APPLICATION/REQUETE N° 9266/81 YARROW P.L.C. Eric Grant YARROW M . & G. SECURITIES Ltd Monique AUGUSTIN-NORMAND v/the UNITED KINGDOM ) c/ROYAUME-UN I DECISION of 28 Januarv 1983 on the admissibility of the application DÉCISION du 28 janvier 1983 sur la recevabilité de la requêt e Article 25 of the Convention : The minority shareholder of Company A. cannot claim to be a victim of an interference with property rights of Company B. . all the securities in which are owned by Company A . Arilcle 26 of the Convention : a) Act on the nationalisation of certain industries and containing a compensation formtila as well as :a procedure for negotiations or for arbitration . In view of the subsidiary nature of these proceedings, arbitnation is not a remedy to be exhausted against the outcome of the negotiations . b) The period of six months runs as from the final decision after the exercise of effective and sufficient domestic remedies or. if there are no remedies. as from the impugned act or decision if they finally determine or settle the positiort of the applicant on the domestic level. When an application concerns the level of compensation after nationalisation o(an industrv . Ihe six months period does not run from the date of the Act on nationalisation but from the date on which the amount of compensation for the shareholders was fixed. Article I of the Flnt Protocol : Dispute over the compensation for shareholders after nationalisation of an industry (Application declared admissible) . Artlcle 25 de la Conventlon : L'actionnaire minoritaire d'une société anonyme A. ae peut se prétendre victime d'une atteinte aux biens d'une société anonyrne B . dont le capital-actions est en main de A . - 155 - Article 26 de la Convention : a) Loi portant nationalisation de certaines entreprises et compo rtant une formule diridemnisation ainsi qu'une procédure de négociations ou d'arbitrage . Vu le caractère atterrtatif de ces procédures, l'arbitrage ne constitue pas un recours à exercer contre le résultat des négociations . b) Le délai de six mois court dès la date de la décision interne définitive après exercice des recours internes efficaces et suffisants ou . s'il n'existe pas de recours, dès l'acte ou la décision incrinrinés s'ils fixent définitivement la situation de l'intéressé au plan interne. S'agissane d'une requéte portant sur le montant d'une indemnité après nationalisation d'une entreprise, le délai de six mois cou rt non à partir de la loi portant nationalisation mais à partir du moment où est fisée l'indemnité à payer aux actionnaires . Artlcle I du Protocole addltlonnel : Litige portant sur l'indemnisation des actionnaires après nationalisation d'une entreprise (Requéte déclarée recevable). THE FACTS ((rancais : voirp. 190) The facts of the case as submitted by the parties may be summarised as follows : The first applicant, Yarrow Public Limited Company (formerly Yarrow and Companv Limited, herein referred to throughout as "Yarrow") is a company registered in England . The second applicant, Sir Eric Yarrow, is chairman of Yartow. He is a United Kingdom citizen resident in Renfrewshire . The third applicant. M. & G. Securities Ltd. is a companv registered in England . The fourth applicant . Mme Augustin-Normand is a French citizen, resident in Le Havre. The applicants are represented by MM . Slaughter & May, solicitors, of London . The second, third and fourth applicants each have interests in Yarrow . In February 1981 when the present application was submitted, the authorised share capital of Yarrow was £2,375,000 divided into 4,750,000 shares Ordinary Shares oP50p each, of which 4,000 .000 shares were issued and fully paid up . The second applicant held 50,604 of these shares . The third applicant is manager of a unit trust, M . & G . Recoverv Fund, which held 260,000 shares . The fourth applicant held 1 .639 shares . At 1]ulv 1977 the shareholding in Yarrow PLC of the second applicant was 53,982 shares, the holding of M . & G. Recoverv Fund was 40,000 shares and the holding of the fourth applicant was 1,639 shares . Yarrow PLC formerly owned all the securities in Yarrow (Shipbuilders) Ltd. (hereinafter referred to as "Yarrow Shipbuilders"), a company engaged in building warships and other specialist vessels . On 1 July 1977 those securitie s -156- vested in a public corporation . British Shipbuilders, by virtue of the Aircraft and Shipbuilding Industries Act 1977 ("the 1977 Act"), which nationalised various companies engaged in the aircraft and shipbuilding industries . The Yarrow shipbuilding business was founded in 1865 and since 1906 has been located in Glasgow, building warships and other specialist vessels . Yarrow Shipbuilders was itself incorporated in Julv 1966 as a wholly owned subsidiary of Yarrow. It took over the parent company's shipbuilding activities and sta rted trading in Julv 1967 . In Februarv 1968 514 of its shares were sold to Upper Clvde Shipbuilders ("UCS") for £1,800,000 . According to the applicants this merger took place against the wishes of the parent company in response to Government pressure and on advice from the Minist ry of Defence . It has an adverse effect on the business and losses were incurred, which totalled £4,755,000 in the three years up to 30 June 1970. In April 1971 Yarrow repurchased the 51% holding in Yarrow Shipbuilders from UCS for £1 . A loan of £4,500,000 was negotiated from the Ministrv of Defence to replace working capital eroded bv the losses . One condition of the loan agreement was that on returning to profitability, Yarrow Shipbuilders could distribute profits by wav of dividend to the parent contpanv only with the prior authority of the Secretary of State for Defence . After the end of the association with UCS, the fo rtunes of Yarrow Shipbuilders improved . Small prorits were earned in the years to 30 June 1971 (£308,000) and 30 June 1972 (£607,000) . Thereafter both turnover and profits increased substantiallv . For the vear to 30 June 1973 protits were £3,025,000 pretax and £2,900,000 after tax . Over the following four years to 30 June 1977, pretax profits totalling £20,716,000 were made . According to the valuation submitted bv the applicants, post-tax profits for that period were £10,542,000 . The applicants state that taking into account the credit of a provision for deferred tax which was no longer required, the total post-tax profits amounted to some £12.900.000. During this period Yaffow Shipbuilders was authorised to pay dividents of onlv £2,600 .000 to its parent companv and a substantial amount of the profits thus remained within the companv . The applicants describe Yarrow Shipbuilders, at the tinie of its nationalisation, as a prosperous and expanding business . In contrast to the position of merchant shipbuilders, its business steadily and signiticantly increased between 1971 and 1977. They submit a valuation repo rt on the companv according to which a fair value at I Julv 1977 would have been £16,000,000 . At the relevant time it comprised about 90%u of the business of Yarrow . Its shares were not listed on the Stock Exchange but the shares of Yarrow were . Compensation for the shares in the company was payable in accordance with the provisions of Part 11 of the 1977 Act . The amount payable thereunder was the "base value" of the securities, subject to various deductions, (Sections 35 and 39) . The "base value" in the case of securities listed on the Stock Exchange was . broadly speaking, the average amount at which they were quote d - 157 - over a six-month period (hereafter referred to as "the reference period") running from 1 September 1973 to 28 February 1974, (Sections 37 and 56) . However, in the case of securities, like those of Yarrow Shipbuilders, which were not listed on the Stock Exchange, the "base value" was to be such as might be determined by agreement between the Secretary of State and a "stockholder's representative", or in default of agreement such as might be determined bv an arbitration tribunal to be the base value which the securities would have had if thev had been listed throughout the reference period. (Section 38) . Section 38 of the Act contains various rules which are to be applied in determining the base value of unlisted securities . Subsection (3) provides in particular that the arbitration tribunal is to have regard to "all relevant factors" . Subsection (6) provides that in the case of a subsidiary company forming a substantial part of the business of the group, one of the "relevant factors" the arbitration tribunal is to have regard to is the quotation on the Stock Exchange of the shares of the parent company (if it is listed) . Negotiations took place between the Stockholder's Representative acting on behalf of Yarrow andthe Government as to the amount of compensation which should be paid for the securities of Yarrow Shipbuilders . In September 1977 the Stockholder's Representative supplied the Government with a factual memorandum about Yarrow Shipbuilders . In December 1977 the Government's advisers Ernst Whinnev ("E W") presented a report and valuation . Valuations were exchanged between the negotiating parties in March 1978 . The Govern . ment valuation was £2,800,000, derived from the stock market capitalisation of Yarrow, the parent company . The Stockholder's Representative's valuation was of E17,500,000, being an earnings-based valuation based on a view of the prospective profits of Yarrow Shipbuilders for the year to June 1974 and on the assumption of an "offer for sale" of the shares on the stock market immediately before the reference period . In the negotiations points discussed between the parties included the possibilitv that further dividend payments in respect of the period up to vesting day could be authorised . The question whether it should be assumed that the Ministry of Defence loan would have been refinanced if the company had been listed in the Stock Exchange was also discussed, as were the appropriateness of an "offer for sale" approach to the valuation, and the effect of the dividend restriction (if any) on the stock market capitalisation of Yarrow . In July 1978, the Govemment offered £4,000,000 and in September the Stockholders' representative put forward an alternative claim of £12,000,000 . Further offers were made by the Government in August 1979 and August 1980 andin October 1980 compensation was finally agreed at £6,000,000 . Two advance pavments on account of compensation were made, pursuant to Section 36 (6) of the 1977 Act, during the negotiations . A sum of £1,400,000 - 158 - was paid in February 1978 and a sum of E850,000 was paid in December 1978 . The final payment, of E3,750,000 was made on 21 October 1980 . The payments to account were effected by the issue of 9%% Treasury Stock 1981 . with a running vield of about 10%, the final payment by the issue of 10% Exchequer Stock 1983, with a running yield of slightly under 11% . Pursuant to Paragraph 5 of Schedule 5 to the Act, interest on this stock was to be treated as accruing front the date of transfer, i .e. 1 lulv 1977 . COMPLAINTS AND QVITIAL SUBMISSIONS OF Tf1E APPLICANTS The applicants maintain that the compensation received for the shares of Yarrow Shipbuilders was inadequate, arbitrarv and discriminatory . Thev allege the breach of their rights under Article I of Protocol No. I to the Convention, both alone and in conjunction with Article 14. They also complain that the amount of compensation was not determined within a"reasonab)e timé', and allege the breach of Article 6 of the Convention . Finallv, they maintain that no "effective remedy" was available to them in respect of these matters, and invoke Article 13 of the Convention . The principal submissions made by the applicants in their application are outlined hereafter. Article I of the Protacol No. I The applicants maintain that thev were deprived of their possessions under conditions at variance with those permitted under Article 1 of the Protocol . Thev submit that the "general principles of international law" referred t o in Article I app)v to the nationals of a State as well as to foreigners . They require the payment of "prompt, adequate and effective" compensation in case of expropriation . None of these conditions was satisfied and the Government itself has acknowledged that the compensation ternts imposed by the 1977 Act were "grosslv unfair" . The compensation was not "prompt" having regard to the time between vesting dav (1 Julv 1977) and the dates when compensation was paid (7 February 1978 . 6 December 1978 and 21 October 1980) . The cornpensation jorrnula was inadequate and arbitrary in that : - it imposed an unrealistic test by requiring unlisted securities to be valued as if they had been listed ; - it made no allowance for the premium payable over Stock Exchange price for control of a company ; - it failed to allow for the special position of subsidiary companies : the true position ot'their business can be distorted by group policy, making it unjust to treat a subsidiary as an independent entity . - l59 - The reference period for valuation was the six months beginning on I September 1973, whereas intemational law requires compensation for the value at the time of taking, i .e. 1 July 1977 . No alternative period was offered (as in some earlier nationalisation statutes) . The Stock Market was abnormallv depressed during the period . Shipbuilding shares in particular were depressed . No allowance was made for the change in Yarrow Shipbuilders' fortunes between the reference period and vesting date, or for inflation during that period . The restriction on dividend payntents resulting from the loan agreement resulted in the national stock-market value of Yarrow Shipbuilders substantially under-stating the true value . It also artificiallv depressed the actual stock-market value of Yarrow, which by virtue of Section 38 (b) of the Act was a factor to be taken into account in valuing the subsidiary . The profits of E9,400 .000 retained by Yarrow Shipbuilders in 1973 to 1977 were not reflected in the national stockmarket valuation of Yarrow Shipbuilders, or the actual stock-market value of Yarrow . The compensation was also ineffective in that the timing and form of payment were not such as to assure proper value . In particular no allowance was made for inflation between vesting date and payment . No adequate allowance was made, in the issue of fixed interest Govemment stock as payment, for the upward movement of interest rates. Interest was paid on a simple and not on a compound basis for the period between vesting and payment . No allowance was made for the fact that issues of Government stock could be realised only with liability for capital gains tax . The short-dated nature of the stock made it inevitable that disposal for capital gains purposes would occur at an early date . As to the conditions for the taking of property laid down in Article 1, the applicants state that it might be questioned whether, objectively, the taking was "in the public interest". However, they recognise that the Contmission has been ready to afford a wide "margin of appreciation" in this area . As to the "conditions provided for by law", thev do not contest that the taking appears to be in accordance with the legislation. Their application "is directed against that legislation itself, and against the way in which it was applied to them" . However thev maintain that the "general principles of international law" require compensation, based on the actual value of the propertv at or immediately before the taking, discounting any reduction in value caused by the threat of expropriation. These requirements are evidenced bv the practice of States Parties to the Convention, including the United Kingdom, to which the applicants refer in detail . The Commission's statement in the Gudmundsson case* to the effect that the general principles of international law do not applv in relation to th e • Application No. 511 /59, Gudmundsson v . Iceland, Yearbook 111, p. 394 at pp. 422-424 . -160- property of a State's own nationals, is incorrect . The fact that the principles in question were, inevitablv, developed in cases concerning aliens' propertv, does not mean that they can onlv applv in such cases. The Convention transposed principles developed in the context of relations between States and aliens, so that thev should apply to everyone within their jurisdiction, as Article I of the Convention itselt'shows. Article 1 of the Protocol applies within the Convention framework principles developed in a different context . To limit its scope to exclude nationals would contradict its express terms, referring to "Everv natural or legal person . . ." and providing that No one shall be deprived of his possessions" . It would also be discriminatory . The function of the reference to international law is to provide a standard for the level of compensation, not to exclude nationals . This conclusion is supported il'the terms of Article 1 are read in their context (including the preamble) and in the light of the object and purpose of the Convention, in accordance with Article 31 of the Vienna Convention on the Law of Treaties . As to the travaux préparatoires, the applicants submit firstly that the meaning and efl'ect of Article I of the Protocol are clear . It is not therefore legitimate, under Article 32 of the Vienna Convention, to resort to them as a supplementarv means of interpretation . However, in the Gudmundsson case, the Comntission wronglv went straight to them . The ordinary meaning of Article I does not lead to a preparatory work that would do so here, if applied as in the Gudniundsson case . Even if it is legitimate to look at the preparatory work, the result is less clear-cut than is stated in the Gudmundsson case . The most that can be said against the applicants is that, looked at as a whole . it is open to more than one interpretation . It cannot possibly be conclusive against them . The applicants are not aware of any decision in which the Commission has signiticantlv developed the Gudmundsson reasoning, although the relevant dictum has been repeated .• On the other hand more recent decisions suggest doubts about the doctrine . " The applicants therefore submit that Article I of the Protocol obliges states lo pay full compensation in case of expropriation of nationals, that this has not been done, and that their rights under Article 1 have therefore been breached. - • Application No. 1870/64, Yearbook VIII, p . 218 : Application No. 2303/64, Collection ol' Decisions 22, p . 12. •• Application No. 3651/68. Yearbook Xlll, p . 476 at pp . 500-502, Handyside Case, Report of the Conimission, paras . 162-163. Applications No . 7151/75 and 7152/75, Spormng and Ltinnrolh Y . Sweden . D .R. 15, p. 15 . - 161 - Artlcle 14 In corjunctlon with Adlcle 1 of the P rotocol Independently of their claim under Article 1 of the Protocol alone, the applicants submit that they have been discriminated against by being treated unfairlv in comparison with others in a similar position . Even if their claim under Article 1 alone should fail, this claim ntust succeed in light of the court's interpretation of Article 14 in the Belgian Linguistic Case .* Even if the Government has not violated Article I in failing to pav full compensation, it has violated Article 14 in conjunction with it, if the compensation is discriminatorv . This is so even if Article 1 does not guarantee a right to compensation . It is clear here that there was gross inequality in the pavment of compensation for different companies nationalised . The Secretary of State admitted that the terms were "grosslv unfair to some of the companies"J" It is clear that the compensation paid for Yarrow Shipbuilders was grossly unfair in itself, and also particularly unfair when compared to other companies in a similar position . In this respect the applicants refer to figures showing the relationship- in a number of cases, between compensation paid and after-tax profits prior to vesting date, as also the relationship between compensation and net tangible assets at vesting date . These show, thev submit, that compensation for Yarrow Shipbuilding was far less favourable than for other companies . The Secretary of State's statement also demonstrates that there is no "objective or reasonable justification" for this difference in treatment . It implies that there was no proper basis for treating some companies differently from others. The onlv explanantion lies in the fact that the compensation formula itself was arbitrary and unfair, and particularly unfair in relation to Yarrow Shipbuilders. None of the requirements indicated by the Court in the Belgian Linguistic case for a legitimate dift'erence of treatment is satisfied here . The difference of treatment not only had no legitimate aim, but no aim at all . There was no relationship of proportionalitv, nor any relationship between the means employed and the aim sought to be realised . Artlcle 6 of the Conventlo n Neither the question of expropriation, not the question of compensation was determined within a"reasonable time" . Thus the applicants' "civil rights" were not determined within a reasonable time, as required by Article 6(I) . • Judgntent of the Coun, pp. 33-34. •0 Statement in Parliament by the Secretary of State for Industry on 7 August 1980 . - 162 - The expropriation process began on 31 Julv 1974 with the announcement of the Government's intentions . The property was taken on 1 July 1977 and compensation was settled on 14 October 1980 . If the applicants has resorted to arbitration, there would have been verv substantial further delav, possiblv compounded by appeals to the Court of Session and House of Lords . How•ever, even assuming that their civil rights were determined when they accepted the offer on 14 October 1980, they were not determined within a reasonable time . AAicle 13 of the Conventlon The applicants observe that when the terms of compensation are laid down bv parliament, no remedv is available, contrary to Article 13, as interpreted bv the Court in the Klass case .