February 1971 nobody appeared as a result of a barristers' strike . - 161 - .12 . At the hearing of 11 October 1971 the defence again pleaded nullity and consequently non-existence of the appeal lodged by the prosecution . By a decision of the same date the Milan Appeal Court of Assizes rejected the plea of nullity. 13 . It appears from the judgment of the Court of Appeal that at this moment the defence, not confining themselves to legal arguments alone, protested against this decision . The Court said that their aggressive spirit had pushed them "seduta stante" to appeal against this decision and to request the suspension of the proceedings and the transmission of the files for a decision by the Court of Cassation . The Court having rejected these requests as manifestly ill-founded under the procedural law in force, the defence immediately lodged a further appeal against this decision . 14 . At the request of the defence the Milan Appeal Court of Assizes ordered a further expert opinion on 22 October 1971 and sent the files to the investigating judge at the Court in Milan . 15 . The investigating judge first tried to obtain further information with regard to the examination of the bodies of the victims and addressed himself to several authorities in order to be given the plans and other documents conceming the construction of the barracks at Malga Sasso/Steinalm, which was built in 1937 . 16 . On 10 April 1972 he nominated three experts . On 3 May 1972 he informed these experts and three experts proposed by the defence of the questions they were to examine and 16 June 1972 was fixed as the date for the beginning of the expert investigations . On 6 July 1972, at the request of the defence, a further expert was nominated . From this moment onwards the experts successfully made numerous requests to be granted extensions of time limits . The original time limit of 90 days was finally extended to approximately three years . 17 . By a letter of 29 January 1975 the President of the Milan Court asked the investigating judge to explain the very long delay in the carrying out of the expert opinion and the submission of information as requested by the President of the Milan Appeal Court of Assizes . 18 . In a note of 30 January 1975, the investigating judge gave i .a . the following explanations : - In order to facilitate the investigation at Malga Sasso/Steinalm . on 6 September 1972, a commander of the financial police at the Brennero/ Brenner was requested to assist the experts ; - On 29 September 1972 the investigating judge asked the Ministry of Defence to authorise the experts to have access to the experimental centre at Nettuno in order to carry out experiments with three boxes of hand grenades ; - 162 - - On 23 October 1972 the Ministry of Defence ordered these boxes of hand grenades to be put at the disposal of the experimental centre at Nettuno ; - By a note of 2 November 1972 the competent military authorities in Rome were asked to send urgently three boxes of hand grenades to the experimental centre at Nettuno ; - On 9 November 1972 that centre transmitted the request to the experimental centre at Santa Severa to which the hand grenades should be transmitted ; - On 10 November 1972 the military authorities in Rome were informed that, according to previous agreements, the material required for the experiments should be sent to the experimental centres at Santa Severa and Nettuno ; - On 30 November 1972 the Ministry of Defence authorised the experts to have access to the experimental centre at Nettuno ; - By a note 18 November 1972 the experimental centre at Nettuno stated that the three boxes of hand grenades had arrived at Santa Severa ; - By a note of 4 December 1972 the Ministy of Defence informed the experimental cen[re at Nettuno that the unitary price of the three boxes of hand grenades antounted to 101 736 Lire and that for the payment a direct agreement with the Ministry of Justice should be reached ; - By two notes of 16 December 1972 and 18 January 1973 the Ministry of Justice stated that the court should bear the costs of the material ; - The experimental centre at Nettuno (by a letter of 31 January 1973) requested the investigating judge to transfer a sum of 305 210 Lire to their postal account for the payment of three boxes of handgrenade s - The investigating judge appointed an interpreter ; - By a note of 1 August 1973 the Ministry of Defence requested the investigating judge to transfer the money ; - On 16 January 1974 ; after a first extension of the time-limit (on 20 October 1972), the investigating judge granted another extension of the time-limit at the request of the experts ; - On 13 March 1974 the payment was registered - By his note of 13 November 1974 the investigating judge insisted that authorisation be given to the experts to have access to the Santa Severa barracks . - Finally, on 3 December 1974 the Ministry of Defence authorised the experts to have access to the military area of Santa Severa . 19 . Furthermore the investigating judge stated in .his note - that he had made considerable efforts in order to accelerate the proceedings, in particular with regard to two requests made by the President of the Appeal Court of Assizes ; - 163 - - that on 5 January 1975, worried about the long period having gone by . he had intervened personally with the experts an d - that, with great difficulty, he succeeded in obtaining the appearance of one of the experts in his office, another expert having been for a long time in the United Kingdom, and was promised he would receive an expert opinion in one month's time . 20 . On 17 March 1975 one of the official experts explained to the investigating judge that he had had difficulties in contacting the other experts . With regard to the experiments which should have been carried out on 13 and 14 February 1975, the Ministry of Defence had not put at their disposal the necessary material. He declared that the experiments would be carried out on 8 and 9 April 1975 . On 6 May 1975 the experts asked the investigating judge for a final extension of the time-limit until 30 June 1975 referring to difficulties in examining the voluminous documentation in Milan while they were residing and working in other towns. 21 . On 30 June 1975 the investigating judge informed the President of the Appeal Court of Assizes that the experts had finally submitted their report on 28 June 1975 after his various personal interventions . This report was immediately transferred to the defence. By a later letter (date illegible) the investigating judge sent to the President of the Appeal Court of Assizes the expert opinion. He regretted not having been able to indicate the amount of the money to be paid to the experts since they had not yet submitted their claims . However, after having received these claims he would transmit them in order to terminate this part of the proceedings for which in spite of his efforts an extremely long time has been spent . He stated that this delay had been caused to a certain extent by the adntinistrative formalities of the Ministry of Defence . 