• PROCEEDINGS BEFORE THE COMMISSION The application was introduced on 6 February 1981 and registered on 10 February 1981 . The Commission examined its admissibility on 6 May 1981 and decided, in accordance with Rule 42 (2) (b) of its Rules of Procedure to invite the United Kingdom Government to submit written observations on its admissibilitv and merits . After extensions of the time limit originally set, the Government's observations were received on 30 April 1982 . The applicants' observations in reply were received on 9 July 1982 . On 14 July 1982 the Commission decided to invite the Government to reply in writing to the applicants' observations concerning issues of admissibility arising under Articles 25 and 26 of the Convention . It also decided in principle to invite the parties to appear at a combined hearing on the issues arising under Article I of the Protocol No . I to the Convention and Article 14 of the Convention in this and a number of other cases . After consultation with the parties involved, this decision was confirmed bv the Commission on 14 October 1982 . The Government's further written observations under Article 25 of the Convention were received on 5 October 1982, and their observations under Article 26 were received on 19 November 1982 . Further observations under Article 26 were submitted on behalf of the present applicants and others on 21 December 1982 . The hearing was held on 24-27 January 1983 . WRITTEN OBSERVATIONS OF THE PARTIE S The Government maintain that the application, so far as brought by the second, third and fourth applicants is inadmissible on the gorund that it is incompatible with the Convention ratione personae. the said applicants not * Judgment of 6 September 1978, para . 64 - 163 - being entitled to claim to be "victims" of the alleged violations of the Convention for the purposes of Article 25 of the Convention . Alternatively the claims of these applicants to be victims are manifestly ill-founded . Secondly they maintain that the application is inadmissible under Article 26 of the Convention on the ground that it was not introduced within six months of the final domestic decision, or alternativelv on the ground of non-exhaustion of domestic remedies . Thirdlv thev maintain that the applicants' claims are manifestly ill-founded and inadmissible for that reason also. The following is a summary of the parties' observations on the issues of admissibility raised under Article 25 and 26 of the Convention, and an outline of the principal points made in argument on the issues of substance under Article 1 of Protocol No. 1 to the Convention, and Articles 6, 13 and 14 of the Convention. A. Arllcle 25 of the Convention 1. The respondent Government The Government observe that the second, third and fourth applicants were not owners of shares in Yarrow Shipbuilders . Thev were thus not deprived of their possessions within the meaning of Article 1 of the Protocol and are not "victims" within the meaning of Article 25 . Nor can they claim to represent victims. They are strangers to the alleged violation . The Government do not suggest that an applicant may never be a victim of a violation of his own rights under the Convention through actions against a companv in which he holds shares. However certain conditions must be met which do not exist here . The jurisprudence of the Court and Commission indicates that the applicant must be a majority shareholder and/or control the company . None of the three present applicants at anv relevant time held a shareholding of more than 10% in Yarrow . The Commission's case-law supports the view that there must be close indentity between the applicant, by reason of the magnitude of his shareholding, and the companv .• The present three applicants did not have a controlling interest or any sufficiently close identity with Yarrow to claim to be "victims for the purposes of Article 25 . Nor do these applicants fall within the concept of "indirect victims" . It would be inappropriate to applv this concept, developed in very different circumstances, to non-controlling shareholdings. Moreover, the damage the y • Application No. 1706/62, X . v. Austria, Collenion of Decisions 21, p . 34 ; Application No . 7598/76, Kaplan v. the United Kingdom . Repo rt of the Commission . D.R . 21, p . S at p . 23. - 164 - claim to have suffered is encompassed within the claim of the first applicant and does not entitle them to claim as victims in their own rights . Their claim reveals no additional or separate loss and there is no authority for the contention that a shareholder in a company is per se an indirect victim of any violation of the companv's rights under the Convention . The second, third and fourth applicants are therefore neither direct nor indirect victims under Article 25, and their claims should be declared inadmissible . 2. The app(icarrts The applicants submit that where a company is deprived of its possessions . then its shareholders, collectively and individually, must also have been deprived and are therefore "victims" for the purposes of Article 25 . Here nearlv 90% of the business of Yarrow was the business of the subsidiarv nationalised and the company in which the second, third and fourth applicants own shares thus lost a very substantial part of its assets . The Commission has already held in Application No . 1706/62 that shareholders can be considered victims of wrongs done to their companies .* The applicant in that case held about 91% of the shares in the company, but the proportion of the shareholding could only affect the operation of the principle if it was at a level that could be regarded as de ntinimis . The substance ot' the three applicants' rights is no less affected here than in the previous case . In any event these three applicants are at least "indirect victims" within the Commission's case-law, as described in a publication ot'the Comniission's Secretariat .•• B . Article 26 of the Conventlon 1 . The respondent Governmen t The Government submit that it is clear from the natural construction of Article 26 and the jurisprudence of the Commission that the six ntonths rule and the rule requiring exhaustion of domestic remedies are closely interrelated . If the matters complained of are capable of remedy within the domestic legal system, the available remedy must be exhausted and the decision terminating the domestic remedv becomes the "final decision" from which the six month s • X. v . Austria . Yearbook IX . p. 112. •• Case Law Topics No . 3. "Bringing an Application before the European Comntission of Human Rights" . - 165 - period arises. If there is no domestic remedy available then the act, decision or measure complained of itself becomes the "final decision" . • It is apparent from the applicants' submissions in the present case that their complaints relate partly to the compensation formula itself, and partly to the wav in which it was applied by the Government in their conduct of the compensation negotiations. In so far as their complaints relate to the compensation formula itself, the Government accept that no domestic remedv was available . However it follows that the "final decision" was the passing of the 1977 Act (on 17 March 1977) or alternatively the vesting of the relevant securities under the Act (I July 1977). On that date the first applicants were deprived of their shares on the basis of a compensation formula which, according to them, was bound to prove inadequate however fairly or favourably it might be applied . In so far the applicants' complaint is directed to the compensation formula, the final decision must be the passing of the Act or . at latest, the vesting of the securities . As a corollary, it is not open to the applicants to include in anv application filed outside this period, complaints about the statutorv provisions themselves . Insofar as the applicants' complaint relates to the manner in which th e Government applied the compensation formula for the purpose of making an offer of compensation, the Government accept that neither the passing of the Act nor the vesting of the shares constituted the "final decision" . However neither the making nor the acceptance of the final offer constituted a "final decision" either . There existed a domestic remedy which the applicants were required to exhaust, namely a reference of the question of compensation to the arbitration tribunal established under the 1977 Act. The grounds advanced by the applicants in support of their contention that the passing of the Act or vesting of the securities was not the "final decision" and that a reference to the arbitration tribunal was not a remedy they were required to exhaust are without substance, and their contention would entirely circumvent both requirements of Article 26 . Referring to the applicants' submissions on the six- months rule, the Government accept that the 1977 Act did not itself determine the amount of compensation . It introduced some degree of flexibility in its assessment . It did not, however, (contrary to the applicants' assertion) provide a number of • De Becker Case . Yearbook 11 . p. 214 at p . 242 ; Application No. 7379/7, X . v . Uniled Kingdom D .R . 8, p. 211 ; Application No. 5759/72, X . v. Austria, D .R . S. p. 15 ; Application No . 8007/77 . Cyprus Y. Turkey, D.R. 13, p . 85 at p. 153 ; Fawcett The application of the European Convention on Human Rights ( 1969), p . 305. - 166 - dift'erent formulae for the assessment of compensation . There was a single formula to which both the Secretary of State and the arbitration tribunal were required to adhere . The applicants' case is that however fairlv or generously this formula was applied, it would inevitablv result in the payment of inadequate compensation and the provisions of the Act itself accordingly effected the injustice complained of. In so far as complaint is made of the compensation provisions of the Act, the "final decision" was thus the passing of the Act or the vesting of the securities . It is not accurate to suggest that the Act merely prescribed principles and procedures for the determination of compensation . It laid down a formula which is specitically attacked as resulting in inadequate compensation . Nor could it have been "impractible" or "prematuré" to complain of the provisions of the Act before compensation was agreed :- Vosper Ltd introduced an application (No . 9262/81) within six months after the Act . The Government further denv that they were free to depart from the compensation terms laid down by the Act, or that they purported to do so . Section 38 (1) of the 1977 Act conferred no discretion on the Secretarv of State to depart from the formula and this interpretation was consistently adhered to in the negotiations . The final offer of the Secretary of State was not a "determination" of the amount of compensation payable . It was an offer which the applicants could refuse or meet with a counter offer . The amount of compensation was not therefore "finally determined" by such offer . The decision of the arbitration tribunal could have constituted a determination of the compensation pavable, the Secretary of State's offer could not . As to the exhaustion of remedies, the applicants' suggestion that the tribunal could not have awarded a sum exceeding that offered bv the Secretarv of State, which was more than an approach to the arbitration tribunal would allow, is misconceived . The provisions of Section 38 (1) were applicable to both the Secretary of State and the arbitration tribunal, no discretion being confeffed on either to depart from the fromula . Although subsections (3) and (6) of Section 38 (1) were in their terms only applicable to the tribunal, neither subsection restricted its power or meant that it was unable or unlikely to accord a sum in excess of that offered by the Secretarv of State, In particular it was at all tinies open to the applicants to argue before the arbitration tribunal that a valuation based on the parent company's quoted price would be unfair, and to support such an argument by relying on the matters which the,v allege in their observations that the Governemnt ignored in making their final offer. The applicant's contention that the final offer of the Secretary of State exceeded any award the arbitration tribunal could have made is unfounded i n - 167 - fact as well as law. In the two cases which were referred to arbitration, the award substantiallv exceeded both the final offer made bv the Secretarv of State and the amount contended for by him in the arbitration proceedings . Accordingly the application is inadmissible under Article 26, either on the ground that it is out of time, or on the ground of non-exhaustion of domestic remedies . 2. The applicant s The applicants are not complaining about the expropriation of their porpertv in 1977, but about the compensation which was fixed in 1980 . The 1977 Act did not itself determine the amount of compensatioon, its provisions being in some respects extremely general . The case is thus different from Application No. 7379/76,• or the case of Cyprus v. Turkey where no remedies were provided ." Here the 1977 Act prescribes principles and procedures for determining compensation, and it is impractible to make a complaint about the adequacy of compensation until the amount has been determined . Onlv then is there a "final decision" and onlv then have domestic remedies been exhausted . Although it was apprehended that the statutory provisions would lead to inadequate compensation, it was onlv when the maximum amount the Government were prepared to agree was known that it became clear that the compensation was grossly inadequate. Until the Act had thus been implemented the applicants could not claim to be "victims" of any violation of the Convention, since Article 25 of the Convention does not permit an applicant to complain about legislation in abstracto. The Act provided a frame of reference for the negotiations and did not finally determine the applicants' claim for compensation . That was onlv determined in August 1980, when the Government made their "final offer" . The course adopted by the applicants in pursuing negotiations before applving to the Commission was consistent with the purpose of Article 26, namely to avoid troubling the Commission with premature applications when domestic channels remain open . The Government allowed themselves flexibility in the conduct of the negotiations and as they progressed were prepared to negotiate settlements going beyond what they had previously regarded as required by the Act. Moreover, the final offer of E6,000,000 was clearly not within the terms of the Act, when the Government's own assessment under the formula was E2,800,000 . Yarrow was told that a substantial amount of the final offer represented the exercise of "ministerial discretion" . * X. Y. the United Kingdom . D .R. 8, p . 211 ** Application 8007/77, D .R . 5, p . 15 . - 168 - All the Act did was to militate against the applicants obtaining a more favourable settlement and prevent them resorting to the arbitration tribunal which would be strictlv bound by the terms of the Act . As to the question of domestic remedies, on a proper construction, subsection (6) of Section 38 of the 1977 Act (requiring the arbitration tribunal to take into account the stock market quotation of the parent company in valuing the shares of a subsidiarv) was not binding on the Government in the conduct of negotiations . This fact is demonstrated by the fact that the compensation finallv agreed was £6 .000,000, whereas the effective ceiling imposed by subsection (6). namelv the value of the quoted shares of Yarrow (the parent companv) did not on any of the relevant days exceed £4,700,000 . It is clear that the Government regarded themselves as able to go further than the arbitration tribunal did. If the matter had gone to arbitration thev would have withdrawn the offer of £6,000,000 and argued for a very much lower figure . Reference to the arbitration tribunal could not therefore have remedied the injustice complained of. The tribunal would have been strictly bound by the terms of the Act and the Government had offered more than such an approach would allow. Furthermore the only role of the tribunal was to deterntine compensation in the absence of agreement . It did not give a"remedv' in respect of anv prior determination of compensation . The applicants themselves could not, furthermore, go to the tribunal. The Tribunal was also an "extraordinary court", being an ad hoc body of Government appointees with the task of determining the amount of compensation . C. The eubetanttre Issues under the Conventlon 1 . The respondent Government a) General submissions The Government make a number of general observations concerning the 1977 Act, and the compensation formula laid down by it. .In particular they explain that the tnethod of valuation based on actual or imputed Stock Exchange prices was chosen since it was considered to be more objective and expeditious than other methods . The fact that during the reference period the stock market was relatively depressed was not considered to justifv payment in excess of relevant current market value . It was decided that no premium for control of companies should be paid over the Stock Exchange price since an analogy with a takeover bid was not considered valid and there was no unfairness to shareholders in basing compensation on Stock Exchange prices. Although only one of the 43 companies proposed for nation- - 169 - alisation had all its shares listed on the Stock Exchange, this was not considered to justify rejection of this valuation method since techniques for valuation of unlisted shares were well established and in common use . In choosing the reference period regard was had to the need to ensure that the prospect of nationalisation or the announcement of compensation terms had not distorted share prices. Subject to this it was desirable to take as recent a period as possible and to avoid untypical periods . The high number of unquoted securities involved led the Government to conclude that the valuation task should be simplified bv adopting a single valuation period . Following precedents set in earlier nationalisation statutes the choice lay between periods ending on 28 Februarv 1974 or 10 October 1974 (when a majoritv Labour Government was returned) . There had been a sharp decline in share prices in the period up to October 1974, and still more so in the period up to 17 March 1975 when compensation terms were announced . To avoid unfairness the period up to 28 February 1974 was chosen . The Government also give a general description of the compensation negotiations under the Act . They state inter alia that four methods of valuation were used by the Department of Industry's advisers in the negotiations. An earnings-based valuation was used for most profitable companies . For unprofitable companies an assets-based valuation was used and a "share capital related" valuation was used for some others . A "parent company related" valuation was used for others, including Yarrow Shipbuilders where the vesting company carried on the main part of the undertaking of a limited company . The approach used in such cases was to deduct from the parent companv s average capitalisation a valuation for the non-vesting elements in the group . Alternatively the capitalisation was apportioned according to the contribution of the vesting and non-vesting elements in the group . b) Article I of the Protocol No. /(o the Convenrion The Government observe that the text of Article I contains no express reference to compensation . It is a modest formulation of the right to peaceful enjoyment of possession, reflecting the inability of States to agree a more substantive formulation .Itmeanswhatitsays. Deprivation of property mav only occur when it i s in the public interest and subject to conditions provided by law and by the general principles of international law . Those principles themselves contain the constraint that they are only applicable in respect of non-nationals . If the intention had been to applv the international law standard of compensation to nationals, this could have been made clear by drafting the clause by reference to substantive requirements . The Government do not rest their case on anv claimed freedom to deprive British applicants of their property with inadequate compensation , -170- because the contpensation provisions of the 1977 Act are fully compatible with a standard of "adequate, prompt and effective" compensation . Rather they contend that a claim for compensation advanced by a national under Article I of the Protocol is outside its scope, not in accordance with its terms and manifestlv ill-founded . The case-law of the Commission supports this and does not indicate any departure from the views expressed in the Gudmundsson case .' In this respect the Government refer to a number of subsequent cases ." An interpretation of the text of Article I also leads to this conclusion- The true interpretation of the second sentence is that no one should be deprived of his property save in circumstances permitted by the legal svstem applicable to him . International law does not apply to a State's nationals, whose propertv rights are well protected bv the reference to "public interest" and "law". The reference to international law is not redundant, but exempts the alien from the nationality of claims rule . This interpretation is compatible with the object and purpose of the Convention, which is to secure the rights it guarantees . It is necessary to identify those rights, and to say that compensation is the object and purpose of Article 1 is to beg the question . In any event the "object and purpose" must, under Article 31 (I) of the Vienna Convention, be balanced with the "ordinary meaning in context" . Bv that criterion the reference to "general principles of international law" can operate onlv as regards relationships themselves regulated bv international law . It is legitintate in any event to have regard to the travaux préparatoires in interpreting Article 1 . In light of the extensive discussion on its meaning which has occurred, and the case-law of the Commission, it cannot seriously be contended that it can be satisfactorily interpreted so as not to leave the meaning 11ambiguous or obscuré' . The travaux préparatoires show that there was unwavering resistance on the part of certain delegations to the inclusion of compensation provisions relating to nationals and that a compromise was struck by including reference to the general principles of international law as including an obligation to compensate aliens alone . Subsequent state practice and a substantial body of academic opinion also support the Government view, in their submission, as do reasons of logic and policy . Nationals are in different position to foreigners vis-à-vis a State taking propertv for public purposes . Sacrifices mav reasonablv be demanded of nationals whose nation benefts . The applicability of the international law rules on compensation reflects this difference in position . * sup. cit. " luter alia Handyside Case, Report of the Commission, paras . 