22 . The experts stated in their opinion that they had pa rtly re-constructed the barracks of the financial police at Santa Severa and had exploded a box of 64 hand grenades. The crater left by the explosion had been ten times smaller than at Malga Sasso/Steinalm . They concluded that the explosion of the hand grenades could not by itself have had such a devastating effect as was produced at Malga Sasso/Steinalm . Due to the disproportion between the explosion at Malga Sasso/Steinalm and at Santa Severa they did not deem if necessa ry to repeat the experiment with a completely reconstructed model of the barracks at Malga Sasso/Steinalm . The experts of the defence referring in their written submissions to the differences between the original barracks and the model at Santa Severa and to the different antount of ammunition which exploded at Malga Sasso/Steinalm contested the conclusion of the above expert opinion in writing . - 164- 23 . At the hearing on 14 January 1976 none of the accused, except one, appeared . The hearing did not start, since the Court appointed two substitute members of the jury . The applicant's lawyers contested this . At the request of the defence counsels who invoked other professional commitments, the next hearing was fixed on 23 January 1975 . At this hearing none of the accused was present . The beginning of the final debate on the merits of the case continued without being interrupted in spite of the appearance of the applicant . In accordance with the last paragraph of Article 50 1 of the Code of Criminal Procedure in no circumstances can the final debate be interrupted or re-started on the ground of the appearance of an accused who has been declared absent . With regard to the submission of the expert opinion the Court pointed out that it was difficult to understand how it was possible that on 3 December 1974 the Ministry of Defence had not yet authorised the experts and technical advisers to have access to the Santa Severa barracks when a ballistic experiment should have been carried out long before and that on 4 February 1975 the same Ministry had not yet attanged for the material which was required for this experiment and other experiments . The Court stated that the detailed description of the proceedings in its judgment (12 pages) had the purpose of explaining why judgment was given so late to the great discomfort of the Court . 26 . On 8 April 1976 the applicant and other accused persons appealed against the judgment of the Appeal Court of Assizes . On 16 December 1977 the Supreme Court of Cassation in Rome rejected these appeals as unfounded. One day before, on 15 December 1977 the applicant had gone to Austria . COMPLAINTS 27 . After the Commission's partial decision on the admissibility of the present application dated 11 October 1979', the only remaining complaint concerns the length of the crintinal proceedings against the applicant . In this connection the applicant invokes Article 6(I) of the Convention . SUMMARY OF THE PARTIES' SUBMISSIONS (Extracts) The respondent Governmen t 31 . The respondent Government subntit that the applicant has not exhausted dontestic reniedies because he had never raised the complaint based on the alleged violation of Article 6 (1) of the Convention before the Italian courts . * Noi published . - 165 - Although there is no special remedy under Italian law with regard to accelerating the proceedings, Article 6(l) of the Convention is part of Italian law and can be invoked before the courts . Furthermore, it is possible to challenge any inaction and unjustified delays on the part of a judge or other judicial organ by proposing to the conipetent national authorities to take appropriate steps in order to accelerate the proceedings . The applicant could have availed himself of the remedies under Article 328 of the Penal Code in connection with Articles 55 . 56 and 74 of the Code of Civil Procedure in each case of omission, refusal or unjustified delay of procedural acts on the part of a judge or anv mentber of the prosecution authorities . In accordance with Article 145 of the Code of Criminal Procedure the parties ntay request the competent judge to take action in the proceedings . Article 321 of the Code of Criminal Procedure provides that an expert who does not respect the instructions given by the judge or who is negligent in the accontplishment of his duties shall be substituted . Moreover, an expert could be fined 8,000 to 120 .000 Lire. However, the applicant has never done anything to avoid delays in the proceedings . The applican t 37 . The applicant submits that there were no remedies at his disposal under Italian law to expedite the proceedings and that those remedies mentioned by the respondent Governntent were no effective and sufficient remedies since they would not have provided redress for his complaint . In accordance with the jurisprudence of the European Court of Human Rights (e.g . in the Vagrancy case) the only remedies which Article 26 of the Convention requires to be exercised are those that are both available and sufficient in respect of the violation alleged . In the Deweer judgment of 27 February 1980 the European Cou rt of Human Rights confirmed this principle and held that Article 26 of the Convention does not go so far as to require the use of an indirect means of redress (para . 29 in fine). The remedies nientioned by the respondent Government, not being designed to accelerate criminal proceedings . would only lead to a conviction of the judge concerned under extremely theoretical conditions and would cause further delays . Moreover, there are no normal remedies . The applicant's lawyer once niade use of Article 328 of the Italian Penal Code . However, the proceedings were immediately discontinued and his relations with all the judges of the Court at Bolzano/Bozen deteriorated . -166- THE LAW 42. The applicant has complained that judgment was not given within a reasonable time on the criminal charges against him and alleges, in this connection, a violation of Article 6(1) of the Convention . 