162-163 and 166, Se ries B, pp . 49-50 . Application No. 798/77, Andorfer Tonwerke sub. norm X . v. Austria, D.R . 18 . p . 31 at p . 41 . -i"1- The Convention should not be interpreted so as to do violence to understandings specificallv reached bv the parties . The object of the Convention can only be harmed if the clear evidence of what States agreed is ignored . The measures in question here were enacted by a democratic legislature in the "public interest" . The deprivation of property was in accordance with domestic law, which in turn was in accordance with the Convention and Protocol. Although the Commission is not called on to consider whether the compensation paid met international law standards, it was in fact based on methods that met international law requirements for the provision of adequate, prompt and effective compensation . Tribunals do not normallv engage in alternative valuations . Their task has been to ensure that appropriate methods are followed . If they are, the results will only be challenged if so extraordinary as to call in question the validity of the methods in international law .Referingtoavarietyofintemationalcaselaw,InvestmentProtection Agreements and other material, the Government submit that no one method of valuation is required by international law . A wide variety of methods are in fact employed and accepted . The method of share valuation is widely accepted as fair. It was also regarded as appropriate here for securities of a wholly owned subsidiarv carrying out a major part of a group's business to be valued with regard to the quotation of the parent company's shares . As to the alleged unfairness of treating a wholly owned subsidiary as if it were independent, the Govemment observe that the Act provided a remedy if the relationships within the group produced a distorting effect . Section 38 (3) provided for "all relevant factors" to be taken into account. It could have been argued in negotiation or arbitration that Yarrow Shipbuilders' actual position as disclosed in its statutorv accounts should be varied to take account of any alleged distorting effect . This was not raised in negotiations and the valuation of Yarrow Shipbuilderi submitted by the applicants does not seek to show that the position would have been different if group policy were properly reflected . The Government also note that other States Parties to the Convention have adopted comparable valuation methods in respect of acts of nationalisation . They refer to measures taken by Austria (1946 and 1947), France (1946 and 1982) and Italy (1962). These measures took nominal or market share values as the basis . Differing methods were used for unquoted companies . The basic valuation method under the 1977 Act was well within the spectrum of what other parties to the Convention have considered appropriate in broadlv comparable nationalisations . As to the reference period, the Government submit that international case-law gives no precise instruction as to the correct date for valuation , - 172 - although sometimes broad reference is made to "the moment of dispossession" or "the time of taking" .* Valuation at vesting dav is not necessarilv required . The leading cases primarily concern unlawful taking, without due parliamenta ry process between the announcement of nationalisation and the passing of the relevant law. The phrase "at the time of taking" indicates simply that the timing of valuation should not be subsequent to the nationalisation measure, and that compensation should not be adversely affected by the announcement of nationalisation . This makes vesting day valuation inappropriate. In the French, Italian and Austrian nationalisation laws, vi rtually all the reference dates antedated the laws concerned . International law regards adequate compensation as entailing valuation immediately p rior to the announcement of nationalisation . The 1977 Act confornted with this . Further, international law does not require a choice of reference periods and in any event a choice could not have included a period subsequent to the announcement of legislation, as the valuation would be distorted . International law does not require that a premium over normal Stock Exchange price be paid for control of a companv . The control of dividends does not provide evidence of inadequate compensation . The claim that inflation after the reference period was not taken into account is based on a misunderstanding of the relationship between the value of securities and the rate of inflation . Finallv, the pavments made were "prompt" within the meaning of international Iaw, taking account of the complexity of the negotiations . The relevant period is that between vesting date and pavment . International law sets no precise limit but requires payment that is duly expeditious in all the circumstances . This requirement was met here . c) Article 14 of the Convention in conjunction with Artic(e ! ojthe Protocol No. ! The Government submit that the applicant's allegation of discrimination is unfounded . Discrimination cannot be inferred from results alleged to flow from valuation methods (post-tax earnings and net tangible assets) which were rejected as inappropriate . The ntethod of valuation used was a legitimate one which the Government were entitled to choose, on the ground that it was likelv to be expeditious objective and fair . Anv other method would have produced differentiations of a different kind. No difference of applicable law has been made here, nor any difference of treatment . Equality of treatment does not differentiate . Even if (which is not accepted) the results were sufficiently variant to amount to a diFl'erentiation, there was objective and reasonable justification . A wide discretion is given to States in the objectives thev may legitimately pursu e • Chorzow Factory Case, PCIJ Series A, No . 17, p . 47 . - 173 - and good faith and lack of ulterior motive is critical .' Here there was no intention to differentiate, no diH'erentiation in the legislation and no aims other than those stated in the Act itself. d) Article 6 of the Convention Referring to previous case-law of the Commission and Court!•the Governntent submit that although expropriation proceedings concern "civil rights", it does not follow that Article 6(I) applies to all aspects or stages of the expropriation process . There must be an issue or dispute over civil rights, which requires determination . A measure which interferes with "civil rights" is not the same as a "determination" . Neither a law directly permitting expropriation, nor an authoritv to expropriate authorised by law amounts to a "determination" of civil rights . However, the fixing of compensation by a tribunal or other body appointed or empowered to decide on compensation claims does concern the deterntination of civil rights and Article 6(I) is applicable to such proceedings . Neither the 1977 Act nor the relevant Parliamentary proceedings involved the "determination" of civil rights and obligations . Similarly the negotiations between the Secretarv of State and the Stockholders' Representative did not involve or result in any "determination" of the applicants' civil rights . The Secretary of State was not resolving a dispute and had no power to determine unilaterally the compensation pavable . Onlv in the event of a disagreement between the Secretary of State and Stockholders' Representative would a relevant dispute or "contestation" have arisen . Only when such dispute was referred to the arbitration tribunal could any relevant "determination" of the applicants' right to compensation have recurred . Accordinglv there was no determination of the present applicants' civil rights and no issue arises under Article 6 (1) . If arbitration proceedings had been initiated, the "reasonable time " referred to in Article 6 (1) would have run from the dateof the formal initiation of the proceedings. The period prior to the signifying of Royal Assent to the 1977 Act is wholly irrelevant under Article 6(1) . The period of negotiations is also irrelevant since no dispute or 'contestation" had a risen. It was also open to the Stockholders' Representative throughout the negotiations, to bring the m • Schmidt and Dahlstrom Cased, Judgment of 6 February 1976, Series A . Vol . 21, para . 40. •' Ringeisen Case, Judgment Series A. No . 13 ; Konig Case Judgment, Series A . No . 27 ; Kaplan v . United Kingdom . Report of the Commission, D :R . 21, p . 5 ; Case of Sp6rrong & Lünnroth, Report of the Contmission, Lecompte Case . Judgment, Series A, No. 43 ; X. (Andorfer Tonwerke) v . Austria . Decision of the Contmission . D .R. 18, p. 31 . - 174 - to an end and insist on determination by a tribunal. In any event the allegation that arbitration proceedings under the Act were unduly protected is unfounded . There is accordinglv no breach of the applicants' rights under Article 6(1) . e) Article 13 of the Convention The applicants' complaint is that no remedy exists against legislation which is clainted to breach their rights . The Government refer to the Commission's statement in the case of Young, James & Webster' to the effect that Article 13 does not require the existence of remedies in respect of legislation, and submit that there is, for this reason, no breach of Article 13 in the present case . 2 . The Applicants a) General Sabmissions The applicants state that their central complaint is that the compensation paid for Yarrow Shipbuilders was only a small fraction of its true value, and that thev have thereby suffered a gross injustice . It is not open to the Government to deny this. They have admitted that the compensation paid for sonte of the companies was "grossly unfair" . That plainly covers Yarrow Shipbuilders since the contpensation paid was only £6 million when :i . it had pre-tax profits in the four vears 1973-77 totalling over £2 0 niillion ii. it had an order book standing at £146 niillio ni . it had shareholders' funds of £16 .5 million ; iv. an independent valuation had assessed its value at £16 millio n v. in the vear ended 31 March 1981 a dividend ot' £23 million was declared in favour oP its parent companv, British Shipbuilders . The reasons why the compensation here was grossly unfair-while the compensation paid for some other companies was adequate or more than adequate-arise partly from the compensation formula provided for by the Act, partly front the wav in which the Governntent applied the Act in their conduct of the negotiations . These reasons include principall y i. the fact that Yarrow Shipbuilders was valued on the basis of a valuation of its parent company while most of the other companies were valued on the basis of their earnings ; ii . the fact that the valuation oP the parent company took no account of inforntation about Yarrow Shipbuilders' future prospects ; • Report of Ihe Contniission, para . 177. - 175 - iii. the fact that the valuation of the parent company took no account of the earnings of Yarrow Shipbuilders because of restrictions on the payment of dividends by it ; iv . the choice of a reference period which ended-more than three years before the taking of the property ; and v. the fact that the compensation paid took no account of the fall in the value of the monev between the reference period in 1973-74 and the date when the principal amount of compensation was paid in 1980 . b) Article I of Protoco! No. I to the Conventio n The applicants submit that the Government's interpretation of Article I is contrary to its clear wording and to the whole scheme of the Convention, which is designed to protect human rightsregardless of nationality . The only limitation in the Convention based on nationalitv is in Article 16 . As in Article 26 of the Convention the reference is to the substance of the international law rules, not to their scope . The consequences of the Government interpretation would be so unreasonable as to border on the absurd . Nationals would be deprived of protection . Article I would be largely deprived of effectiveness . Here the arbitrary result .would follow that the fourth applicant, being French, would have a remedy whereas the others would not . The Gudmundsson dictum was wrong, and recent developments in the Commission's case-law support this view. • The text of Article I . interpreted in accordance with the general rule in the Vienna Convention, is clear. If as the Government contend, it made a distinction between nationals and non-nationals, the meaning of the term "no-one" would have to change in mid-sentence . It is impossible to reconcile the peaceful enjoyment of possessions with the possibility that they may be taken without compensation . If applicable to aliens only, the reference to international law would impose no new obligation on States and the remedy it provided would be discriminatorv . The reference in fact serves to indicate not the personal scope of Article l, but the standard of compensation . As in the Lawless case,"the travaux préparatoires cannot be resorted to because the text is clear . The Commission was wrong to resort to them in the Gudmundsson case and gave no reason for doing so . In any event thev provide little guidance. Nor do the examples of state practice cited bv the Government support their conclusions . It has been the regular practice of states parties to pav full compensation when taking the property of their nationals . The pre- • The applicants refer inrer atia to the analysis by Advocate General Capotorti in Hauer r. Land Rheinland - Pfalz (1979) ECR 3727. " Judgment of I July 1961 . Series A, pp . 52-53 .-176 ponderant weight of considered acadentic opinion also supports the applicants. The reasons of "logic and policv" relied on bv the Government are irrelevant under the Convention, t9rstly because its concern is to protect individuals' rights against interference for the alleged benefit of the national and secondly because its concern is to protect the rights of all individuals irrespective of nationalitv or other status . The applicants add that, quite apa rt front the "general principles of international law", the right to adequate compensation is inherent in Article 1 . Since here there has been a ve ry substantial reduction of their right to compensation, the "very substance" of that right has been affected . • As to "prompt, adequate and effective" compensation, the Government's arguments suppo rt the applicants' case . The applicants accept that no pa rticular valuation method is required . The requirement is only that contpensation should reflect value when the prope rty is taken . This was not so here . Nor on anv view was the compensation "prompt" . As to effective compensation, the ef(ect of capital gains tax liability was to reduce the compensation from £6,000,000 to £4,720,000 after tax . c) Article 14 of the Convention in conjunction with Article I of Protoco/ No. I On the facts it is impossible to resist the conclusion that the applicants have been victims of discrimination . The Governnient make no substantial attempt to deny this . Even if in principle a pa rticular valuation method is selected, it will be possible to show that disc rimination has occurred if other generally accepted bases of justification is shown. In effect the Government argue that if the same formula was applied to all companies, there is no discrimination . This is not so. A single formula applied to companies in widely different circumstances, could lead and has led to discrimination . In any event the same formula was rtot applied to all the companies . Other profit-making companies was valued so as to take account of t'uture prospects, whilst Yarrow Shipholders was valued by reference to the value ot' the parent company . There•is no justification for that difference of treatntent. The Government interpret Article 14 as meaning that there is no discriniination without bad faith . However in the cases thev refer to the Court had already found justiflcation for the differential treatment and added that there was no evidence of bad faith . In the present case no objective reason has been given for treating the nationalised companies differentlv . • Andorfer Tonwerke Decision (sup . cit .) . - 177 - d) Article 6 of the Convention The Government's argument is ill-founded . The appiicants have already established that in their case the arbitration tribunal did not provide an effective remedv . Thus in substance and on the facts of the case, the Secretary ot' State did unilaterallv determine the amount of compensation . Secondlv, from the outset there was a dispute between the Secretarv of State and Stockholders' Representative as to the antount of contpensation . The entire administrative procedure must be taken into account in order to calculate the duration of the proceedings . e) Article 13 of the Convention The statement that Article 13 does not require a remedy in respect of legislation has no application here. The Act did not tie the hands of the Government as to the amount of compensation payable. The applicants had no remedv against the exercise of the Minister's discretion . Access to the Cou rts was excluded by the establishment of a special statuto ry tribunal, and access to the tribunal was effectively excluded by the terms of reference of the Act. ORAL SUBMISSIONS OF THE PARTIE S At the hearing before the Comntission both parties relied on and developed the submissions made in their written observations outlined above and made certain additional submissions relating to the admissibilitv of the application, under Article 26 of the Convention in particular, and to the issues of substance under the Convention . These subniissions, which were presented largely in common argument relating to he present case and others, are briefly summarised hereafter . A . Artlcie 26 of [he Convention 1 . The respondent Govenunen t The Government have alwavs accepted that the applicants' complaint relates to the adequacy of the compensation offered by the Secretary of State and accepted bv the applicants . However it is also clear from their pleadings that their case is that the inadequacv stems directlv from the statutorv compensation formula and not from the manner in which that formula was applied by the Government in formulating its offers of compensation . According to their own pleaded case they could claint to be victims of a violation of Article I of the Protocol from the moment when they were divested ol' their shareholdings . At the date of vesting they were deprived of their property on compensation terms which, according to them were arbitrary, unfair and discriminatory. It is fundamental to their primary case that the compensation formula was from the start inevitably bound to produce grossly - 178 - inadequate compensation . The 1977 Act had, front the moment of vesting, a direct and intntediate eft'ect on the applicants and they were entitled to claim to be victims of a violation of the Convention as from Ihen . The Government do not dispute that the conipensation forntula did not permit a mathematical calculation of the amount of compensation to be made, and that il allowed scope for the exercise of judgment as to the value of the securities. However the burden of the applicants' case is not about the exercise ol' judgment or discretion by the Government. In accordance with the Commission's jurisprudence the term "decision" in Article 26 is to be intepreted as applying to a statute wherever, as here, a statutory provision in respect of which there is no remedy is alleged to be in breach ot'the Convention . It is not clear what is alleged here to have been the tinal decision of the Governnient of which complaint is made . The Government itself did not decide or determine what compensation was to be paid . This was determined by agreement . As to domestic remedies, the arbitration tribunal clearly constituted a domestic remedv in principle and the applicants were in a position to require the Stockholders' Representative to refer the niatter to arbitration . The contention that the tribunal could not have awarded more than the sum agreed is not well-founded . The views of the Stockholders' Representative as to the value of the shares under the statutory formula cannot be relied on to excuse the failure to resort to arbitration . The course of the compensation negotiations shows that these views fluctuated and the applicants' claim to compensation was reduced . If the Stockholders' Representative believed that the applicants were entitled to the sum originally claimed under the statutory forntula, it was open to him to make this claim before the arbitration tribunal . Furthermore neither adverse advice as to the prospects of success nor, still less, the views of the other partv to negotiations as to the likelv outcome, can excuse the failure to exhaust domestic remedies . Nor can the fact that the Government indicated that it would contend for a lower figure in arbitration proceedings than the amount offered in negotiations excuse such failure . Accordingly in so far as the applicants' complaint is directed to the compensation terms prescribed by the Act, the applicants failed to introduce their application within six ntonths of the " final decision" . In so far as it is directed to the manner in which those terms were applied by the Secretary of State in formulating offers of compensation . the applicants have failed to exhaust domestic remedies . The application should therefore be declared inadmissible under Article 26 of the Convention . - 179 - 2 . The applicant s Until the compensation provisions of the Act had been applied and the compensation determined, the applicants were not entitled to claim to be victims under Article 25 of the Convention and the six months period could not begin to run. Until the compensation was finally determined the applicants did not know whether it would be so inadequate as to entitle them to claim under the Convention . The consequences of the Government argument would be absurd, meaning that in such cases all shareholders would for safety's sake have to lodge application within six months of the nationalisation Act, before their compensation had been determined . In anv event the applicants complain of the exercise of discretionary powers in relation to dividends, interest and other matters after 1977 . The application was therefore filled within the six months' time limit . As to domestic remedies, the exhaustion of futile remedies is not required . The arbitration tribunal did not have the task of giving a remedy against a determination of compensation, but was constituted to decide the amount of compensation if no agreement was reached . The tribunal had no discretion in determining the amount of compensation under the formula whereas the Secretary of State had a substantial element of judgment or discretion in deciding what he was prepared to pay . The exercise of that discretion could not be challenged in the courts . The suggestion that the applicants could have obtained more compensation before the tribunal is unfounded . In August 1980 the Government, having reviewed the whole matter decided not to remedy the injustice by amending the legislation. Instead they decided publicly to acknowledge that injustice was being done and at the same time to go as far as the Secretary of State could in the exercise of his discretionary powers in increasing his offers of compensation, going beyond what the tribunal could award on the strict application of the statutory formula . In the present case the explanation for the difference between the initial claim of the Stockholders' Representative and the sum ultimately agreed in the negotiations is that the Stockholders' Representative initially contended for an earnings-based valuation for Yarrow whereas the Government insisted on a parent companv related valuation . Yarrow could not realisticallv hope for a higher award from the tribunal which was expresslv directed by Section 38 (b) of the Act to have regard to the parent company's value . It is plain that in the present case the Government exercised discretion to go bevond the amount of their own expert advisers' valuation, which was f5,000,000, and to offer an additional f1,000.000. Arbitration therefore had no prospect of success and Article 26 has been complied with here . -180- B . The substanllve Issues under the Convention 1 . The respondent Government a) General submissioris The applicants' principal complaint is directed against the terms of the 1977 Act itself. The compensation formula in the Act was closely modelled on those in a number of other post-war United Kingdom nationalisation statutes, and represented a time honoured and well settled method of valuation of nationalised shareholdings . The question of what amounts to fair or adequate compensation is one on which different minds can genuinely reach widely divergent conclusions . The Government of the time repeatedlv expressed an intention that tair compensation should be paid, and its belief that the terms enacted were fair. The criticisms now made as to the amount and method of compensation were made and debated at great length in the Parliamenta ry proceedings leading to passage of the 1977 Act and, having considered those criticisms, the then Government remainded of the view that the compensation terms were fair. The terms cannot be described as arbitrary in these circumstances . The Convention organs can scrutinise States' legislation under the Convention but in a matter such as this involving detailed commercial and other considerations, the domestic tegistature is peculiarly well placed to ntake a sound decision . b) Article I Protocol No. I In the Sporrong case the Cou rt stated that A rticle I of the First Protocol comprised three distinct rules. The first enunciates the principle of peaceful enjovment of property . The second covers deprivation of possessions and defines when deprivation may occur without breach of the first rule . The third rule concerns the control of use . Before considering the matter under the first rule, it is necessary to consider whether either the second or third rule is applicable . Only if they are inapplicable is it necessarv to determine "whether a fair balance was struck between the demands of the general interest of the communitv and the requirements of the protection of the individual's fundamental rights" .' Here the deprivation rule is applicable and there is therefore no room for falting back on the first rule and considering the question of fair balance . Further elaborating on the submissions ntade in their written observations, the Government submit that the conditions set by the deprivation rule were satistied here . In particular the nationalisation effected by the 1977 Act satistied the requirement of being "in the public interest", being a measure introduced by the Government and passed by Parliament for the economi c • Sporrong and lünnroth Judgment, Series A . No . 52, para . 69. - 181 - well-being of the country and the industries in question . The expropriation was also "subject to the conditions provided for by law", occurring by virtue ot' and subject to conditions prescribed in an Act passed by a democratically elected Parliament . The "general principles of international law" guarantee the payment of compensation to foreigners alone and do not secure the payment of compensation to nationals of the expropriating State . In any event the compensation formula provided for by the 1977 Act met the international law requirements of adequate, prompt and effective compensation, both as to the provisions themselves and as to the manner in which thev were implemented . c) Article 14 of the Convention in conjunction with Article 1 of Protoco! No . I The applicants' complaints of discrimination fundamentallv misconceive the proper role of Article 14, and distort its express words . Article 14 is directed to differences of treatment based expresslv or covertly on the personal characteristics or status of persons placed in comparable situations and to constitute discrimination such treatment must be lacking in objective and reasonable justification .• It is designed to prevent discriminatorv treatment and not to produce complete equalitv of result under whatever criteria is applied . The provisions of Section 38 (b) of the Act were reasonable and objectivelv justified and their application in Yarrow's case did not involve any discrimination. d) Conclusion There has been no breach of Article I of the First Protocol either alone or in conjunction with A rticle 14 and the applicants' complaints are manifestly ill-founded . 2. The app(icarrts a) General submissions There is a remarkable difference between the position of the Government in the present proceedings and the position they adopted in Parliament where, on 7 August 1980, the Secretarv of State for Industry clearly and unequivocallv acknowledged to Parliament and the public that the compensation terms were "grosslv unfair to some of the companies" . Their position in the present proceedings that the provisions of the 1977 Act are "fullv compatible with a standard of 'adequate, prompt and effective' compensation" is completely irreconcilable with that position . Compensation terms which have been described by the Government as "grosslv unfair" cannot be contpatible with a standard of "adequate, prompt and effective" compensation . • Belgian Linguistic Case, Judgment of 23 July 1968 ; Application No. 8765/79, Liberal Party v . the United Kingdom, D.R. 21 . p. 211 ; Sunday Times Case, Series A, No . 30. para . 72. It is no answer to the applicants' claim for the Government to state that they believed they were providing fair compensation . Furthermore in the light of the Parliamentary debates and the repeated refusal to amend the compensation formula the applicants do not accept that it was the Government's intention to pay fair compensation as understood by the "adequate, prompt and effective" criteria . Nor is it any defence that the violation of the applicants' rights was by statute or that the Government had their attention drawn to the violation during the Parliamentary debates and refused to amend the legislation . This compounds the wrong . Rather than being "closelv modelled" on previous nationalisation legislation, the 1977 Act was a grotesque pastiche in which niethods and criteria appropriate to other situations were stuck together and applied to a case where they were wholly out of place and resulted in gross unfairness . Whatever the terms of previous statutes it is the application of the 1977 Act which is in issue herc. The notion of fair compensation is not entirely subjective or inflnitelv elastic. Compensation is the equivalent in monev terms of the property taken and the t'ormula applied must be appropriate for the deterniination of conipensation for the particular property in the particular circumstances . b) Article I Protocol No . I of the Convention The Court's judgment in the Sporrong case (sup cit) established that the peaceful enjovment of possessions mav be interfered with by public authorities, even where the control of use rule is inapplicable, but only subject to important safeguards and conditions . Firatlv the aim or purpose of the interference must be to meet the demands of the general interest of the community . Secondly the means of interference employed must be proportionate to the aim and where appropriate the right of the owner to be paid just and fair compensation for the loss sustained through the interference is an essential means of maintainine the balance between his private rights and the public rights of the State . The judgment established that a right to compensation for nationals arises in appropriate circumstances under the first sentence of Article 1 . The present claim comes within the general rule in the first sencence of Article I as well as within the specific rule in the second sentence, deprivation of property being the ntost serious form of interference with possessions . Accordinglv the first sentence guarantees the applicants a right of compensation for the losses thev have sustained as a result of the interference with their property rights. The second sentence also applies and the same concept of fair balance and the same right to compensation to preserve the balance is guaranteed under that sentence . In cases of deprivation the only practicable and effective means of maintaining a fair balance is through compensation, and a right t o - lô3 - compensation is to be derived from each of the three safeguards in the second sentence of Article 1 . Further developing the submissions made in their written observations the applicants submit that in view of the unfairness of the compensation terms and derisory compensation paid, the taking of their propertv was not compatible with any of the three safeguards, all of which were applicable . There has therefore been a breach of Article I of the Protocol . c) Article 14 of the Convention in conjunction with Article / of the First Protocol Even if Article I of the Protocol does not guarantee a right to compensation to a State's own nationals, Article 14 read with Article I requires that where the State does pay compensation to nationals, it must do so in a nondiscriminatory manner, which the Government failed to do here. THE LAW 1 . The applicants complain that inadequate compensation was paid on the nationalisation of Yarrow Shipbuilders and invoke Articlel of Protocol No . I to the Convention alone and in conjunction with Article 14 of the Convention, and Articles 6 and 13 of the Convention . The Government maintain that the application, so far as brought by the second, third and fourth applicants is inadmissible on the ground that they are not, and cannot claim to be "victims" of the alleged violations of the Convention . Thev also maintain that the application is inadmissible under Article 27 (3) of the Convention for noncompliance with the conditions set forth in Article 26, and in anv event under Article 27 (2) of the Convention on the ground that it is manifestlv ill-founded . The Commission has considered each of these objections to the admissibility of the application in turn .2 . As to Article 25 of the Convention, the Commission notes that th e second, third and fourth applicants did not own any shares in the nationalised companv, Yarrow Shipbuilders . Thev owned shares in Yarrow, the first applicant, which was the sole shareholder in Yarrow Shipbuilders . Accordingly as the Government point out, these three applicants were not themselves deprived of any of their possessions . Onlv the first applicant was . Nor could any rights of the second, third and fourth applicants have been determined in proceedings concerning compensation for the nationalised shares . Only the rights of the first applicant as owner of the shares were or could have been at issue in such proceedings . The second, third and fourth applicants were thus only indirectly affected by the nationalisation measure itself, and by the subsequent compensation proceedings . The Court has held that the term "victim" in Article 25 of the Convention :"denotes the person directly affected by the actor omission which is in issue", - 184 - (Eckle Case. Judgment of 15 Julv 1982 . para. 66 ; see also Klass Case, Series A. Vol. 28, para . 33). The Commission has previously held in two cases that a shareholder was entitled to claim to be the "victim" ot' measures directed against a company, (Application No . 1706/62, X. Y. Austria, 21 Coll . of Decisions, p . 26 ; Application No . 7598/76,_Kaplan v. the United Kingdom, Report of the Commission, D .R . 21 p. 5 at p . 23, para . 129-131) . However the Commission recalls that in both these cases the individual concerned held a substantial majority shareholding in the company . In effect both applicants were carrying on their own business through the medium of the company and both applicants had a direct personal interest in the subject-matter of the complaint . Thus in Application No . 1706/62 the applicant alleged that the actions which he complained of were part of a general scheme aimed against him personally . The Kaplan Case concerned restrictions imposed on the company on the basis of the applicant's alleged personal unfitness to act as a controller . The circumstances of the present case are not, in the Commission's view, comparable to the two cases referred to. None of the three applicants in question here held a majority or controlling interest in Yarrow . The nationalisation measure did not involve them personally . It is true that by reducing the assets of Yarrow (as thev allege) it would no doubt have reduced the value of their shareholdings . However it is open to Yarrow itself to lodge a complaint under the Convention, as it has done . There is no question of Yarrow having been left in a position where it is incapable of taking this course . In the circumstances the Commission considers that the matters complained of in the present application had only an indirect effect on the second, third and fourth applicants and not a direct affect such as to entitle them to claint to be "victims" for the purposes of Article 25 of the Convention . It follows that the application, so far as brought by these three applicants, is manifestlv ill-founded and must therefore be considered inadmissible under Article 27 (2) ot'the Convention . 3 . The Contmission has next considered whether, as contended by the Government, the application so far as brought by the first applicant Yarrow, is inadmissible under Article 27 (3) of the Convention on the ground of failure to complv with the requirements of Article 26 of the Convention . Article 26 is in the following terms : "The Commission may only deal with the matter after all domestic remedies have been exhausted, according to the generally recognised rules of international law, and within a period of six months from the date on which the final decision was taken. " The respondent Government ntaintain that in so far as the application is directed against the statutory compensation formula itself it is out of time, not having been introduced within six months of the passing of the 1977 Act or o f - 185 - vesting day under the Act . Thev further maintain that in so far as it is directed against the application of the Act, and in pa rticular the a ttitude adopted by the Secretary of State in the compensation negotiations . it is inadmissible for non-exhaustion of domestic remedies on the ground that the Stockholder's Representative acting on behalf of Yarrow did not refer the question of compensation to the arbitration tribunal for determination in accordance with the provisions of the 1977 Act. In the De Becker case the Commission made the following observations concerning the interpretation of Article 26 of the Convention : "Whereas the Commission notes, in this connection, that the two rules contained in A rticle 26 concerning the exhaustion of domestic remedies and concerning the six months period, are closely interrelated, since not only are they combined in the same Article, but they are also expressed in a single sentence whose grammatical construction implies such correlation ; and whereas the term "final decision", therefore, in Article 26 refers exclusively to the final decision concerned in the exhaustion of all domestic remedies according to the generallv recognised rules of international law, so that the six months period is operative only in this context ;whereas fu rthermore, the preparatorv work of the Convention, in particular the report prepared in June, 1950, by the Conference of Senior Officials, conrirm this interpretation ;"• It has subsequently revised this interpietation of Article 26 to the extent of holding that where no domestic remedy exists the act or decision complained of must itself normally be taken as the "final decision" for the purposes of Article 26." In this connection, in Application No . 7379/76, the Commission made the following observations "However having considered its previous interpretation of Article 26 of the Convention in the light of the facts of the present case, the Commission has come to the view that where no domestic remedy is available, the act or decision complained of must itself normallv be taken as the "final decision" ("décision inteme définitivé") for the purposes of Article 26 . The six months rule laid down in Article 26 was clearly intended to require an applicant to decide whether or not to refer his case to the Commission within a period of six months after his position had been finally determined on the domestic level . Where no question of a continuing violation of the Convention arises, this requirement is equallv applicable whether the applicant's position is finally determined by the final decision taken in the course of exhaustion of a domestic remedv or, i n • Application No. 214/56, De Becker v. Belgium, Yearbook 11, p . 214 at p . 242. ** Application No . 