43 . The Conimission has first considered the respondent Government's submission that the applicant has never raised the complaint based on a violation of this provision with regard to the delay of the administration of justice in his case, before the Italian courts and thereby failed to exhaust domestic reniedies as required by Article 26 of the Convention . The Convention notes that, according to the respondent Government's subniissions, there is no special rentedy under Italian law designed to expedite criminal proceedings . On the other hand . the Governntent have mentioned a certain nuntber of legal provisions, in particular Article 328, of the Italian Criminal Code in connection with Articles 55, 56 and 74 of the Code of Civil Procedure and Articles 145 and 321 of the Code of Criminal Procedure . They have submitted that these are remedies calculated to prevent criminal proceedings from continuing for an excessive period of time . 44 . The question remains, however, whether these were remedies which the applicant was obliged to use under Arlicle 26 of the Convention . According to the case-law of the Commission and Court, an applicant must make use of those remedies which are effective and sufficient that is to say capable of providing redress for his contplaints (see, e .g . Application No . 712/60, Retimag v . Federal Republic of Germany, Collection 8. pp . 29, 38 ; Eur. Court H .R., De Wilde . Oonis and Versyp ("Vagrancy") cases, judgment of 18 June 1971, Series A . p . 33, para . 60). The Commission finds that the effects of the remedies indicated by the Government will concern the personal position of the responsible official but there will not be any direct and immediate consequence for the proceedings which have given rise to make use of them . In the Commission's opinion the Government have therefore failed to show that the remedies referred to by them can be considered as effective rentedies within the meaning of Article 26 of the Convention which the applicant in the present case would have been obliged to take . 45 . Moreover, where an applicant complains that he has not been tried within a reasonable time on a criminal charge, Article 26 does not require as a general rule that he should hintself have taken steps to accelerate the proceedings . The conduct of such proceedings is the responsibility of the competent prosecuting and judicial authorities and there is no obligation on the accused person to co-operate in them (see e .g. Applications No. 4517/70 . Huber v. Austria. Report of the Conimission, DR 2, p. 27, 110 ; No. 8130/78, Eckle v. Federal Republic of Gerntany, Report of the Commission, p . 48, para. 190). - 167 - An accused person may well feel that it is not desirable or advantageous to accelerate a case against himself and if he chooses not to use procedural remedies which might have this effect this cannot bar him, either under Article 6 itself or Article 26, from complaining subsequently that the proceedings have lasted an unreasonable length of time .InthesecircumstancestheCommissionconsidersthattheapplican t must be considered as having contplied with the requirentent as to the exhaustion of dontestic remedies under Article 26 of the Convention . 46 . The only remaining issue which must be examined by the Commission at this stage of the proceedings is the question whether or not the applicant's complaint is manifestly ill-founded . 47 . According to the jurisprudence of the European Court of Human Rights and of the Commission, the period which must be taken into consideration for the purposes of Article 6(1) of the Convention begins at the time when initial charges are brought against the accused and ends when judgment is given on the merits of those charges in the form either of an acquittal or a conviction (cf. Eur. Court H .R . . Neumeisterjudgment of 27 June 1968, paras . 18 and 19) . 48 . As regards the exact time from which the applicant must be deemed to be charged . within the meaning of Article 6(1) of the Convention, the Commission has taken the moment when the situation of the person concerned was substantially affected as a result of the suspicion against him (Huber Report, ibid. p . 20, para . 67) . This situation has been held clearly to exist where the person has been arrested and remanded in custody on the suspicion of having conintitted a criminal offence . In the present case, the applicant was arrested on 13 October 1966 . However, on this point, the Commission must bear in mind that Italy has recognised its competence to examine applications submitted under Article 25 of the Convention only in so far as they relate to acts, decisions, facts or events subsequent to 31 July 1973 . Consequently, the Commission is not competent, ratione tentporis, to examine as such the length of the criminal proceedings brought against the applicant, for the whole of the period prior to 1 August 1973 . 49 . As to the termination of the period under Article 6(1) . the Commission has previously held that the same general principle as that governing the beginning of the period should apply to the ending of that period in the sense that the period lasts until the situation of the person concerned has ceased to be affected as a result of the charges levelled against him (Huber Report, ibid . p. 21, para. 73). This is normally the case when criminal charges are determined by an aquittal or a conviction, even if this decision is reached on appeal by a court which pronounces upon the merits of the charge (cf . for example Eur. Court H .R., Ktinig judgment of 28 June 1978, para . 98 with further references). - 168 - By a judgment of 16 December 1977 the Supreme Court of Cassation terminated the criminal proceedings brought against the applicant by rejecting the applicant's grounds of appeal regarding his conviction and sentence . On the other hand, it must be taken into account that the applicant left his country during the proceedings. The question therefore arises whether by leaving Italy his situation has ceased to be affected as a result of the c riminal charges against him . However this question cannot be answered at this stage of the proceedings and should require an examination of the merits of the case . SO . The reasonableness of the duration of proceedings covered by Article 6(1) of the Convention must be assessed in each case according to its circumstances. When enqui ring into the reasonableness of the duration of c ri minal proceedings, the Court and the Commission have had regard, inter alia, to the coniplexity of the case, to the applicant's conduct and to the manner in which the matter was dealt with by the adniinistrative and judicial authorities (cf. Huber Report p . 22 para . 83 and Eur . Court H.R ., KBnig judgment of 28 June 1978 . para. 99 with further references) . None of these elements is conclusive in itself but they are factors in the case which might explain the length of the particular crintinal proceedings concerned . In the end the Cotnntission niust evaluate, in the light of all these factors together . the total period under examination in order to determine whether or not it was reasonable within the meaning of A rticle 6(1) of the Convention . Sl . As regards the assessment of the reasonableness of the length of the crintinal proceedings against the applicant, the Commission notes that these proceedings have been in progress for many years . The Commission points out in this connection that, while it cannot examine the length of proceedings prior to I August 1973 (see above), it must nonetheless take into account the progress niade in the proceedings by that date in order to assess the reasonableness of their subsequent duration (see, mutatis mutandis . in respect of Article 5(3) of the Convention, application No. 7438/76, Ventura v . Italy. D.R. 12, p. 38) . Bearing the foregoing in niind, the Contmission considers that the elements in its possession make it impossible to reject the present complaint as manifestly ill-founded within the nteaning of Article 27(2) of the Convention, and that the application raises complex problems and requires a detailed examination of its merits . The Comntission now, therefore, without prejudging the merits . DECLARES THE APPLICATION ADMISSIBLE. - 169 - (TRADUCTIOM EN FAIT Les faits de la cause peuvent se résunter comme suit : Le requérant . de nationalité italienne, né en 1930 à Appiano/Eppan (Italie) . est actuellentent donticilié à Innsbruck (Autriche) . Dans la procédure devant la Commission, il est représenté par M° G . Gluderer, avocat à Bolzano/ Bozen (Italie) . 1 . Le 9 septembre 1966, à 11 h 20 environ, une forte explosion a presque entièrement détruit la caserne de la police financière italienne à Malga Sasso/ Steinalm près du col du Brennero/Brenner . Deux gardes financiers ont été tués sur le coup et un troisième est décédé ultérieurement à l'hôpital de Vipiteno/Steraing . Trois autres gardes financiers ont été grièvement blessés . Les niurs de la caserne, épais de 60 cm, se sont pour la plupart effondrés . Le toit a été en partie soufflé. Une bonne partie des munitions qui étaient consmées à la caserne a été détruite . Une caisse notamment, qui contenait 64 grenades à main, a explosé . Enqu@le 2 . Peu après l'explosion, des unités des forces de sécurité publique (carabinieri) et la police financière (guardie de finanze) sont arrivés à Malga Sasso/Steinalm . de même que le procureur près le tribunal de grande instance de Bolzano/Bozen. Des recherches ont été entreprises pour déterminer les causes de l'explosion . Les carabinieri ont chargé M . Ciabattoni, et la police financière M. Loimo, de procéder à des expertises. En outre . le 9 septembre 1966, une équipe de trois experts a été chargée de faire rapport sur la situation ntilitaire et logistique de la caserne au ntoment de l'explosion . La police et le procureur ont évoqué la possibilité d'un attentat commis par des terroristes du Tyrol du Sud . Après avoir examiné attentivement les lieux et le foyer de l'explosion, M. Ciabattoni a déclaré le 10 septembre 1966 n'avoir découvert ni charge explosive, ni trace d'un appareil détonateur . Le 10 septentbre 1966, un expert a été chargé de procéder à l'autopsie des corps des deux victimes tuées sur le coup . Le 12 septembre 1966, le procureur près le tribunal de grande instance de Bolzano/Bozen a chargé M . Cerri de déterminer les causes de l'explosion . Le 23 septentbre 1966, un autre expert a été chargé d'établir la cause du décès de la troisième victime . Le 1- octobre 1966 . M . Cerri a prêté serment devant le procureur près le tribunal de grande instance de Bolzano/Bozen et a assisté à l'enregistrement des dépositions des membres de la police financière . - 170 - Une enquête a également été menée sur d'autres actes de terrorisnte commis dans cette région depuis 1963 . Entre le 11 et le 13 octobre 1966, plusieurs personnes soup çonnées d'avoir été en rapport avec un terroriste en fuite ont été arrêtées . Toutes ces personnes ont été inculpées de conspiration politique . 3 . Le 13 octobre 1966, le requérant a été arrêté. Selon les procès-verbaux de la police, il a été interrogé durant la nuit du 13 au 14 octobre 1966 et, à deux reprises, le 14 octobre 1966 . II a nié avoir participé à l'attentat . Toutefois, au cours d'un interrogatoire . le 15 octobre 1966 à 14 h1S, il a déclaré que lui-ntéme et trois autres hommes avaient attaqué la caserne de la police financière à Malga Sasso/Steinaim . Interrogé par le procureur le même jour, le requérant a confirmé ses aveux en fournissant d'autres détails sur les événentents . Le 16 octobre 1966, conformément aux dispositions légales alors en vigueur . il a été examiné par un médecin des prisons . L'examen a fait apparaître qu'il souffrait de bronchite chronique et d'une hypertrophie du foie. Aucune trace de blessures récentes n'a été relevée . Le 19 octobre 1966, le procureur a interrogé à nouveau le requérant. Celui-ci a non seulement confirmé ses déclarations antérieures, mais encore précisé que la personne qui avait placé la charge explosive dans la caserne de Malga Sasso/Steinalm avait également commis un attentat contre la caserne de Forcella di Porto le 3 octobre 1965 . Le même jour, un mandat d'arrêt a été délivré contre le requérant . Le 20 octobre 1966, le procureur a communiqué le dossier au juge d'instruction près le tribunal de grande instance de Bolzano/Bozen, qui a interrogé le requérant à 15 h 30 . Celui-ci a révélé de nouveaux faits . A 17 h 20, il a confirmé ses aveux en exposant les ntotifs de son geste, et en faisant valoir plus pa rticulièrement le trailentent discriminatoire auquel les Italiens soumettraient les patriotes du Tyrol du Sud. Le 21 octobre 1966 à 9 h 25 . le requérant a été interrogé à nouveau par le juge d'instruction . Pour la prentière fois, il a signalé avoir subi de ntauvais traitements durant ses interrogatoires par la police . Il a déclaré qu'on l'avait ligoté, soulevé et qu'on lui avait donné à boire de l'eau salée . En termes généraux, il a indiqué qu'il avait un alibi que des témoins autrichiens étaient en mesure de confirmer. Le même jour, au cours d'un deuxième interrogatoire devant le juge d'instruction, il a nié avoir participé à l'attentat contre la caserne de Malga Sasso/Steinaim. Ultérieurement, il a déclaré que lorsque le procureur l'avait interrogé, il n'avait pas osé rétracter ses aveux de crainte d'être à nouveau maltraité par la police . Le 22 octobre 1966, il a signalé qu'il était en mesure de fournir les noms de ténioins pouvant confirmer son alibi . Dans un rappo rt des carabinieri daté du 23 octobre 1966. il a été affirmé que le requérant avait commis un assassinat collectif . - 171 - Le 15 décembre 1966, le requérant a demandé l'autorisation d'être entendu par le juge d'instruction . Il a déclaré que les carabinieri lui avait br0lé les lèvres avec des cigarettes . l'avaient projeté contre un mur et frappé au visage. Par la suite, il a indiqué que les carabinieri lui avaient insufflé de la fumée dans le nez et lui avaient lié les poignets et les chevilles avant de le battre afin d'éviter tout signe extérieur de mauvais traitements . Ces sévices lui auraient été infligés durant la nuit du 14 au 15 octobre 1966 . A la suite de ces allégations, le requérant a été inculpé de diffamation . 