7379/76, X . v. the United Kingdom, D .R. 8. p. 211 . -186- the absence ot' any domestic remedy, bv the act or decision which is itself alleged to be in violation of the Convention" .* It has followed this interprestation of Article 26 in a number of subsequent cases .'• It follows from this case-law that the six months period referred to in Article 26 mav begin to run either from the date of a"final decision" taken in the exhaustion of an effective and sutTcient domestic remedv, or from the date of the act or decision complained of where such act or decision finallv deterntines the applicant's position on the domestic level . However in the Commission's opinion Article 26 cannot be interpreted so as to require an applicant to seize the Commission at any time before his position in connection with the matter complained of has been finallv determined or settled on the domestic level. Only when there has been a "fina! decision" ("décision interne définitive") or some equivalent act or measure, does the six months' period start to run. The Commission notes that in the present case the applicant Yarrow does not suggest that the taking of its propertv was in itself contrarv to the Convention . It complains, in substance, that the prope rty was taken without pa-vment of prompt, adequate and effective compensation and that the compensation which was paid was discriminatory . It alleges that this situation arose partlv from the statutorv contpensation formula itself, and partly from the conduct of the Secretarv of State in the compensation negotiations and in making payments . Although the applicants suggest that the statuto ry formula was such that it would inevitably produce inadequate contpensation, the 1977 Act did not itself determine either the amount of compensation or the promptness with which pavments should be made . The Commission cannot therefore accept that it can be taken as equivalent to a"final decision" on the question of compensation . The Commission obse rves in this respect that the situation in the present case is fundamentally different from that which it considered in Application No. 7379/76 (sup. cit.) . In that case the applicant complained of having been deprived of an interest in certain land by an Act of Parliament which had immediate effect and which contained no provision for any subsequent proceedings concerning compensation or other redress . As soon as the Act came into effect the applicant was thus fnallv deprived of his interest in the land and no fu rther questions relevant to his complaint under the Convention remained to be determined on the domestic level . In the present case, on the contrary, the question of compensation, the subject ma tter of the applicant's complaint, was left to be determined in accordance with a procedure lai d • ibid at p. 212. •* See e.g. Application No. 8007/77, Cyprus Y. Turkey, D .R. 13, p. 85 at p. 153 . - 187 - down in the Act, either by agreement or by arbitration . The applicant's position was not finally determined by the Act itself and in the Commission's view it was entitled, if not bound, to have the amount of compensation fixed by use of the statutory compensation procedure as it did before bringing its complaints concerning compensation before the Commission . Accordingly the Commission does not consider that the application, or any part of it. is out of time, since it was introduced within the six months of the agreement whereby the compensation was determined . It remains to be considered, however, whether the failure of the Stockholder's Representative to refer the question of compensation to the arbitration tribunal involved a failure to exhaust domestic remedies . In this respect the Commission first notes that there is no dispute that the first applicant, as the sole shareholder in Yarrow Shipbuilders, could have had the question of compensation referred to the tribunal by the Stockholder's Representative if it had wished to do so . Article 26, as the Commission and Court have consistent]v held, only requires the'use of domestic remedies which are effective and sufficient, that is to sav capable of providing redress for the complaints which the applicant makes, (see e.g. Airey Case, Judgment of 9 Octôber 1979, Series A., Vol . 32, pp. 11, 19 ; Van Oosterwijck Case, Judgment of 6 November 1979, Series A ., Vol . 40, pp. 13-14, 27) . The Commission has therefore considered whether a reference to the arbitration tribunal was a remedv capable of providing redress in respect of the applicant's complaints to the effect that it did not receive prompt, effective and adequate compensation for the shares of Yarrow Shipbuilders, and that the compensation paid was discriminatory . The function of the arbitration tribunal under Sections 38 and 39 of the 1977 Act was, in substance, to determine the amount of compensation payable under the statutorv compensation formula "in default of agreement" between the Secretary of State and the Stockholder's Representative . The Act thus enivaged that negotiations should precede any reference to arbitration. It does not therefore appear that if a reference to arbitration had been made in the present case, payment of compensation would have been achieved any more promptly than was in fact the case . On the contrary arbitration proceedings would probably have led to further delay . Nor did the tribunal have any jurisdiction over such matters as interest rates and payments to account . On the other hand the arbitration tribunal did have jurisdiction to determine the amount of compensation under the statutory formula . However it did not sit as a tribunal of appeal pronouncing on the adequacy of the offers made in the negotiations by the Secretary of State . It represented an alternative means of assessing the compensation due under the statutory formla, if agreement as to the appropriate amount could not be reached, and might award ei!her more or less than the sum offered in neqotiations . -188- The Government maintain that in so far as the complaint of the first applicant is based on the conduct of the Secretary of State in formulating offers of compensation in the negotiations, the arbitration tribunal constituted an effective and sufficient remedy which it was obliged to exhaust . However the substance of the applicant's complaint about the Secrearv of State concerns an alleged refusal to offer compensation beyond the statutory compensation formula. The applicant submits in particular that Section 38 (6) of the 1977 Act, requiring the stock-market value of the parent company to be taken into account, was not binding on the Secretary of State but only on the arbitration tribunal and that the Secretarv of State actually offered ntore than the statutory formula would produce, and to be fair should have otTered still more . The Government maintain that the statutory formula was binding in its entirety on both the Secretary of State and the arbitration tribunal, and denv that the sum flnallv offered went beyond its contines . However both parties are agreed that the compensation formula would have been binding in its entirety on the tribunal, which would have had to take into account the stock-ntarket valuation of Yarrow during the reference period . It is clear that the applicant could not have raised before the arbitration tribunal the complaint that the Secretary of State refused to offer more than the formula permitted . It is true that the first applicant could, as the Government point out, have advanced argument in the arbitration tribunal as to the weight, which should, in the particular circumstances, be attached to the stock-market valuation of the parent company during the reference period, this being only one "relevant factor" for the tribunal to take into account . However the sum agreed in fact substantially exceeded the parent company's stock-market valuation during that period, and the Commission cannot find that the applicant acted unreasonably in taking the view that it was unlikely to achieve more within the confines of the statutory formula before the arbitration tribunal than it had achieved in the negotiation procedure envisaged by the statute . It is also bevond dispute that major elements of the applicant's claim, such as the alleged unfairness in the choice of reference period and the failure of the statutory formula to take into account profits retained in Yarrow Shipbuilders prior to vesting date as a result of dividend restrictions, could not have been raised before the arbitration tribunal . In all the circumstances the first applicant appears to have made reasonable use of the compensation procedures laid down in the 1977 Act by pursuing to an agreement, as envisaged by Section 38 of the Act, the question of what contpensation it was entitled to under the Act . The substance of its complaint is not that it received less than the Act entitled it to but that the very nature of the statutorv compensation formula was such that it inevitablv failed to reflect the proper value of Yarrow Shipbuilders at vesting day and produced inadequate and discriminatory compensation . The Commission therefore finds no basis for holding that use of the alternative procedure for - 189 - applying the compensation formula, namely arbitration, would have constituted an effective and sufficient remedy in respect of its complaints . The Commission therefore concludes that the requirements of Article 26 have been satisfied in the present case . 3 . The Commission has made a preliminary examination of the parties' submissions under the Articles of the Convention and Protocol invoked by the tirst applicant . It finds that the case, so far as brought bv the first applicant, raises complex and important issues concerning the interpretation and application of the Convention and that it cannot be considered manifestly ill-founded . No other ground of inadmissibilitv isapplicable and .the application of the first applicant must therefore be declared admissible . For these reasons the Commissio n DECLARES THE COMPLAINTS OF THE SECOND, THIRD AND FOURTH APPLICANTS INADMISSIBL E 2. DECLARES THE APPLICATION, SO FAR AS BROUGHT BY THE FIRST APPLICANT,-ADMISSIBLE . (TRADUCTION) EN FAIT Les faits de la cause tels qu'ils ont été présentés par les parties peuvent se résumer comme suit :Lepremierrequérant, Yarrow Public Limited Company ( anciennemen t Yarrow and Company Limited, ci-après .Yarrow .) est une société dont le siège se trouve en Angleterre. Le deuxième requérant, Sir Erie Yarrow, est Président de Yarrow . Ressortissant britannique, il réside dans le Renfrewshire . Le troisiènte requérant. M. & G. Securities Ltd., est une société dont le siège se trouve en Angleterre . Le quatrième requérant, Mme Augustin-Normand, est une ressortissante fran çaise qui réside au Havre . Les requérants sont représentés par MM . Slaughter & May. solicitors à Londres. Les deuxième, troisième et quat rième requérants ont chacun des intérêts dans Yarrow- En février 1981, lorsqu'a été formulée la présente requête, le capital social de Yarrow était de 2 375 000 £ réparties en 4 750 000 actions -190- ordinaires de 50 pence chacune, dont 4 millions étaient émises et intégralement libérées . Le deuxième requérant en détenait 50 604 . Le troisiènte requérant est gérant d'un fonds de placement, M . & G. Recovery Fund, qui possédait 260 000 actions . La quatrième requérante en détenait 1 639 . Au I - juillet 1977, la participation à Yarrow PLC du deuxième requérant était de 53 982 actions, celle de M . & G . Recovery Fund de 40 000 et celle du quatrième requérant de 1 639 . Yarrow PLC possédait autrefois la totalité des titres de Yarrow (Shipbuilders) Ltd . (ci-après . Yarrow Shipbuildem), société de construction de navires de guerre et d'autres navires spécialisés . Le 1- juillet 1977, ces titres ont été acquis par une personne morale de droit public, British Shipbuilders, en vertu de la loi de 1977 sur les industries aéronautiques et navales ( .la loi de 1977 .), qui a nationalisé plusieurs sociétés de construction aéronautique et navale. Les chantiers navals Yarrow, fondés en 1865, se trouvent depuis 1906 à Glasgow, où ils construisent des navires de guerre et d'autres navires spécialisés . La Société Yarrow Shipbuilders a elle-même été constituée en juillet 1966 en tant que filiale à 100 % de Yarrow . Elle a repris les activités de construction navale de la société mère et a comntencé ses opérations commerciales en juillet 1967 . En février 1968, 51 % de ses actions furent vendus à Upper Clyde Shipbuilders (• UCS .) pour 1800000 £ . Selon les requerants, cette opération s'est faite contre les vueux de la société mère, en réponse à des pressions gouvernementales et sur les conseils du ntinistére de la Défense . Elle a eu un effet nét'aste sur les affaires, entrainant des pertes pour un total de 4 755 000 £ au cours des trois exercices allant jusqu'au 30 juin 1970 . En avril 1971, Yarrow a racheté pour une livre la participation d'UCS (51 %) dans Yarrow Shipbuilders . Un prêt de 4 500 000 £ a été négocié avec le ministére de la Défense pour remplacer le fonds de roulement érodé par les pertes . L'une des conditions de l'accord de prêt était que, lorsqu'elle recommencerait à faire des bénéfices, l'entreprise Yarrow Shipbuilders ne pourrait distribuer des bénéfices à la maison mère, par le biais de dividendes, qu'avec l'agrément préalable du ministère de la Défense . Une fois terminée son association avec UCS, Yarrow Shipbuilders a vu sa situation financière s'améliorer quelque peu. Elle a fait quelques bénéfices au cours des exercices allant jusqu'au 30 juin 1971 (308 000 £) et jusqu'au 30 juin 1972 (607 000 £) . Par la suite, tant son chiffre d'affaires que ses bénéfices ont considérablement augmenté . Pour l'exercice allant jusqu'au 30 juin 1973, les bénétices étaient de 3 025 000 £ avant impôt et 2 900 000 £ après impôt . Pour les quatre exercices suivants, c'est-à-dire jusqu'au 30 juin 1977, la société a fait des bénéfces avant impôt pour un total de 20 716 000 £ . D'après l'estimation fournie par les requérants, les bénétices après impôt pour cette période étaient de 10 542 000 L . Les requérants affirment que, compte tenu du crédit que constituait une provision pour impôt différé qui n'était plu s - 191 - nécessaire, le total des bénéfices après impôt se montait à près de 12 900 000 £ . Au cours de cette période, Yarrow Shipbuilders n'a été autorisée à verser que 2 600 000 £ de dividendes à sa maison mère, une partie importante des bénéfices restant donc dans la société. Les requérants décrivent Yarrow Shipbuilders, à l'époque de sa nationalisation, comme une affaire prospère et en expansion . Contrairement à celles des constructeurs de navires marchands, ses activités ont augmenté d'une façon régulière et importante entre 1971 et 1977 . lls présentent un rapport d'estimation sur la société selon lequel sa valeur équitable au 1 - juillet 1977 aurait été de 16 millions de £ . A l'époque, elle comptait pour près de 90 % des activités de Yarrow . Ses actions . contrairement à celles de Yarrow, n'étaient pas cotées en bourse . Les indemnités versées en échange des actions de la société étaient payables conformément aux dispositions du Titre Il de la loi de 1977. La somme ainsi due était la •valeur de base . des titres, après différentes déductions (articles 35 et 39) . Toutefois, dans le cas des actions, comme ce0es de Yarrow Shipbuilders . qui n'étaient pas cotées en bourse, la •valeur de base . devait être celle qui pourrait être fixée par accord entre le ministre et un . représentant des actionnaires• ou, à défaut d'accord, la valeur de base qui, selon un tribunal arbitral, serait celle que les actions auraient eue si elles avaient été cotées pendant toute la période de référence (article 38) . L'article 38 de la loi contient diverses règles à appliquer pour déterminer la valeur de base des titres non cotés . L'alinéa 3 prévoit notamment que le tribunal arbitral doit tenir compte de • tous les facteurs pertinents .. L'alinéa 6 prévoit qu'en cas de filiale constituant une partie importante des activités du groupe, l'un des • facteurs pertinents . que le tribunal arbitral doit prendre en considération est le cours des actions de la maison mère (si celles-ci sont cotées en bourse) . Des négociations ont eu lieu entre le représentant des actionnaires agissant au nom de Yarrow et le Gouvernement quant au montant des indemnités à verser pour les actions de Yarrow Shipbuilders . En septembre 1977, le représentant des actionnaires a remis au Gouvernement un mémorandum descriptif concernant Yarrow Shipbuilders . En décembre 1977, les conseillers du Gouvernement, Ernst Whinney (• EW »), ont présenté un rapport et une estimation . Les parties aux négociations ont échangé leurs estimations en mars 1978 . Celle du Gouvernement, de 2 800 000 £, était liée à la valeur en bourse de l'ensemble des actions de Yarrow, la maison mère . Celle du représentant des actionnaires était de 17 500 000 £ : il s'agissait d'une estimation fondée sur les bénéfices compte tenu des bénéfices potentiels de Yarrow Shipbuilders pour l'exercice allant jusqu'en juin 1974 et de l'hypothèse d'une •offre de vente• des actions sur le marché boursier immédiatement avant la période de référence . - 192 - Lors des négociations, les parties ont notamment étudié la possibilité d'autoriser la distribution de dividendes supplémentaires pour la période allant jusqu'au jour de l'acquisition . Elles se sont aussi demandé si l'on devait présumer que le prêt du ministère de la Défense aurait été refinancé dans le cas où la société aurait été cotée en bourse, s'il était opportun de fonder l'estimation sur une . offre de vente ., et quel aurait été l'effet éventuel de la limitation des dividendes sur la valeur en bourse de l'ensemble des actions de Yarrow . En juillet 1978, le Gouvernement a proposé 4 millions de £ et, en septembre, le représentant des actionnaires a réduit ses prétentions à 12 millions de £ . D'autres offres ayant été émises par le Gouvernement en août 1979 et en août 1980, on est finalement convenu, en octobre 1980 . d'une indentnisation d'un montant de 6 millions de £ . Deux paiements anticipés au titre de l'indentnisation ont été effectués pendant les négociations, conformément à l'article 36, paragraphe 6, de la loi de 1977 . Une somme de I 400 000 £ a été versée en février 1978 et une autre, de 850 000 £, en décembre 1978 . Le dernier versement, d'un montant de 3 750 000 £ . a été eff-ectué le 21 octobre 1980 . Les paiements partiels étaient effectués par l'éntission de bons du Trésor de 1981 à 9'/h %, d'un rendement courant de l'ordre de 10 %, le dernier versement par l'émission d'obligations du Trésor de 1980 à 10 %, d'un rendement courant d'un peu moins de I l%a . Aux termes du paragraphe 5 de l'annexe 5 de la loi, les intérêts sur ces titres devraient être considérés comme courant à partir de la date de l'acquisition, c'est-à-dire le 1- juillet 1977 . GRIEFS ET PREMIERE ARGUMENTATION DES REQUÊRANTS Les requérants soutiennent que l'indemnisation obtenue pour les actions de Yarrow Shipbuilders était inadéquate . arbitraire et discriminatoire . Ils se plaignent d'une violation de lems droits aux termes de l'article I du Protocole additionnel de la Convention, pris isolément et en combinaison avec l'article 14 . Ils font valoir aussi que le montant de l'indemnisation n'a pas été fixé dans un • délai raisonnable •, et se plaignent d'une violation de l'article 6 de la Convention . Enfin, ils allèguent, invoquant l'article 13 de la Convention, qu'aucun • recours effectif . ne leur était offert sur ces questions .Lesprincipauxargumentsforntulésparlesrequérantsdansleurrequêt e sont exposés ci-après . Article 1 du Protocole additionnel Les requérants soutiennent qu'ils ont été privés de leurs biens dans des conditions différentes de celles qu'autorise l'article 1 du Protocole . lls font valoir que les . principes généraux du droit international . visés à l'article 1 s'appliquent aussi bien aux nationaux qu'aux étrangers. lis exigen t - 193 - une indemnisation -rapide, adéquate et effective» en cas d'expropriation. Aucune de ces conditions n'était remplie et le Gouvernement lui-même a reconnu que les conditions d'indemnisation imposées par la loi de 1977 étaient .d'une injustice flagrante .. L'irtdernnisation n'était pas +rapidey, compte tenu du temps écoul é entre le jour de la cession (1° juillet 1977) et les dates auxquelles l'indemnité a été versée (7 février1978, 6 décembré 1978 et 21 octobre 1980). La formule d'indemnisation était inadéquate et arbitraire car : - elle imposait un critère irréaliste en exigeant que des titres non cotés soient évalués comme s'ils l'étaient ;- elle ne tenait aucun compte de la prime payable en sus de la valeur en bourse pour le contrôle d'une société ; - elle ne tenait pas compte de la situation particulière des filiales : l'état réel de leurs affaires peut se trouver faussé par la politique du groupe, si bien qu'il est injuste de traiter une filiale comme une entité indépendante . La période de référence pour l'estimation était de six mois à compter du I" septembre 1973, alors que le droit international exige que l'indemnisation tienne compte de la valeur au moment de la prise de possession, c'est-à-dire le I^, juillet 1977. Aucune autre période n'a été proposée (contrairement à ce qui s'était produit pour des lois de nationalisation antérieures) . Le marché boursier connaissait alors une baisse anormale, notamment pour les actions des entreprises de construction navale . Aucun compte n'a été tenu ni du changement favorable de situation de Yarrow Shipbuilders entre la période de référence et la date de l'acquisition, ni de l'inflation