4 . Par décision du 7 janvier 1967, le juge d'instruction a constitué une équipe d'experts chargés de déterminer les causes de l'explosion à la caserne de Malga Sasso/Steinalnt . Lorsque les experts ont prêté serment, le 13 janvier 1967, la défense a proposé M . Alois Massak, de Vienne, comme expert privé . Dans leur rapport écrit daté du IS avril 1967, les experts ont conclu à une origine incontestablement préméditée, et non pas accidentelle, de l'explosion . Les dommages causés à la caserne de Malga Sasso/Steinalm n'étaient pas uniquenient dus à l'explosion des munitions qui s'y trouvaient . L'expert de la défense est arrivé à des conclusions opposées . II a déclaré que les experts désignés par le juge d'instruction n'avaient pas apporté la moindre preuve de l'existence d'une charge explosive ou d'une minuterie . Qui plus est, la question de savoir si l'explosion des grenades à main était imputable aux activités d'une des victimes n'avait pas été examinée, ni d'ailleurs celle de savoir si l'explosion de 9 à 11 kg de TNT, dont l'équipe d'experts avait supposé la présence, n'aurait pas aussi tué sur le coup la troisième victime. 5 . Par décision du 9 mars 1968, le juge d'instruction a déclaré l'instruction close et renvoyé l'affaire devant la cour d'assises de Bolzano/Bozen . Le requérant était accusé d'assassinat collectif à la caserne de la police financière de Malga Sasso/Steinalnt, de conspiration politique, d'atteinte à l'intégrité territoriale de l'Etat et de diffamation . Par ailleurs, douze autres personnes étaient inculpées de crimes analogues en rapport avec l'explosion de Malga Sasso/Steinalm ainsi qu'avec de nombreux autres actes de terrorisme commis entre 1964 et 1966 . 6 . Le 17 avril 1968, le procureur général de Trente a demandé à la Cour de cassation à Rome de désigner un autre tribunal pour des raisons de sécurité publique . La Cour de cassation a désigné comme juridiction de jugement la cour d'assises de Milan. Procédure devant la cour d'assises de Milan 7 . Le procès devant la cour d'assises de Milan s'est ouvert le 3 février 1969 . La défense a immédiatement soulevé diverses questions préjudicielles et exceptions préliminaires . Elle a notantment demandé l'audition de témoins à dé- -172- charge . comme elle l'avait proposé dans une requête datée du 20 janvier 1969, et a allégué la nullité des conclusions des experts au ntotif que les droits de la défense avaient été violés durant l'enquête . La cour a rejeté ces demandes . Au cours des débats, de vives altercations ont opposé la défense et le parquet . Plusieurs téntoins à décharge ont toutefois été entendus, ainsi que les experts désignés par la défense . 8 . Dans son arrêt du 27 mars 1969, la cour d'assises a déclaré le requérant coupable de conspiration politique et l'a condamné à deux ans et quatre mois de prison. Le requérant était par contre acquitté, faute de preuves (insufficienza di prove), du chef d'assassinat collectif. Par ailleurs, la cour a ordonné la mise en liberté du requérant . Depuis cette date, le requérant est libre . Appels et procédure devant la cour d'assises d'appel de Mila n Le procureur et le procureur général de Milan ainsi que le requérant et ses coaccusés ont interjeté appel contre cet arrét . 9 . Le procès d'appel s'est ouvert le 24 juin 1970 devant la cour d'assises d'appel de Milan . Les accusés, qui n'ont pas comparu en personne et s'étaient fait représenter par leurs avocats, ont été déclarés contumax . Après l'ouverture des débats et la lecture de l'acte d'accusation, l'avocat du requérant a plaidé la nullité de l'appel interjeté par le parquet ainsi que de la citation à comparaître, au motif qu'ils lui avaient été signifiés en italien sans être accompagnés d'une traduction en allemand . 10. Le 25 juin 1970, la cour a prononcé la nullité de la citation à comparaître, en réservant sa décision sur les autres appels . Les débats ont été ajournés. Il . Une audience fixée au 31 octobre 1970 a été reportée . l'un des avocats de la défense ayant eu un empêchement (impedintento parlamentaré) . A l'audience du 10 février 1971, personne n'a comparu, par suite d'une grève des avocats . 12 . A l'audience du 11 octobre 1971, la défense a une nouvelle fois plaidé la nullité et, partant, l'inexistence de l'appel interjeté par le parquet . Par décision du mênte jour, la cour d'assises d'appel de Milan a rejeté l'exception de nullité. 13 . 11 ressort de l'arrêt de la cour d'appel qu'à ce moment, la défense ne se bornant pas à une argumentation exclusivement juridique, a protesté contre cette décision . La cour a déclaré que leur agressivité les avait poussés . seduta stanle » à se pourvoir contre elle et à demander la suspension des débats et l a - 173 - transmission du dossier à la Cour de Cassalion . La Cour ayant rejeté ces demandes comme nianifestement mal fondées en vertu des règles de procédure en vigueur, la défense a intntédiatement introduit un nouveau recours contre cette décision. 14 . A la demande de la défense, la cour d'assises d'appel de Milan a, le 22 octobre 1971, ordonné une nouvelle expertise et transmis le dossier au juge d'instruction de Milan . 15 . Le juge d'instruction a d'abord tenté d'obtenir des renseignements supplémentaires concemant l'autopsie des corps des victimes, et il s'est adressé à diverses autorités pour obtenir les plans et autres documents relatifs à la construction remontant à 1937 de la caserne de Malga Sasso/Steinalm . 16 . Le 10 avril 1972 . il a désigné trois experts . Le 3 mai 1972, il a informé ces experts, ainsi que les trois experts proposés par la défense, des questions sountises à leur examen et a fixé au 16 juin 1972 la date de début de leurs investigations. Le 6 juillet 1972, à la requête de la défense, un nouvel expert a été désigné. A partir de cette date, les experts ont demandé et obtenu de nombreuses prorogations de délais . Le délai initial de 90 jours a en définitive été porté à 3 ans environ . 