au cours de cette période . Eu égard aux restrictions apportées au versement de dividendes à la suite de l'accord de prêt, l'hypothétique valeur en bourse de Yarrow Shipbuilders était considérablement sous-estimée par rapport à sa valeur réelle . Il en est aussi résulté une baisse artificielle de la valeur en bourse effective de Yarrow qui, en vertu de l'article 38 (b) de la loi, constituait un facteur à prendre en compte pour évaluer la filiale . Les bénéfices non distribués, d'un montant de 9 400 000 L . réalisés par Yarrow Shipbuilders de 1973 à 1977, ne se reflétaient pas dans l'estimation boursière hypothétique de Yarrow Shipbuilders ni dans la valeur en bourse effective de Yarrow . L'indemnisation était aussi inefftcace dans la mesure où le calendrier et la forme des versements n'étaient pas de nature à assurer une contrepa rtie exacte de la valeur des titres . Il n'a été, notamment, tenu aucun compte de l'inflation enlre la date de l'acquisition et celle du versement . Aucun compte n'a été tenu de la hausse des taux d'intérêts, pour l'émission, à titre de paiement, de bons d'Etat à intérêt fixe . Pour la période comprise entre l'acquisition et le paientent, ce sont des intérêts simples et non pas des intérêts composés qui ont été versés. On n'a tenu aucun compte du fait que la cession des bons émis par l e - 194 - Gouvernenienl était obligatoirentent soumise à la taxation des plus-values . Or, les bons élanl à court terme, il était inévitable qu'ils seraient vendus rapidement en faisant apparaitre une plus-value . En ce qui concerne les conditions prévues à l'article I, pour une mainniise sur des biens, les requérants déclarent qu'il est permis objectivement de douter que la niainntise ait eu lieu •pour cause d'utilité publique .. Ils reconnaissent néanmoins que la Commission s'est monlrée prête à accorder une large •marge d'appréciation» en la matière . Pour ce qui est des •conditions prévues par la loi ., ils ne nient pas que la niainmise paraisse conforme à la loi. Leur requête •est dirigée contre la loi elle-même et contre la manière dont celle-ci leur a été appliquée , Ils soutiennent néanntoins que les . principes généraux du droit internalional- exigent une indemnisalion fondée sur la valeur réelle des biens au moment de la mainntise ou inimédialemenl auparavant, sans tenir compte de toute moins-value due à la menace de la mainmise . Ces exigences se reflètent dans la pratique suivie par les Etats Parties à la Convention - y compris le Royaume-Uni - à laquelle les requérants se réfèrent en détail . L'affirntation de la Contmission dans l'affaire Gudmundsson*, selon laquelle les principes généraux du droit international ne s'appliquent pas aux biens des nationaux, est erronée . Le fait que les principes en question aient été, inévilablemenl, élaborés à l'accasion d'affaires concernant des biens appartenant à des étrangers, ne signifie pas qu'ils puissent s'appliquer uniquement à de tels cas . La Convention a vansposé des principes élaborés dans le contexte des relations entre Etals et étrangers, afin qu'ils s'appliquent d tuure personne relevant de leurjuridiction, cotnme l'indique lui-même l'article I de la Convention . L'article I du Protocole applique, dans le cadre de la Convention, des principes élaborés dans un contexte différent . Limiter son champ d'application pour en exclure les nationaux serait contraire à ses lermes nténtes, qui visent «Toute personne physique ou ntorale . . . . et qui prévoient que «Nul ne peut élre privé de sa propriété» . Ce serait aussi discrintinatoire . La référence au droit international a pour but de fournir un critère pour le montant de l'indemnisation et non pas d'exclure les nationaux . Cette conclusion se trouve corroborée par les termes de l'article 1, s'ils sont lus dans leur contexte (y compris le préambule) et à la lumière de l'objet et du but de la Convention, conformément à l'article 31 de la Convention de Vienne sur le droit des traités. En ce qui concerne les travaux préparuroires, les requérants soutiennent en prentier lieu que le sens ct l'effet de l'article 1 du Prolocole sont clairs . On • Requ@te N° 511/59 . Gudmundsson c/Islande, Annuaire III, p . 394 aux pp . 422-425 . - 195 - n'est donc pas fondé . aux termes de l'article 32 de la Convention de Vienne, à y faire appel comme à un moyen complémentaire d'interprétation . Pourtant, dans l'affaire Gudmundsson, la Commission a eu le tort d'y recourir directement . Le sens apparent de l'article 1 ne conduit pas à un résultat qui es t«manifestementabsurdeoudéraisonable» . Ce sont les travaux préparatoire s qui y aboutiraient ici, si on les appliquait comme dans l'affaire Gudmundsson . Même si l'on est fondé à se pencher sur les travaux préparatoires . le résultat est moins net qu'il n'est dit dans l'affaire Gudmundsson . Ce qu'on peut dire tout au plus à l'encontre des requérants, c'est que, envisagés dans leur ensemble, les travaux préparatoires permettent plus d'une interprétation . lis ne sauraient donc être décisifs à l'encontre des requérants . Ces derniers n'ont connaissance d'aucune décision dans laquelle la Commission aurait développé de manière significative le raisonnement suivi dans l'affaire Gudmundsson, bien que sa partie pertinente ait été reprise par la suiteR . D'un autre côté, des décisions plus récentes font apparaitre quelques doutes au sujet de cette docti%ine*' . Les requérants soutiennent donc que l'article 1 du Protocole oblige les Etats à indemniser intégralentent leurs ressortissants en cas d'expropriation, que cela n'a pas été fait, et qu'il y a donc eu violation de leurs droits consacrés par l'article I . Article 14 combiné à l'article 1 du Protoeol e En dehors de leur grief invoqué au titre du seul article 1 du Protocole, les requérants allèguent qu'ils ont subi une discrimination car ils ont été traités injustement par rapport à d'autres personnes se trouvant dans la même situation. Quand bien même leur grief au titre du seul article 1 ne serait pas retenu, le présent moyen devrait aboutir compte tenu de l'interprétation donnée par la Cour à l'article 14 dans l'Affaire linguistique belge"' . Même si le Gouvernement n'a pas violé l'article 2 en ne procédant pas à une indemnisation intégrale, il a violé l'article 14 combiné à l'article 1 dans la mesure où l'indemnisation est discriminatoire . Tel est le cas même si l'article 1 ne garantit pas un droit à indemnisation . • Requête N° 1870/64. Annuaire VIII , Décisions 22, p . 12. ** Requête N° 3651/68 . Annuaire XII1 . Rapport de la Commission, par . 162-163. et Lünnroth c/Suéde . D .R. 15. "' Arrét de la Cour, pp . 33-34 . 218 : Requête N° 2303/64 . Recueil de s p. 476 aux pp . 500-502 ; Affaire Handyside. Requêtes N° 7151/75 et 7152/75, Sporron g - 196 - II est ici manifeste qu'il y a eu des inégalités flagrantes dans le versement des indemnités pour les différentes sociétés nationalisées . Le ministre a reconnu que les conditions étaient . d'une injustice flagrante pour certaines des sociétés•* . Il est clair que l'indemnité versée pour Yarrow Shipbuilders était extrêmement injuste en ellé-même, et qu'elle l'était particulièrement comparée à d'autres sociétés dans la même situation . A cet égard, les requérants renvoient aux chiffres montrant les rapports, dans plusieurs cas, entre l'indemnité versée et les bénéfices après impôt avant la date de l'acquisition, ainsi que les rapports entre l'indemnité et l'actif tangible net à cette date . Cela montre, selon eux, que les actionnaires de Yarrow Shipbuilders ont été beaucoup moins bien indemnisés que ceux d'autres sociétés . La déclaration du ministre montre aussi qu'il n'y a aucune .justification objective ou raisonnable . à cette différence de traitement . Cela signifie qu'il n'y avait pas de raison valable pour traiter certaines sociétés différemment des autres. La seule explication c'est que la formule d'indemnisation elle-même était arbitraire et injuste, particulièrement injuste dans le cas de Yarrow Shipbuilders . Aucune des conditions posées par la Cour dans l'Affaire linguistique belge pour justifier une différence légitime de traitement n'est ici satisfaite . Non seulentent la différence de traitement n'avait pas d'objectif légitime, mais elle n'avait pas d'objectif du tout . Il n'y avait aucun rapport de proportionnalité, ni même aucun rapport, entre les moyens employés et l'objectif visé . Article 6 de le Conventio n Ni la question de l'expropriation ni celle de l'indemnisation n'ont été déterminées dans un . délai raisonnable • . Aussi la contestation portant sur les . droits . . . de caractère civil . des requérants n'a-t-elle pas été tranchée dans un délai raisonnable, comme l'exige l'article 6, paragraphe 1 . La procédure d'expropriation a commencé le 31 juillet 1974, lorsque le Gouvernement a fait connâitre ses intentions. La mainmise sur les biens a eu lieu le 1° juillet 1977 et l'indemnisation a été réglée le 14 octobre 1980. Si les requérants avaient eu recours à l'arbitrage, il y aurait encore eu d'autres délais très importants, éventuellement prolongés par des appels auprès de la Court of Session . (Cour suprême civile) et de la Chambre des Lords . Toutefois, à supposer même que la contestation portant sur leurs droits civils ait été tranchée lorsqu'ils ont accepté la proposition le 14 octobre 1980, elle ne l'avait pas été dans un délai raisonnable . • Déclaralion du Parlement, formulée par le ministre de l'industrie le 7 ao0t 1980 . - 197 - Article 13 de la Conventio n Les requérants font remarquer que . lorsque les conditions d'indemnisation sont fixées par le Parlement, aucun recours n'est possible, contrairement à ce que prévoit l'article 13, suivant l'interprétation que lui a donnée la Cour dans l'affaire Klass *. PROCEDURE DEVANT LA COMMISSION -, . La requête a été introduite le 6 février 1981 et enregistrée le 10 février 1981. La Comntission a procédé à l'examen de la recevabilité le 6 mai 1981 et décidé, conformément à l'article 42, paragraphe 2 .6, de son Règlement intérieur, d'inviter le Gouvernement du Royaume-Uni à présenter par écrit des observations sur la recevabilité et sur le bien-fondé . Après prorogation du délai initial, les observations du Gouvernement ont été reçues le 30 avril 1982 . Les observations des requérants en réponse l'ont été le 9 juillet 1982 . Le 14juillet 1982, la Commission a décidé d'inviter le Gouvernement à répondre par écrit aux observations des requérants concernant les questions de recevabilité relevant des articles 25 et 26 de la Convention . Elle a aussi pris la décision de principe d'inviter les parties à comparaitre à l'occasion d'une audience conjointe sur les questions relatives à l'article 1 du Protocole additionnel et à l'article 14 de la Convention, dans la présente espèce ainsi que dans plusieurs autres affaires . Après avoir consulté les parties en cause, la Commission a confirmé cette décision le 14 octobre 1982. Les observations complémentaires écrites du Gouvernement au titre de l'article 25 de la Convention ont été reçues le 5 octobre 1982 . et ses observations au titre de l'article 26 l'ont été le 19 novembre 1982 . Des observations complémentaires au titre de l'article 26 ont été présentées, au nom des présents requérants ainsi que d'autres, le 21 décembre 1982 . L'audience a eu lieu les 24-27 janvier 1983 . ' ARGUMENTATION PRESENTEE PAR ECRIT PAR LES PARTIE S Le Gouvernement soutient que-la requête, dans la mesure où elle est introduite par les deuxième, troisième et quatrième requérants, est irrecevable au motif qu'elle est incompatible rarione personae avec la Convention, lesdits requérants n'étant pas fondés à se prétendre . victimes • des violations alléguées de la Convention, au sens de l'article 25 de celle-ci . A titre subsidiaire, les griefs de ces requérants, lorsqu'ils se prétendent victimes, sont manifestement mal fondés. • Arrêt du 6 septembre 1978, par. 64 . -198- En second lieu, il fait valoir que la requête est irrecevable aux termes de l'article 26 de la Convention, au motif qu'elle n'a pas été introduite dans un délai de six mois à compter de la décision interne définitive, ou, à titre subsidiaire, au motif qu'il n'y a pas eu épuisement des voies de recours internes . En troisième lieu, il allègue que, pour cette raison également, les griefs des requérants sont ntanifestement mal fondés et irrecevables . Ce qui suit est un résumé des observations des parties sur les questions de recevabilité soulevées au titre des articles 25 et 26 de la Convention, ainsi que des principaux arguments invoqués sur les questions de fond, au titre de l'article 1 du Protocole additionnel et des articles 6, 13 et 14 de la Convention . A. Article 25 de la Conventio n 1 . Le Gouvernement drfendeur Le Gouvernement fait observer que les deuxième, troisième et quatrième requérants n'élaient pas propriétaires d'actions de Yarrow Shipbuilders. Ils n'ont donc pas été privés de leur propriété au sens de l'article 1 du Protocle et ils ne sont pas .victintes• au sens de l'article 25 . Ils ne peuvent pas non plus prétendre représenter des victimes . Ils sont étrangers à la violation alléguée . Le Gouvernement ne veut pas dire qu'un requérant ne puisse jamais être victime d'une violation de ses droits reconnus par la Convention en raison des mesures prises à l'encontre d'une société dont il est actionnaire . Toutefois, il faut réunir certaines conditions qui n'existent pas ici . La jurisprudence de la Cour et de la Commission indique que le requérant doit être actionnaire majoritaire et/ou avoir le contrôle de la société . Aucun des trois requérants en l'espèce n'a détenu, à aucun moment pertinent, une participation de plus de 10 % dans Yarrow . Selon la jurisprudence de la Commission il doit y avoir un intérêt suffisamment direct entre le requérant . en raison de l'ampleur de sa participation, et la société' . Les trois requérants en l'espèce n'avaient pas le contrôle de Yarrow ni un lien suffisamment direct avec cette société pour se prétendre .victimes• au sens de l'article 25 . Ces requérants ne correspondent pas non plus à la notion de .victimes indirectes= . Il serait inopportun d'appliquer cette notion, dégagée dans des circonstances très différentes, à des actionnaires minoritaires . De plus, le préjudice qu'ils prétendent avoir subi est inclus dans le grief du premier requérant et ne les autorise pas à se prétendre victimes d'une décision affectant leurs droits propres. Leur plainte ne révèle aucune perte supplémentaire ou distincte, et rien ne permet de soutenir qu'un actionnaire d'une sociét é * Requête N° 1706/62, X . c/Autriche, Recueil de décisions 21, p . 34 : Requéte N° 7598/7b, Kaplan c/Royaume-Uni . Rapport de la Commission. D .R. 21, p. 5 à p. 23. - 199 - serait automatiquement une victime indirecte de toute violation des droits de la société aux termes de la Convention . Par conséquent, le deuxième, le troisième et le quatrième requérants ne sont des victimes ni directes ni indirectes aux termes de l'article 25 et leuts griefs doivent être déclarés irrecevables . 2. Les requérants Les requérants soutiennent que lorsqu'une société est privée de ses biens, ses actionnaires, collectivement et individuellement, en ont donc nécessairement été privés aussi et ils sont donc . victimes ., au sens de l'article 25 . En l'espèce, près de 90 % des activités de Yarrow étaient constituées par les activités de la filiale nationalisée, et la société dont le deuxième, le troisième et le quatrième requérants possèdent des actions a donc perdu une part très importante de son actif. La Commission a déjà estimé dans la Requéte•N° 1706/62 que des actionnaires pouvaient être considérés comme victimes de préjudices causés à leur société* . Dans cette affaire, le requérant détenait près de 91 % des actions de la société, mais le pourcentage de participation ne pourrait affecter la mise en jeu du principe que s'il se situait à un niveau qu'on puisse considérer comme des minima . Les droits des trois requérants ne sont pas moins affectés en l'espèce que dans cette affaire . Quoiqu'il en soil, ces trois requérants sont au moins des . victimes indirectes . au sens de la jurisprudence de la Commission, telles qu'elles ont été définies dans une publication du Secrétariat de la Commission **. B . Arlicle 27 de la Convention 1 . Le Gouvernement défendeu r Le Gouvernement soutient qu'il ressort clairement de l'interprétation naturelle de l'article 26 et de la jurisprudence de la Commission que la règle des six mois et celle qui exige l'épuisement des voies de recours internes sont étroitement liées. Si les plaintes sont susceptibles de recours en droit interne . il faut que le recours disponible ait été exercé, la décision qui met fin au recours interne devenant la . décision définitive . à partir de laquelle court le délai d e • X. c/Aut riche, Annuait< IX, p . 112. •• Sujets dejurisprudence N° 3, .Comment présenter une rcqû@te devam la Commis . sion europénne des Droiis de l'Homme• . -200- six mois. S'il n'existe aucun recours interne, la loi, la décision ou la mesure qui fait l'objet de la plainte devient elle-même la .décision définitive .'. On voit bien d'après les conclusions des requérants en l'espèce que leurs griefs portent en partie sur la formule d'indemnisation elle-même, et en partie sur la manière dont le Gouvernement l'a appliquée lors des négociations à ce sujet . Dans la mesure où les griefs des requérants portent sur la formule d'indemnisation elle-même, le Gouvernement reconnait qu'il n'existait aucun recours interne . Il s'ensuit toutefois que la •décision interne définitive• était le vote de la loi de 1977 (le 17 mars 1977) ou . à titre subsidiaire, la cession, en vertu de la loi (1 - juillet 1977) des titres dont il s'agit. A cette date, les premiers requérants ont été privés de leurs actions en relation avec un système d'indemnisation qui, selon eux, devait nécessairement se révéler inadéquat, même s'il était appliqué correctement ou favorablement . Dans la mesure où la plainte des requérants porte sur le système d'indemnisation, la décision définitive doit être le vote de la loi, ou, au plus tard, l'acquisition des actions . Ainsi, il n'est pas permis aux requérants d'insérer, dans toute requête déposée en dehors de cette période, des griefs relatifs aux dispositions légales elles-mêmes. Dans la mesure où la plainte des requérants porte sur la manière dont le Gouvernement a appliqué le système pour formuler une offre d'indemnisation, le Gouvernement admet que ni le vote de la loi ni la cession des actions ne constituaient la .décision interne définitive» . Toutefois, ni la formulation ni l'acceptation de l'offre définitive ne constituaient non plus une • décision interne définitive» . Il existait un recours interne que les requérants étaient tenus d'exercer, à savoir le renvoi de la question de l'indemnisation devant le tribunal arbitral créé par la loi de 1977 . Les motifs invoqués par les requérants à l'appui de leur allégation selon laquelle le vote de la loi ou la cession des titres ne constituaient pas la .décision interne définitive . et un renvoi devant le tribunal arbitral ne constituait pas un recours qu'ils étaient tenus d'exercer, sont sans fondement, et pareille thèse constituerait une totale distorsion des deux conditions posées par l'article 26 . S'agissant des conclusions des requérants relatives à la règle des six ntois, le Gouvernement reconnaît que la loi de 1977 ne fixait pas elle-même le montant de l'indemnisation . Elle laissait une certaine latitude pour son évaluation . Elle ne prévoyait cependant pas (contrairement à ce qu'affirment les requérants) plusieurs formules différentes pour évaluer le montant de l'indem- • Affaire De Becker, Annuaire 11, p . 214 à la p. 242 (243 en français) ; Requête N° 7379/7, X. c/Royaume-Uni, D .R . 8, p. 211 : Requête N° 5759/72, X. c/Autriche, D.R . 5, p . 15 ; Requ@te N° 8007/77, Chypre c/Turquie, D .R. 13, p . 85 à p. 153 ; Fa wcett : The application of the European Convention on Human Rights (1969), p . 