17 . Par lettre du 29 janvier 1975, le président du tribunal de Milan a prié le juge d'instruction de s'expliquer sur le retard considérable apporté aux opérations d'expertise et à la production des renseignements comme l'avait demandé le président de la cour d'assises d'appel de Milan . 18 . Dans une note du 30 janvier 1975, le juge d'instruction a donné notamment les explications suivantes : - Afin de faciliter le déroulement de l'enquête à Malga Sasso/Steinalm, il a été demandé le 6 septembre 1972 qu'un commandant de la police financière au Brennero/Brenner assiste les experts : - Le 29 septembre 1972, le juge d'instruction a prié le ministère de la Défense de bien vouloir autoriser les experts à se rendre au centre d'essais de Nettuno afin de procéder à des expériences nécessitant trois caisses de grenades à ntain : - Le 23 octobre 1972, le ntinistère de la Défense a ordonné que trois caisses de grenades à main soient mises à la disposition du centre d'essais de Netluno : - Par note du 2 novembre 1972, les autorités militaires compétentes de Rome ont été priées d'envoyer d'urgence trois caisses de grenades à main au centre d'essais de Nettuno : - Le 9 novembre 1972, ce centre a transmis la demande au centre d'essais de Santa Severa où les grenades à main devaient être envoyées ; - 174 - - Le 10 novembre 1972 . les autorités militaires de Rome ont été informées que, conformément à des accords antérieurs, le matériel nécessaire aux expériences devait être envoyé aux centres d'essais de Santa Severa et de Nettuno ; - Le 30 novembre 1972, le ministère de la Défense a autorisé l'accès des experts au centre d'essais de Nettuno ; - Par note du 18 novembre 1972, le centre d'essais de Nettuno a indiqué que les trois caisses de grenades à main étaient arrivées à Santa Severa ; - Dans une note du 4 décembre 1972, le ministère de la Défense a informé le centre d'essais de Nettuno que le prix unitaire des caisses de grenades à main était de 101 .736 lires et que pour le paiement, un accord devait être conclu directement avec le ministère de la justice ; - Dans deux notes datées respectivement du 16 décembre 1972 et du 18 janvier 1973, le niinistère de la Justice a indiqué qu'il appartenait à la cour de payer le prix du matérie l - Le centre d'essais de Nettuno a demandé au juge d'instruction (dans une lettre du 31 janvier 1973) de virer une somme de 305 .210 lires à son compte postal en paiement des trois caisses de grenades à mai n - Le juge d'instruction a désigné un interprète ; - Dans une note du 1 - août 1973, le ministère de la Défense a demandé au juge d'instruction de procéder au virement des fonds ; - Le 16 janvier 1974, au terme d'une première prolongation du délai (accordée le 20 octobre 1972), le juge d'instruction a accordé une nouvelle prorogation à la demande des expert s - Le 13 mars 1974 . le paiement a été enregistré - Dans une note du 13 novembre 1974, le juge d'instruction a demandé avec insistance l'autorisation pour les experts de pénétrer dans la caserne de Santa Severa ; - Enfin, le 3 décenibre 1974, le ministère de la Défense a autorisé les experts à pénétrer dans la zone militaire de Santa Severa . 19 . Le juge d'instruction a indiqué par ailleurs dans sa not e-qu'ilavaitdéployédeseffortsconsidérablespouraccélérerlaprocédure , notamntent en ce qui concerne les deux demandes présentées par le président de la cour d'assises d'appe l - que le 5 janvier 1975, inquiet de voir le temps passer, il était intervenu personnellement auprès des experts ; - que non sans difficultés il avait réussi à faire comparaître dans son bureau un des experts - un autre se trouvant en séjour prolongé au Royaume-Uni - qui lui avait promis que le résultat de l'expertise lui serait envoyé dans un délai d'un mois . - 175 - 20. Le 17 mars 1975 . un des experts officiels a fait part au juge d'instruction de ses difficultés pour entrer en contact avec les autres experts . S'agissant des expériences qui avaient été prévues pour les 13 et 14 février 1975, le ministère de la Défense n'avait pas mis à leur disposition le matériel nécessaire . L'expert ajoutait que l'expérience aurait lieu les 8 et 9 avril 1975 . Le 6 mai 1975, les experts ont sollicité du juge d'instruction une dernière prolongation du délai jusqu'au 30 juin 1975 en faisant valoir qu'il leur était difficile de venir consulter le volumineux dossier à Milan alors qu'ils résidaient et travaillaient dans d'autres villes . 21 . Le 30 juin 1975, le juge d'instruclion a informé le président de la cour d'assises d'appel qu'à la suite de diverses interventions de sa part, les experts avaient finalement remis leur rapport le 28 juin 1975 . Ce rapport a été immédiatement transmis à la défense . Ultérieurement (la lettre porte une date illisible), le juge d'instruction a adressé au président de la cour d'assises d'appel les conclusions de l'expertise, en exprimant son regret de ne pas être en mesure d'indiquer le montant des sommes à payer aux experts, ceux-ci n'ayant pas encore soumis leurs états de frais . Il ajoutait cependant qu'il les lui transmettrait dès leur réception, de façon à clore cette phase de la procé . dure qui . en dépit de ses efforts, avait trainé en longueur . Il affirmait que le retard était dû en partie aux formalités administratives imposées par le ministère de la Défense . 22 . Les experts ont expliqué dans leur rapport qu'ils avaient partiellement reconstruit la caserne de la police financière à Santa Severa et y avaient fait exploser une caisse de 64 grenades à main . Le cratère creusé par l'explosion avait été dix fois plus petit que celui de Malga Sasso/Steinalm . Les experts en concluaient que l'explosion des grenades à ntain n'avait pu à elle seule provoquer les ravages constatés à Malga Sasso/Steinalm . En raison de la disproportion entre l'explosion de Malga Sasso/Steinalm et celle de Santa Severa . ils n'estintaient pas nécessaire de recommencer l'expérience avec une reconstitution intégrale de la caserne de Malga Sasso/Steinalm . Se fondant dans leurs conclusions écrites sur les différences existant entre la caserne d'origine et sa reconstitution à Santa Severa et sur la quantité différente de munitions qui avaient explosé à Malga Sasso/Steinalm, les experls de la défense ont contesté par écrit les conclusions du rapport d'expertise précité. 23 . A l'audience du 14 janvier 1976, tous les accusés, sauf un. ont fait défaut . L'audience n'a pas commencé, la cour ayant procédé au remplacement de deux ntembres du jury . ce contre quoi les défenseurs du requérant se sont élevés. A la requ@te des avocats de la défense, invoquent d'autres engagements professionnels . l'audience suivante a été fixée au 23 janvier 1976 . Aucun des accusés n'a contparu . Les débats finals sur le fond ont commencé et se son t - 176 - poursuivis sans interruption malgré la comparution du requérant . En effet, conformément au dernier paragraphe de l'article 501 du Code de procédure pénale, les débats finals ne peuvent en aucun cas être interrompus ni repris du fait de la comparution d'un accusé déclaré défaillant . En ce qui concerne le dépôt des conclusions des experts . la cour a souligné qu'elle ne comprenait pas pourquoi le ministère de la Défense n'avait pas encore autorisé les experts et les conseillers techniques à pénétrer dans la caserne de Santa Severa . alors qu'il eût fallu procéder bien plus tôt à une expérience balistique, ni pourquoi . le 4 février 1975, le même ministère n'avait pas encore pris de dispositions pour fournir le matériel nécessaire à cette expérience et à d'autres . La cour a précisé que le rappel détaillé de la procédure (12 pages), inclus dans son arrêt avait pour objet d'expliquer pourquoi elle n'avait pu, à son grand regret, statuer plus tôt . 26 . Le 8 avril 1976 . le requérant et certains de ses co-accusés se sont pourvus contre l'arrêt de la cour d'assises d'appel . Le 16 décetnbre 1977, la Cour de cassation à Rome a rejeté ces pourvois comme dénués de fondement . La veille . le 15 décembre 1977, le requérant était parti pour l'Autriche . GRIEFS 27 . A la suite de la décision pa rtielle de la Conlmission. en date du 11 octobre 1979', sur la recevabilité de la présente requête, le seul grief restant à examiner conceme la durée de la procédure pénale ouverte contre le requérant . Celui-ci invoque à cet égard l'article 6 . par. 1, de la Convention . RÉSUMÉ DE L'ARGUMENTATION DES PARTIES (Extraits ) Le Gouvernement défendeu r 31 . Le Gouvernement défendeur soutient que le requérant n'a pas épuisé les voies de recours internes car il n'a jamais soulevé devant les tribunaux italiens le grief tiré d'une prétendue violation de l'article 6 . par . I, de la Convention. Bien qu'il n'existe en droit italien aucun recours spécifique pour obtenir une accélération de la procédure, l'article 6, par. 1 de la Convention peut être invoqué devant les tribunaux puisqu'il fait partie intégrante de ce droit . En outre. il est possible de protester contre l'inaction d'un juge ou contre des retards injustifiés imputables à celui-ci ou à un autre organe judiciaire . en proposant aux autorités nationales compétentes de prendre les mesures nécessaires pour accélérer la procédure . Le requérant aurait pu invoquer l'article 328 du Code pénal, combiné avec les articles 55 . 56 et 74 d u • Non publiée . - 177 - Code de procédure civile, qui prévoit le cas où un juge ou tout représentant du Ministère public omet, refuse ou retarde indùment des actes de procédure . Conforntément à l'article 145 du Code de procédure pénale, les parties peuvent demander au juge compétent d'accomplir un acte de procédure . L'article 321 du Code de procédure pénale stipule que l'expert qui n e respecte pas les instructions données par le juge ou est négligent dans l'accomplissement de sa tâche sera reniplacé . En outre, cet expert peut se voir condamné à une amende de 8.000 et 120 .000 lires . Or. le requérant n'a jantais rien fait pour éviter des retards de procédure . Le requéraut 37 . Le requérant soutient que dans le cadre du droit italien il ne disposait d'aucun recours pour accélérer la procédure, et que ceux mentionnés par le Gouvernement défendeur n'étaient ni efficaces, ni adéquats, puisqu'ils n'auraient pas permis de porter remède à son grief . Selon la jurisprudence de la Cour européenne des Droits de l'Homme (par ex. dans les Affaires de vagabondage), l'article 26 exige l'épuisement des seuls recours à la fois accessibles et adéquats relatifs à la violation alléguée . Dans l'arrét Deweer du 27 février 1980, la Cour européenne des Droits de l'Hontme a confirmé ce principe et estimé que l'article 26 de la Convention ne va pas jusqu'à prescrire l'eniploi d'un moyen détourné de redressement (par . 29 in fine) . Les recours mentionnés par le Gouvernement défendeur n'étant pas conçus pour accélérer la procédure pénale ne pouvaient conduire - et seulement dans des circonstances qui n'existent qu'en théorie - qu'à la condamnation du juge en cause, et à des retards supplémentaires . En outre, il ne s'agit pas là d'un recours normal . L'avocat du requérant a utilisé une seule fois l'article 328 du Code pénal italien. La procédure ainsi entamée fut immédiatement arrétée et les rapports entre l'avocat et l'ensemble des juges du tribunal de Bolzano/Bozen se sont dégradés . EN DROIT 42 . Le requérant se plaint qu'il n'a pas été statué dans un délai raisonnable sur les accusations en matière pénale portées contre lui et allègue à cet égard une violation de l'article 6, par . 1, de la Convention . 43 . La Commission a tout d'abord exaniiné l'objection du Gouvernement défendeur selon laquelle le requérant n'a jamais formulé devant les t ribunaux italiens le grief tiré d'une violation de cette disposition du fait de la lenteu r - 178 - avec laquelle la justice a été rendue dans son cas et qu'il n'a donc pas respecté la règle de l'épuisement des voies de recours internes posée par l'article 26 de la Convention. La Commission relève que, selon les déclarations du Gouvernement défendeur, il n'existe pas en droit italien de recours spécifiquement conçu pour accélérer une procédure pénale. Cependant, le Gouvernement a fait référence à un certain nombre de dispositions légales, notaniment à l'article 328 du Code pénal italien, combiné avec les articles 55 . 56 et 74 du Code de procédure civile et aux articles 145 et 321 du Code de procédure pénale . Il a soutenu que celles-ci ouvrent des voies de recours conçues pour empêcher une procédure pénale d'atteindre une longueur excessive . 44 . ll faut néanmoins se demander s'il s'agissait de recours que l'article 26 de la Convention faisait obligation au requérant d'utiliser . Conformément à la jurisprudence de la Commission et de la Cour, un requérant est tenu d'utiliser les recours efficaces et suffisants, c'est-à-dire de nature à porter remède à ses griefs (voir par exemple : requête N° 712/60, Retimag c/République Fédérale d'Allemagne, Recueil 8, pp . 29, 38 ; Cour eur . D.H., Affaires De Wilde . Oonts et Versyp, (vagabondage), arrêt du 18juin 1971, série A, p . 33 . par . 60) . La Commission relève que les recours mentionnés par le Gouvemement affecteraient la situation personnelle du fonctionnaire responsable, mais n'auraient pas d'effet direct et immédiat sur la procédure à propos de laquelle il en est fait usage . De l'avis de la Contmission, le Gouvernement n'a pas établi que les recours ntentionnés par lui pouvaient être considérés comme des recours efficaces, au sens de l'article 26 de la Convention, recours que le requérant aurait dû utiliser en l'espèce . 