305 (L'application de la Convention européenne des Droits de l'Homme) . - 201 - nité . Il y avait une formule unique à laquelle le ministre et le tribunal arbitral étaient : tous deux tenus d'adhérer . Le moyen des requérants consiste à dire que, quelque juste ou généreuse qu'ait été l'application de ce système, elle ne pouvait qu'aboutir au versement d'une indemnité insuffisante et que, par conséquent, c'étaient les dispositions de la loi elle-même qui étaient à l'origine de l'injustice dénoncée . Dans la mesure où le grief porte sur les dispositions de la loi relatives à l'indemnisation, la .décision interne définitive• était donc le vote de la loi ou la cession des titres. Il n'est pas conect de laisser entendre que la loi se contentait d'édicter des principes et des procédures pour la détermination de l'indemnisation . Elle établissait un système qui est attaqué précisément pour avoir abouti à une indemnisation insuffisante . Il n'aurait pas non plus été «impossible . ou .prématuré> de se plaindre des dispositions de la loi avant de s'entendre sur le montant de l'indemnisation : la société VosperLtd. a introduit une requête (N° 9262/81) dans le délai de six mois après la promulgation de la loi . Le Gouvernement conteste en outre qu'il ait été libre de déroger aux conditions d'indemnisation fixées par la loi, ou qu'il ait eu l'intention de le faire. L'article 38, paragraphe 1, de la loi de 1977 ne donnait aucune liberté au ministre pour déroger au système, et cette interprétation a prévalu tout au long des négociations . L'offre définitive du ministre n'était pas une .détermination . du montant de l'indemnité. Il s'agissait d'une proposition que les requérants pouvaient refuser ou à laquelle ils pouvaient opposer une contre-proposition . Le montant de l'indemnité n'était donc pas . fixé définitivement . par une telle proposition. La décision du tribunal arbitral aurait pu constituer une détermination de l'indemnité à verser, mais pas la proposition du ministre . S'agissant de l'épuisement des voies de recours, les requérants se trompent lorsqu'ils laissent entendre que le tribunal n'aurait pas pu accorder une somme supérieure à celle que proposait le ministre, car celle-ci était supérieure à ce qu'aurait accordé le tribunal arbitral s'il avait été saisi . Les dispositions de l'article 38, paragraphe 1, étaient applicables tant au ministre qu'au tribunal arbitral, ni l'un ni l'autre n'ayant autorité pour déroger au système . Certes, les alinéas 3 et 6 de l'article 38, paragraphé 1, ne s'appliquaient qu'au tribunal, mais aucun des deux ne limitait son pouvoir ni ne signifiait qu'il n'était pas possible ou pas probable qu'il accorde une somme supérieure à celle proposée par le ministre . Les requérants ont notamment toujours eu la possibilité de faire valoir devant le tribunal arbitral qu'une estimation fondée sur la cotation en bourse de la société mère serait injuste, et d'étayer ce moyen en se fondant sur les points que, d'après leur argumentation, le Gouvernement ignorait lorsqu'il a formulé son offre définitive . L'argument des requérants selon lequel l'offre définitive du ministre était supérieure à toute somme que le tribunal arbitral aurait pu allouer est ma l -202- fondé en fait comme en droit . Dans les deux cas qui furent soumis à l'arbitrage, la somme accordée fut nettement supérieure tant à l'offre définitive du ministre qu'au chiffre défendu par celui-ci lors de la procédure d'arbitrage . Par conséquent, la requête est irrecevable par application de l'article 26, soit au motif qu'elle est tardive, soit au motif que les voies de recours internes n'ont pas été épuisées . 2 . Les requérants Les requérants ne se plaignent pas de l'expropriation qui les a frappés en 1977, mais de l'indemnisation qui a été fixée en 1980. La loi de 1977 ne déterminait pas elle-même le montant de l'indemnité, ses dispositions étant, à certains égards, extrêmement générales . La présente affaire est donc différente de la Requête N° 7379/76• ou de l'affaire Chypre c/Turquie où aucun recours n'était prévu " . En l'espèce, la loi de 1977 prévoit des principes et des procédures pour fixer le ntontant de l'indemnité, et il est impossible de se plaindre pour contester le bien-fondé de celle-ci tant que son montant n'a pas été précisé . Ce n'est qu'alors qu'il y a une - décision interne définitive - et que les voies de recours internes ont été épuisées . Bien qu'il ait été pressenti que les dispositions légales aboutiraient à une indemnisation insuffisante, ce n'est que lorsqu'a été connu le montant maximal dont le Gouvernement était prêt à convenir qu'il est apparu clairement que l'indemnisation était extrêmement insuffisante . Jusqu'à ce que la loi ait été ainsi mise en application, les requérants ne pouvaient se prétendre .victimes . d'aucune violation de la Convention, puisque l'a rticle 25 de celle-ci ne permet pas à un requérant de se plaindre d'une loi dans l'abstrait . La loi fournissait un cadre de référence pour les négociations et elle ne détertninait pas de façon définitive le droit des requérants à l'indemnisation . Celle-ci n'a été fixée qu'en août 1980, lorsque le Gouvemement a formulé son aoffre définitive» . La démarche adoptée par les requérants dans la poursuite des négociations avant de s'adresser à la Commission était conforme à la finalité de l'article 26 . à savoir éviter d'encombrer la Commission par des requêtes prématurées lorsque des voies internes restent ouvertes . Le Gouvernement s'est accordé une certaine souplesse dans la conduite des négociations et, petit à petit, il s'est montré prêt à négocier des compromis allant au-delà de ce qu'il considérait auparavant comme exigé par la loi . De plus, l'offre définitive de 6 millions de £ ne correspondait manifestement pas à la loi, dans la mesure où l'évaluation faite par le Gouvernement lui-même en se fondan t • X. c/Royaume- Uni, D.R . 8. p . 211 . •' Requ@te N° 8007/77, D.R . 5, p . 15. -203- sur la formule était de 2 800 000 £ . Yarrow s'est laissé dire qu'une partie importante de l'offre définitive représentait l'exercice du • pouvoir discrétionnaire d ûministre . . La loi se contentait, d'une part, de s'opposer à l'obtention par les requérants d'un arrangement plus favorable et, d'autre part, d'empêcher ces derniers de recourir au tribunal arbitral qui serait tenu strictement par les termes de la loi . S'agissant de la question des voies de recours internes, interprétée correctement, l'alinéa 6 de l'article 38 de la loi de 1977 (qui oblige le tribunal arbitral à tenir compte de la cotation en bourse de la société mère pour évaluer les actions d'une filiale) n'avait pas d'effet contraignant pour le Gouvernement dans la conduite des négociations . En effet, l'indemnitë dont on a fini par convenir était de 6 millions de £ alors que le plafond effectif imposé par l'alinéa 6, à savoir la valeur des actions cotées de Yarrow (la société mère) ne dépassait, à aucune des dates pertinentes, la somme de 4 700 000 £ . Il est clair que le Gouvernement se considérait en mesure d'aller plus loin que le tribunal arbitral. Si l'affaire avait été soumise à arbitrage, il aurait retiré son offre de 6 millions de £ et aurait plaidé pour un chiffre beaucoup plus faible . . . . 1 Le renvoi devant le tribunal arbitral n'aurait donc pas pu réparer l'injustice alléguée. Le tribunal aurait été tenu strictement par les dispositions de la loi, alors que le Gouvernement avait offert une somme supérieure à celle qui aurait pu résulter d'une telle démarche . En outre, le tribunal avait pour seul rôle de fixer le montant de l'indemnité en l'absence d'accord . Il n'offrait pas un •recours . contre la fixation antérieure de l'indemnité . Les requérants eux-mêmes ne pouvaient pas, de plus, saisir le tribunal . Celui-ci étàit aussi un • tribunal d'exception ., s'agissant d'un organe ad hoc composé de personnes nommées par le Gouvernement et ayant pour tâche de fixer le montant de l'indemnité . C. Quant au bien-fondé de la requête sous l'angle de la Conventio n 1 . Le Gouvernement défendeur a) Observations générales Le Gouvernement formule plusieurs observatiohs générales concernant la loi de 1977 et la formule d'indemnisation établie par celle-ci . II explique notamment que la méthode d'esrimation fondée sur les cours réels ou supposés de la bourse a été choisie parce qu'elle était jugée plus objective et rapide que d'autres. Il n'a pas été jugé que la baisse relative du marché boursier pendant la période de référence justifiait le paiement d'indemnités supérieures à la valeur en bourse courante et pertinente . S'il a été - 204 - décidé de ne pas verser de prime en sus de la valeur en bourse, pour le contrôle des sociétés, c'est qu'il paraissait anormal de procéder par analogie avec une offre publique d'achat et il n'était nullement injuste vis-à-vis des actionnaires de fonder l'indemnisation sur la valeur en bourse . Bien qu'une seule des 43 sociétés dont la nationalisation était envisagée ait eu toutes ses actions cotées en bourse, on n'a pas considéré que cela justifiait de rejeter cette méthode d'estimation, les techniques d'évaluation des actions non cotées étant bien établies et d'usage courant . Pour choisir la période de référence, J a été tenu compte de la nécessité de s'assurer que la perspective de la nationalisation ou l'annonce des conditions d'indemnisation n'avaient pas faussé le cours des actions . Sous cette réserve, il était souhaitable de prendre une période aussi récente que possible et d'éviter des périodes atypiques . Le nombre élevé d'actions non cotées qui étaient en cause a conduit le Gouvernement à estimer que le travail d'évaluation serait simplifié par l'adoption d'une période unique . Selon des précédents établis à l'occasion de lois de nationalisation antérieures, le choix résidait entre des périodes prenant fin le 28 février 1974 ou le 10 octobre 1974 (lorsque le Gouvernement travailliste s'est retrouvé majoritaire à la suite des élections) . Il y a eu une nette diminution du cours des actions pendant la période allant jusqu'en octobre 1974, et cette tendance s'est accentuée pendant la période allant jusqu'au 17 mars 1975, date de l'annonce des conditions d'indemnisation . Pour éviter des injustices, la période allant jusqu'au 28 février 1974 fut choisie . Le Gouvernentent foumit également une description générale des négociations en vue de l'indemnisation, menées en application de la loi . Il déclare notamment que les conseitters du ministère de l'Industrie y ont employé quatre méthodes d'estimation. On a eu recours à une estimation fondée sur les bénéfices pour les sociétés les plus rentables . Pour les sociétés non rentables, on s'est servi d'une estimation fondée sur l'actif et, pour quelques autres, d'une estimation .liée au capital actions . . Une méthode d'estimation . par rapport à la société mère . a servi pour d'autres, y compris Yarrow Shipbuilders, lorsque la société cédante dirigeait l'essentiel des activités d'une société anonyme . La démarche suivie en pareil cas consistait à déduire dé la capitalisation moyenne de la maison mère une estimation correspondant aux éléments non cédés du groupe. Ou bien la capitalisation était ventilée en fonction de la part des éléments cédés et non cédés du groupe . 6) Article I du Protocole additiorine l Le Gouvernement fait observer que le texte de l'article 1 ne contient aucune référence expresse à l'indemnisation . Il s'agit d'une formulation peu exigeante du droit au respect de ses biens, qui reflète l'incapacité des Etats à s'entendre sur un libellé plus positif . - 205 - Il dit bien ce qu'il veut dire. Il ne peut y avoir expropriation que pour cause d'utilité publique et dans les conditions prévues par la loi et les principes généraux du droit international . Ces principes se limitent d'eux-mêmes dans la mesure où ils ne sont applicables qu'à l'égard des non-nationaux . Si l'on avait eu l'intention d'appliquer aux nationaux les normes du droit international en matière d'indemnisation, on aurait pu le dire expressément en faisant référence dans cette clause à des conditions concrètes . Le Gouvernement ne fonde pas sa défense sur la liberté qu'il aurait de priver les requérants britanniques de leurs biens en les indemnisant de manière insuffisante, parce que les dispositions de la loi de 1977 relatives à l'indemnisation seraient tout à fait compatibles avec le critère d'une indemnisation . adéquate, rapide et effective+ . Il préfère soutenir qu'une demande d'indemnisation formulée par un national au titre de l'article 1 du Protocole n'entre pas dans le champ d'application de cet article, qu'elle n'est pas conforme à ses dispositions et qu'elle est manifestement mal fondée .LajurisprudencedelaCommissioncorroborecepointdevueetn'indique pas de divergence par rapport à l'opinion exprimée dans l'affaire Gudmundsson *. A cet égard . le Gouvernement renvoie à plusieurs affaires ultérieures ** . L'interprétation du texte de l'article 1 conduit aussi à cette conclusion . Interprétée correctement, la deuxième phrase signifie que nul ne peut être privé de ses biens sauf dans des circonstances autorisées par le système juridique qui lui est applicable. Le droit intemational ne s'applique pas aux ressortissants d'un Etat, leur droit de propriété étant bien protégé par la référence à l'«utilité publique• et à la .loi . . La référence au droit international n'est pas superfétatoire . elle permet à l'étranger d'échapper à la règle de la nationalité des revendications . Cette interprétation est compatible avec la finalité de la Convention, qui est de rendre eHectifs les droits qu'elle garantit . Il est indispensable d'identifier ces droits, et dire que l'indemnisation est l'objet et le but de l'article 1 revient à tenir pour acquis ce qui ést en question. En tout état de cause, .(l')objet et(le) but . doivent, aux termes de l'article 31, paragraphe 1, de la Convention de Vienne, être mis en balance avec le . sens ordinaire à attribuer (aux termes du traité) dans (leur) contexte». Compte tenu de ce critère, la référence aux .principes généraux du droit international• ne peut jouer que vis-à-vis des relations qui sont elles-mêmes régies par le droit international. • Sup . rir . #* Nolamment l'affaire Handyside, Rapport de la Commission, par. 162-163 et 166 . Série B, pp . 49-50 ; Requête N° 7987/77, Andorfer Tonwerke sub. norm . X . c/Autriche . D.R. 18, p . 31 à p . 41 . -206- Quoiqu'il en soit, il est légitime de se reporter aux travaux préparatoires pour interpréter l'article 1 . Compte tenu du débat prolongé sur sa signification et de la jurisprudence de la Commission, on ne saurait prétendre sérieusement qu'il puisse être interprété de façon satisfaisante et sans laisser son sens .ambigu ou obscur . . Les travaux préparatoires indiquent que certaines délégations se sont montrées intraitables dans leur opposition à l'insertion de clauses concernant l'indemnisation des nationaux, et qu'on est parvenu à un compromis en faisant référence aux principes généraux du droit international qui n'obligent à indemniser que les seuls étrangers .LapratiquesuivieultérieurementparlesEtatsetl'avisd'unegrand e partie des universitaires vont également dans le sens de l'opinion soutenue par le Gouvernement, tout comme la logique et la politique . Les nationaux se trouvent dans une situation différente de celle des étrangers vis-à-vis d'un Etat qui procède à une expropriation dans l'intérêt public . Il est raisonnable d'exiger des nationaux des sacrifices dont la nation profite . L'applicabilité des règles de droit international en matière d'indemnisation reflète cette différence de situation . Il ne faut pas interpréter la Convention de façon à dénaturer des accords auxquels seraient expressément parvenues les Parties . Ignorer l'évidence de ce dont sont convenus des Etats ne peut que nuire à l'objectif de la Convention . Les mesures qui sont ici en question ont été décidées par un Parlement démocratique pour cause d' . utilité publique .. L'expropriation était conforme au droit interne, lui-méme conforme à la Convention et au Protocole . Bien que la Contmission n'ait pas à étudier si l'indemnisation correspondait aux normes du droit international, on peut dire que l'indeninité versée était effectivement fondée sur des méthodes satisfaisant aux conditions posées par le droit international pour qu'elle soit adéquate, rapide et effective . Normalement, les tribunaux ne procèdent pas à des réestimations . Ils ont pour tâche de veiller à l'application des méthodes appropriées . Si tel est bien le cas, les résultats ne sont contestés que s'ils sont extravagants au point de mettre en doute la valeur des ntéthodes en droit international . Faisant référence à divers précédents de droit international, à des accords de protection des investissements et à d'autres textes, le Gouvernement soutient que le droit international n'exige pas une méthode unique d'évaluation . Toutes sortes de méthodes sont en fait employées et admises. Celle de l'estimation des actions est largement reconnue comnte équitable. Il a aussi été considéré en l'espèce qu'il convenait d'évaluer les actions d'une filiale à 100 % réalisant l'essentiel des activités d'un groupe, par rapport au cours des actions de la société mère . S'agissant de la prétendue injustice qu'il y aurait à traiter une filiale à 100 % comme si elle était indépendante, le Gouvernement fait observer que l a - 207 - loi prévoyait un recours pour le cas où les rapports au sein du groupe produiraient un effet de distorsion . L'article 38 . paragraphe 3, stipulait qu'il fallait tenir compte de .tous les facteurs pertinents» . On aurait pu soutenir lors des négociations ou de la procédure d'arbitrage qu'il fallait modifier la situation de Yarrow Shipbuilders telle qu'elle ressortait de son bilan, pour tenir compte de tout effet de distorsion allégué . Ce point n'a pas été soulevé lors des négociations, et l'estimation de Yarrow Shipbuilders présentée par .les requérants ne cherche pas à montrer que la situation aurait été différente si l'on avait fait correctement état de la politique du groupe . . Le Gouvernement relève aussi que d'autres Etats Parties à la Convention ont adopté des méthodes d'évaluation analogues en matière de nationalisations . Il renvoie aux mesures prises par l'Autriche (1946 et 1947), la Francé (1946 et 1982) et l'Italie (1962) . Ces mesures ont pris pour base la valeur nominale ou en bourse des actions . On a eu recours à des méthodes différentes pour les sociétés non cotées. La méthode d'estimation de base prévue par la loi de 1977 entrait.bien dans le cadre de ce que d'autres Parties à la Convention ont jugé opportun pour des nationalisations fort comparables . S'agissant de la pé riode de référence, le Gouvernement soutient que la jurisprudence intemationale ne donne aucune directive précise concemant la date exacte de l'évalûation, bien qu'il soit parfois fait largement référence au .moment de la dépossession• ou à .la date de l'exprop riation . *. L'estimation au jour de la cession n'est pas indispensable . Les affaires les plus impo rtantes concernent avant tout la dépossession illicite, sans procédure parlementaire en bonne et due forme entre l'annonce de la nationalisation et le vote de la loi y afférente. L'expression •au moment de la dépossession . indique simplement que la date de I'évaluation ne doit pas être postérieure à la mesure de nationalisation, et que l'annonce de la nationalisation ne doit pas nuire à l'indemnisation . Cela rend inopportune l'évaluation au jour de l'acquisition . Dans les législations fran çaise. italienne et aut richienne en matière de nationalisations, pratiquement toutes les dates de référence étaient antérieures aux lois en question . Le droit international considère que, poiir que l'indemnisation soit satisfaisante, l'évaluation doit se faire d'après la situation précédant immédiatement l'annonce de la nationalisation. La loi de 1977 respectait ce p rincipe . De plus, le droit inte rnational n'exige pas qu'il y ait le choix entre plusieurs périodes de référence et, quoi qu'il en soit, le choix n'aurait pas pu po rter sur une période posté rieure à l'annonce de la législation, car l'estimation s'en serait trouvée faussée . Le droit international n'exige pas le versement d'une prime en sus de la valeur en bourse normale, pour le contrôle d'une société . Le fait d'exercer un contr8le sur les dividendes ne prouve pas que l'indemnisation soit inadéquate . • A(faire de l'Usine de Chorzow, Recueil CPU, Sé rie A, N° 17, p . 47. - 208 - L'argument selon lequel il n'aurait pas été tenu compte de l'inflation après la période de référence repose sur une erreur d'interprétation des rapports entre la valeur des titres et le taux d'inflation . Enfin, les versements ont été effectués . rapidement . au sens du droit international, compte tenu de la complexité des négociations . La période pertinente est celle comprise entre la date de l'acquisition et le paiement . Le droit international ne fixe pas de délai précis mais il exige que le paiement se fasse avec toute la diligence requise compte tenu des circonstances. Cette condition a été remplie en l'espèce . c) Artic(e 14 de !a Convention combiné à l'article / du Pro(ocole additionnel Le Gouvernement soutient que l'allégation de discrimination formulée par les requérants est mal fondée . On ne saurait dire qu'il y a discrimination en raison des résultats qui découleraient de méthodes d'évaluation (bénéfice après impôt et actif tangible net) rejetées parce qu'inadéquates. La méthode d'évaluation employée était une méthode légitime que le Gouvemement avait le droit de choisir au motif qu'elle avait toutes les chances d'être rapide, objective et équitable. Toute autre méthode aurait produit d'autres sortes de divergences. Il n'y a eu en l'espèce aucune différence dans le droit applicable ni dans le traitement . L'égalité de traitement ne signifie pas que le traitement doive aboutir à des résultats identiques, dans la mesure où il n'opère pas de discrimination. Même si (ce que le Gouvernement conteste) les résultats étaient suffisamment divergents pour être considérés comme discriminatoires, il y avait pour cela une justification objective et raisonnable . Les Etats jouissent d'une large discrétion dans les objectifs qu'ils peuvent poursuivre légitimement, la bonne foi et l'absence d'arrière-pensées étant essentielles* . Il n'y avait en l'espèce aucune intention de procéder à une discrimination, aucune discrimination dans la législation et aucun autre but que ceux précisés dans la loi elle-méme. d) Article 6 de la Conventio n Renvoyant à la jurisprudence antérieure de la Commission et de la Cour'! le Gouvernement soutient que, bien que la procédure d'expropriation porte sur des . droits de caractère civil ., il ne s'ensuit pas que l'article 6, • Aftaire Schmidt et Dahlstrüm. Arrêt du 6 février 1976, Série A, vol . 21, par . 40. •*Arrét Ringeisen, Série A. n° 13 ; Arrét Künig, Série A. n° 27 ; Kaplan c/Royaume- Uni, Rapport de la Commission . D .R. 21, p . 