45 . En outre, lorsqu'un requérant se plaint de ne pas avoir été jugé dans un délai raisonnable en matière pénale . l'article 26 n'exige pas en règle générale qu'il prenne lui-même des mesures pour accélérer la procédure . C'est aux autorités judiciaires et de poursuite compétentes qu'il incombe de conduire la procédure et l'inculpé n'est nullement obligé de coopérer avec elles (voir par exemple Requêtes N' 4517/70, Huber c/Autriche, Rapport de la Commission, D.R. 2 . p . 45, par. 110 ; N° 8130/78, Eckle c/République Fédérale d'Allemagne, Rapport de la Commission, p . 48. par. 190). Un accusé peut très bien estimer qu'il n'est ni souhaitable, ni avantageux d'accélérer une procédure dirigée contre lui et, s'il choisit de ne pas utiliser les recours qui pourraient avoir cet effet, ceci ne saurait le déchoir, en vertu soit de l'article 6 lui-même, soit de l'article 26, du droit de se plaindre ultérieurement que la durée de la procédure a excédé les limites raisonnables. Dans ces circonstances, la Commission estime que le requérant doit étre considéré contme ayant satisfait à l'obligation d'épuiser les voies de recours internes, conformément à l'article 26 de la Convention . - 179 - 46 . A ce stade de la procédure, il ne reste à la Commission qu'à examiner si le grief du requérant est ou non manifestement mal fondé . 47 . Conformément à la ju risprudence de la Cour et de la Commission européennes des Droits de l'Homme, la période à prendre en considération, au regard de l'a rticle 6, par. 1. de la Convention, commence au moment où les premières accusations sont formulées contre l'intéressé et prend fin lorsqu'il est statué sur le bien-fondé des accusations par un acquinemcnt ou une condanination (cf. Arr@t de la Cour européeune des Droits de l'Homme du 27 juin 1968 dans l'affaire Neumeister, par . 18 et 19) . 48. S'agissant de préciser le montent à partir duquel on doit considérer que le requérant est l'objet d'accusations au sens de l'article 6, par . 1 de la Convention, la Commission a adopté celui où les soupçons dont l'intéressé était l'objet ont eu des répercussions importantes sur sa situation ( Rapport dans l'affaire Huber, ibid ., p. 39, par. 67). Tel est évidemment le cas lorsque le requérant . soupçonné d'avoir commis un délit, est arrêté et mis en détention préventive . En l'occurrence, le requérant a été arrêté le 13 octobre 1966 . Toutefois, sur ce point, la Commission doit tenir compte du fait que l'Italie n'a reconnu sa compétence de se saisir de requêtes présentées en application de l'article 25 de la Convention que dans la mesure où celles-ci portent sur des actes, décisions, faits ou événements posté rieurs au 31 juillet 1973 . 11 s'ensuit que . faute de compétence ratione temporis . la Commission ne peut exaniiner, coninie telle, la durée de la procédure pénale ouverte contre le requérant pour toute la période antérieure au 1- août 1973 . 49 . En ce qui concerne la fin de la période à prendre en considéralion au regard de l'article 6, par . 1, la Commission a déjà eu l'occasion de dire que le principe général applicable à la détermination du début de la période vaut égalentent pour la fin de celle-ci, en ce sens que la période en question dure jusqu'à ce que la situation de l'intéressé cesse d'être affectée par le fait qu'il se trouve sous le coup d'accusations pendantes contre lui (Rapport dans l'Affaire Huber, ibid . p . 40, par. 73) . Tel est normalement le cas lorsqu'il est statué sur le bien-fondé des accusations, par un acquittement ou une condanination, même si cette décision est rendue par une juridiction de recours se prononçant sur le bien-fondé de l'accusation (cf . par exemple l'arrât de la Cour européenne des Droits de l'Hontnie du 28 juin 1978 dans l'Affaire KSnig . par. 98et références citées) . Par un arrêt du 16 décembre 1977, la Cour de cassation a mis un ternte à la procédure pénale ouverte contre le requérant en rejetant le pourvoi formé par celui-ci contre sa condantnation et la peine prononcée à son encontre . D'autre part, il faut tenir conipte du fait que le requérant a quitté son pays pendant la procédure . Il se pose dès lors la question de savoir si so n - 180 - départ d'Italie marque le moment où les accusations dont il était l'objet ont cessé d'avoir des répercussions importantes sur sa situation . Cette question ne peut cependant pas recevoir de réponse à ce stade de la procédure et nécessite un exanten au fond de l'affaire . 50. Le caractère raisonnable de la durée d'une procédure à laquelle s'applique l'article 6, par . I, de la Convention doit être apprécié d'après les circonstances propres à chaque affaire . Pour déterminer si la durée d'une procédure pénale a été raisonnable ou non, la Cour et la Comntission ont eu égard, entre autres, à la contplexité de l'affaire, à la conduite du requérant et à la ntanière dont l'affaire a été traitée par les autorités administratives et judiciaires (ef . rapport dans l'Affaire Huber, p . 41, par . 83, et arrêt de la Cour européenne des Droits de l'Homnte du 28 juin 1978 dans l'Affaire Kbnig. par . 99 et références citées) . Aucun de ces éléntents n'est décisif par lui-même, ntais ils constituent (les facteurs qui pourraient expliquer la duréc de la procédure pénale en cause. En fin de contpte, la Contntission doit apprécier, au vue de l'ensentble de ces facteurs, la durée totale de la période à prendre en considération afin de déterminer si elle était ou non raisonnable, au sens de l'article 6, par . 1, de la Convention . SI . Pour ce qui est de l'appréciation du caractère raisonnablede la durée de la procédure pénale ouverte contre le requérant, la Commission relève que cette procédure s'est poursuivie pendant de nombreuses années . Elle souligne à cet égard que, si elle ne peut exantiner la durée de la procédure antérieure au ler août 1973, (voir supra), elle doit néanmoins tenir compte de l'état d'avancement de la procédure à cette date pour évaluer le caractère raisonnable de sa durée pour la période postérieure (voir, mutatis mutandis, pour l'article 5 . par . 3, de la Convention, la requéte N° 7438/76, Ventura c/Italie . D.R . 12, p . 43) . Contpte tenu de ce qui précède, la Commission estime que les éléntents en sa possession ne lui permettent pas de rejeter le présent grief comme manifestentent ntal fondé au sens de l'article 27, par . 2, de la Convention, et que celui-ci pose des problèmes complexes et nécessite un examen détaillé qui relève du fond de l'affaire .Parcesniotifs,laCommissio n Tout ntoyen de fond étant rése rvé, DtCLAl2E LA REQUETE RECEVABLE . - 181 -