5 ; Affaire Sporrong & Lonnroth, Rapport de la Commission ; Arr@t Lecompte, Série A, n° 43 ; X. (Andorfer Tonwerke) c/Autriche . Décision de la Commission, D .R. 18 . p. 31 . - 2py - paragraphe 1, s'applique à tous les aspects ou toutes les phases de l'expropriation . Il doit y avoir une contestation portant sur des droits de caractère civil et ayant besoin d'être tranchée . Une mesure qui empiète sur des •droits de caractère civil» n'est pas la même chose qu'une • décision ». Ni une loi autorisant directement les expropriations, ni une autorisation de procéder à des expropriations ne constituent une •décision» portant sur des droits de caractère civil . Toutefois, la fixation d'une indemnité par un tribunal ou une autre instance désignée pour ou habilitée à statuer sur des demandes d'indemnisation concerne effectivement la détermination de droits de caractère civil, et l'article 6, paragraphe 1, est applicable à une telle procédure .Nilaloide1977nilaprocédureparlementairepertinenten'impliquaien t de •décision» relative à des droits et obligations de caractère civil. De méme, les négociations entre le ministre et le représentant des actionnaires ne se sont étendues ni n'ont abouti à aucune •décision• relative aux droits de caractère civil des requérants . Le ministre ne résolvait pas un litige et il n'était nullement habilité à déterminer de manière unilatérale le montant de l'indemnité due. C'était seulement en cas de désaccord entre le ministre et le représentant des actionnaires qu'aurait surgi un litige ou une contestation à ce sujet. Une •décision . relative au droit des requérants à indemnisation n'aurait pu étre rendue que si un tel litige avait été soumis au tribunal arbitral . Par conséquent, il n'y a pas eu de décision relative aux droits de caractère civil des requérants et aucun problème ne se pose sur le terrain de l'article 6, paragraphe 1 . Si la procédure d'arbitrage avait été engagée, le . délai raisonnable . visé à l'article 6, paragraphe 1. aurait commencé à courir à la date du début officiel de la procédu re. La période anté rieure à l'octroi de l'Agrément Royal de la loi de 1977 est totalement dépou rvue d'intérêt au titre de l'article 6, paragraphe l . La péri ode des négociations n'a pas non plus d'intérêt, aucun litige ou contestation n'ayant surgi . Le représentant des actionnaires aurait aussi pu, pendant toute la durée des négociations, y mettre fin et insister pour qu'un tribunal statue . Quoi qu'il en soit, l'allégation selon laquelle la procédure d'arbitrage pnSvue par la loi aurait été d'une longueur excessive est mal fondée. Il n'y a donc pas eu de violation des droits des requérants aux termes de l'article6, paragraphe I . e) Article 13 de la Conventio n Les requérants font valoir qu'il n'existe aucune voie de recours contre une législation qui violerait leurs droits . Le Gouvernement renvoie à l'affirmation de la Commission dans l'affaire Young, James & Webster*, selo n • Rapport de la Commission, par. 177 . -210- laquelle l'article 13 n'exige pas l'existence de recours contre la législation, et soutient qu'il n'y a, pour cette raison, pas eu violation de l'article 13 en l'espèce. 2. Les requérants a) Observa(ions générales Les requérants déclarent que leur grief essentiel est le suivant : l'indemnité versée par Yarrow Shipbuilders ne constituait qu'une petite fraction de sa valeur réelle, ce qui leur a causé un grave préjudice . Le Gouvernement ne saurait le nier . Il a reconnu que l'indemnité versée pour ce rtaines sociétés était .d'une injustice flagrante .. Tel a été manifestement le cas pour Yarrow Shipbuilders, puisque l'indemnité versée n'a été que de 6 millions de £ alors que : i. cette société avait fait, pour les quatre exercices 1973-1977, des bénérices avant impôt dépassant 20 millions de £ au total ; ii. elle avait un carnet de commandes pour 146 millions de £ iii. elle avait une fortune sociale de 16,5 millions de £ ; iv. une estimation indépendante l'avait évaluée à 16 millions de £ ; v. au cours de l'exercice qui a pris fin le 31 mars 1981, un dividende de 23 millions de £ a été déclaré en faveur de sa maison mère, British Shipbuilders . Si cette indemnité était aussi injuste - alors que celle versée pour d'autres sociétés était satisfaisante ou plus que satisfaisante - cela était dû en partie à la forrnule d'indemnisation prévue par la loi, en partie à la manière dont le Gouvernement a appliqué la loi lors des négociations . Les raisons principales en sont : i. le fait que Yarrow Shipbuilders ait été évaluée à partir d'une estimation de sa société mère tandis que la plupart des autres sociétés l'ont été à partir de leurs bénéfices ; ii. le fait que l'estintation de la société mère n'ait tenu aucun compte des informations relatives aux perspectives qui s'offraient à Yarrow Shipbuilders ; iii . le fait que l'estimation de la société mère n'ait tenu aucun compte des bénéfices de Yarrow Shipbuilders en raison des restrictions apportées au versement de dividendes par cette demière ; iv. le choix d'une période de référence ayant pris fin plus de trois ans avant la cession des biens ; et v. le fait que l'indemnité versée n'ait tenu aucun compte de la dépréciation monétaire entre la période de référence, en 1973-74, et la date à laquelle a été effectué le principal versement à titre d'indemnisation, en 1980 . - 211 - b) Article 1 du Protoco/e additionnel Les requérants soutiennent que l'interprétation que fait le Gouvernement de l'article 1 est contraire au libellé explicite de ce demier et à tout le système de la Convention, qui vise à protéger les droits de l'homme sans tenir compte de la nationalité . La seule restriction qui, dans la Convention, soit fondée sur la nationalité se trouve à l'article 1 6. De même qu'à l'article 26 de la Convention, ilest fait référence au contenu des règles de droit international, non pas à leur champ d'application . Les conséquences de l'interprétation du Gouvernement seraient si déraisonnables qu'elles friseraient l'absurde . Les nationaux seraient privés de protection. L'article 1 serait largement dépourvu d'efficacité . En l'espèce, cela aboutirait à un résultat arbitraire, àsavoir que la quatrième requérante, étant de nationalité française, disposerait d'un recours, alors que ce ne serait pas le cas pour les autres . L'opinion exprimée dans l'affaire Gûdmundsson était erronée, comme le confirment les développements récents de la jurisprudence de la Commission *. Le texte de l'article 1, interprété conformément au principe général de la Convention de Vienne, est clair . Si. comme le prétend le Gouvernement, il opérait une distinction entre nationaux et non-nationaux, cela changerait le sens du terme . nul . au début de la deuxième phrase. . 11 est impossible de concilier le respect des biens avec la faculté d'exproprier sans indemnisation . Si cet article n'était applicable qu'aux étrangers, la référence au droit international n'imposerait aucune obligation nouvelle aux Etats et la réparation qu'il prévoit serait discriminatoire . La référence sert en fait à indiquer non pas les personnes auxquelles s'applique l'article 1, mais le niveau de la réparation . De même que dans l'affaire Lawless•l il n'est pas possible de faire appel aux travaux préparatoires parce que le texte est clair . La Commission a eu tort d'y recourir dans l'affaire Gudmundsson et elle n'a pas expliqué pourquoi elle l'avait fait . Quoi qu'il en soit, les travaux préparatoires ne sont pas d'un grand secours . Les exemples de la pratique des Etats, cités par le Gouvernement, ne corroborent pas non plus ses conclusions . Les Etats Parties ont pour pratique régulière d'indemniser intégralement leurs ressortissants lorsqu'ils les exproprient . Le poids prépondérant de l'avis d'universitaires éminents apporte aussi son appui aux requérants . Les motifs de « logique et politique - invoqués par leGouvernement sont sans intérêt du point de vue de la Convention, premièrement parce que celle-ci tend à protéger les droits des individus contre les ingérences effectuées pour le prétendu bien de la nation et, deuxièmement, parce qu'elle tend à protéger les droits de tous les individus, quelles que soient leur nationalité ou leur condition. • Les requérants visent notamment l'analyse de l'Avocat Général Capotorti dans l'affaire Hauer c/Land de Rhénanie-Palatinat CEDH (1979) 3727. ** Arrét du 1° juillei 1961, Série A . p . 52-53 . - 212 - Les requérants ajoutent qu'indépendamment des • principes généraux du droit international ., le droit à une indemnisation adéquate est inhérent à l'article 1 . Puisqu'il y a eu, en l'espèce, une diminution très importante de leur droit à indemnisation, la •substance même . de ce droit a été affectée *. S'agissant de l'indemnisation • rapide, adéquate et effective ., les arguments du Gouvernement viennent renforcer la thèse des requérants. Ces derniers admettent qu'aucune méthode particulière d'estimation ne s'impose . La seule condition est que l'indemnisation reflète la valeur au moment de l'expropriation. Tel n'a pas été le cas en l'espèce . De plus, nul ne saurait prétendre que la réparation ait été •rapide . . S'agissant de son caractère effectif, l'assujettissement à la taxation des plus-values a eu pour effet de ramener l'indemnité de 6 millions de £ à 4 720 000 £ après impôt. c) Article 14 de la Convention combiné à f'artic(e 1 du Protocole additionnel Les faits montrent qu'il est impossible de ne pas conclure à une discrimination à l'encontre des requérants . Le Gouvernement n'essaie pas vraiment de le contester. Même si, en principe, on choisit une méthode particulière d'estimation, il est possible de montrer qu'il y a eu discrimination si d'autres bases d'évaluation généralement acceptées, font apparaitre une différence flagrante de traitement . Aucune justification n'est établie . Le Gouvernement soutient que, si la même formute est appliquée à toutes les sociétés, il n'y a pas de discrimination . Tel n'est pas le cas . Une formule unique appliquée à des sociétés se trouvant dans des situations très différentes peut aboutir et a effectivement abouti à des discriminations . Quoi qu'il en soit, ce n'est pas la même formule qui a été appliquée à toutes les sociétés. D'autres sociétés rentables ont été évaluées de façon à tenir compte de leurs perspectives alors que Yarrow Shipbuilders a été évaluée par référence à la valeur de la société mère . Rien ne justifie cette différence de traitement . Pour le Gouvernement, l'article 14 signifie qu'il n'y a pas de discrimination sans mauvaise foi . Toutefois, dans les affaires qu'il cite, la Cour avait commencé par trouver une justification à la différence de traitement, puis a ajouté qu'il n'y avait aucun indice de mauvaise foi . En l'espèce, aucune raison objective n'a été fournie pour justifier le traitement différent des sociétés nationalisées . d) Artic(e 6 de la Convention L'argument du Gouvernement est mal fondé . Les requérants ont déjà établi que, dans leur cas, le tribunal arbitral ne constituait pas une voie de recours effective . Par conséquent, en substance et compte tenu des faits de * Décision Andorfer Tonwerke (sup. cir.). - 213 - l'espèce, c'est bien unilatéralement que le ministre a fixé le montant de la réparation . En outre, il y a eu dès le début un conflit entre le ministre et le représentant des actionnaires au sujet de ce montant . Il faut tenir compte de toute la procédure administrative pour calculer la durée de l'affaire . e) Artic(e 13 de la Convention L'affirrnation selon laquelle l'article 13 n'exigerait pas de voie de recours en matière de législation n'est pas applicable en l'espèce, La loi ne liait pas les mains du Gouvernement quant au montant de l'indemnité à verser . Les requérants ne disposaient d'aucun recours contre l'exercice, par le ministre, de son pouvoir discrétionnaire . L'accès aux tribunaux ordinaires était exclu en raison de la création par la loi d'un tribunal spécial, et l'accès à celui-ci était exclu de fait en raison des compétences que lui conférait la loi . ARGUMENTATION PRESENTEE ORALEMENT PAR LES PARTIE S A l'audience devant la Commission, les deux parties ont rappelé et développé les arguments formulés dans leurs observations écrites résumées ci-dessus, et présenté des moyens supplémentaires concernant la recevabilité de la requête, notamment au titre de l'article 26 de la Convention, et les questions de fond aux termes de la Convention . Ces moyens, présentés pour une large part dans le cadre d'une argumentation commune à la présente espèce et à d'autres, sont résumées brièvement ci-après . Arlicie 26 de la Convention 1 . Le Gouvernement défendeur Le Gouvernement a toujours reconnu que le grief des requérants portait sur la justesse de la réparation proposée par le ministre et acceptée par les requérants. Il ressort toutefois de l'argumentation de ces derniers que, selon eux, le caractère insuffisant de l'indemnité provient directement de la formule d'indemnisation prévue par la loi et non pas de la manière dont le Gouvernement a appliqué cette formule lorsqu'il a présenté ses propositions d'indemnisation . Selon leurs propres thèses, ils pouvaient se prétendre victimes d'une violation de l'article 1 du Protocole à partir du moment où ils ont été privés de leurs actions . A la date de l'acquisition, ils furent privés de leurs biens dans des conditions d'indemnisation qui, selon eux, étaient arbitraires, injustes et discriminatoires . Leur argument essentiel repose sur l'idée que, dès le départ, la formule d'indemnisation ne pouvait qu'aboutir à une réparation extrêmement insuffisante . Dès l'acquisition, la loi de 1977 avait un effet direct et immédiat sur les requérants, et ceux-ci pouvaient légitimement se prétendre victimes d'une violation de la Convention . - 214 - Le Gouvernement ne nie pas que la formule d'indemnisation ne permettait pas de calculer mathématiquement le montant de l'indemnité à verser, et qu'elle laissait une certaine faculté d'appréciation quant à la valeur des titres . Toutefois, la thèse des requérants ne porte pas sur l'exercice par le Gouvernement de sa faculté d'appréciation ou de son pouvoir discrétionnaire . Conformément à la jurisprudence de la Commission, il faut interpréter le terme =décision» qui figure à l'article 26, comme s'appliquant à une loi lorsque, comme en l'espèce, il est allégué qu'une disposition légale contre laquelle il n'existe pas de recours viole la Convention . On ne voit pas très bien quelle est la décision définitive du Gouvernement sur laquelle porte la plainte en l'espèce . Ce n'est pas le Gouvernement lui-même qui a décidé ou déterminé le montant de la réparation. Celui-ci a été fixé par accord . S'agissant des voies de recours internes, le tribunal arbitral constituait manifestement un recours interne, au moins quant au principe, et les requérants étaient en mesure d'exiger du représentant des actionnaires qu'il soumette l'affaire à arbitrage . L'argument selon lequel le tribunal n'aurait pas pu accorder plus que la somme convenue n'est pas fondé . L'opinion du représentant des actionnaires concernant la valeur des actions en fonction de la formule légale ne saurait justifier l'absence de recours à l'arbitrage . Le cours suivi par les négociations relatives à l'indemnisation indique que cette opinion a fluctué et que la demande d'indentnisation des requérants s'est trouvée réduite . Si le représentant des actionnaires estimait que les requérants avaient droit à la somme initialement réclamée en fonction de la formule légale, il avait la faculté de présenter ce grief devant le tribunal arbitral . En outre, ni de mauvais conseils concernant les chances de succès ni, a fortiori, l'opinion de l'autre partie aux négociations concernant l'issue probable, ne peuvent justifier le non-épuisement des voies de recours internes . Le fait que le Gouvernement ait indiqué qu'il défendrait, lors d'une procédure d'arbitrage, un chiffre inférieur à la somme offerte dans le cadre des négociations ne saurait pas plus le justifier . Par conséquent, dans la mesure où le grief des requérants porte sur les conditions d'indemnisation prévues par la loi, les requérants n'ont pas introduit leur requ@te dans le délai de six mois à partir de la . décision interne définitive .. Dans la mesure où il porte sur la manière dont le ministre a appliqué ces conditions pour formuler des offres d'indemnisation, les requérants n'ont pas épuisé les voies de recours internes . La requête doit donc étre déclarée irrecevable aux termes de l'article 26 de la Convention . 2. Les requérants Jusqu'à ce que les dispositions de la loi relatives à l'indemnisation aient été appliquées et que le montant de celle-ci ait été fixé, les requérants n'avaient pas qualité pour se prétendre victimes aux termes de l'article 25 de la Convention, et le délai de six mois ne pouvait pas commencer à courir . - 215 - Jusqu'à ce que l'indemnité ait été fixée de manière définitive, les requérants ne savaient pas si elle serait insuffisante au point qu'ils soient fondés à se plaindre en vertu de la Convention . Les conséquences de la thèse du Gouvernement seraient absurdes, puisqu'il en résulterait qu'én pareil cas tous les actionnaires devraient, par précaution, introduire des requêtes dans le délai de six mois à compter de la loi de nationalisation, avant que le montant de leur indemnité n'ait été fixé . Quoi qu'il en soit, les requérants se plaignent de l'exercice de pouvoirs discrétionnaires à l'égard des dividendes, des intérêts . etc., après 1977 . La requête a donc été introduite dans le délai de six mois . S'agissant des voies de recours internes, l'exercice de voies de recours inefficaces n'est pas indispensable . Le_tribunal arbitral n'avait pas pour mission de fournir un recours contre la détermination d'une indemnité ; il était constitué pour fixer le montant de la réparation au cas où il ne serait pas possible de parvenir à un accord . Le tribunal n'avait pas de pouvoir discrétionnaire pour fixer le montant de l'indemnité en application de la formule, alors que le ministre disposait d'un solide élément d'appréciation ou de discrétion pour décider de ce qu'il était prêt à payer . L'exercice de ce pouvoir discrétionnaire ne pouvait être contesté devant les tribunaux . Il est injustifié de laisser entendré que les requérants auraient pu obtenir une indemnité supérieure devant le tribunal . En aoGt 1980, après avoir revu l'ensemble de la question, le Gouvernement a décidé de ne pas réparer l'injustice en modifiant la loi . Il a préféré reconnaitre publiquement qu'une injustice avait été commise, tout en laissant le ministre aller le plus loin possible dans l'exercice de son pouvoir discrétionnaire pour augmenter ses offres d'indemnisation, allant ainsi au-delà de ce qu'aurait pu accorder le tribunal en appliquant strictement la formule légale .Enl'espèce,cequiexpliqueladifférenceentrelasommeréclaméea u départ par le représentant des actionnaires et la somme dont il fut finalement convenu pendant les négociations, c'est le fait que le représentant des actionnaires ait commencé par demander une estimation de Yarrow fondée sur les bénéfices alors que le Gouvemement insistait pour que l'évaluation se fasse par rapport à-la société mère . Yarrow ne pouvait logiquement espérer obtenir du tribunal une indemnisation supérieure, alors que l'article 38 (b) de la loi faisait expressément obligation à celui-ci de tenir compte .de la valeur de la société mère . Il est évident qu'en l'espèce le Gouvernement a exercé son pouvoir discrétionnaire pour aller au-delà de la somme estimée par ses propres experts, à savoir 5 millions de £, et proposer un million de £ en plus . L'arbitrage n'avait donc aucune chancede succès et l'article 26 a été respecté en l'espèce . - 216 - B. Quant au bien-fondé de la requête sous l'angle de la Conventio n 1 . Le Gouvernement défendeur a) Observations gérrérales Le grief essentiel des requérants porte sur les termes mêntes de la loi de 1977. La formule d'indemnisation prévue par la loi était étroitement moulée sur celles de plusieu rs lois de nationalisation promulguées au Royaume-Uni après la guérre, et elle représentaif une méthode consacrée et bien établie d'évaluation d'actions nationalisées . La question de savoir ce qui constitue une indemnisation équitable ou adéquate peut conduire des esprits différents à des conclusions fo rt divergentes. Le Gouvernement de l'époque a exprimé à plusieurs reprises son intention de verser une indemnité équitable et sa conviction que les dispositions promulguées étaient justes . Les critiques émises maintenant au sujet de la méthode et du montant de l'indemnisation ont été largement formulées et débattues au cours de la procédure parlementaire qui a conduit à l'adoption de la loi de 1977 et, après s'être penché sur ces c ritiques, le Gouvernement de l'époque est resté convaincu que les conditions d'indemnisation étaient équitables . On ne saurait donc les qualifier d'arbitraires . Les organes de la Convention péuvent examiner minutieusement la législation des Etats par rapport à la Convention, mais dans une affaire comme celle-ci où entrent en ligne de compte des considérations détaillées, notamment d'ordre commercial, le pouvoir législatif interne est pa rticulièrement bien placé pour prendre une décision judicieuse . b) Article 1 du Frotocole addiriottnel Dans l'affaire Sporrong, la Cour a afïirmé que l'article 1 du Premier Protocole contenait trois normes distinctes . La première énonce le principe du respect des biens . La deuxième vise la privation de propriété et précise dans quelles conditions il peut y avoir expropriation sans violation de la première norme. Quant à la troisième, elle concerne la réglementation de l'usage des biens. Avant d'étudier la question par rapport à la première norme, il faut s'assurer de l'applicabilité de la deuxième et de la troisième . Ce n'est que lorsque ces dernières sont inapplicables qu'il faut rechercher .si un juste équilibre a été maintenu entre les exigences de l'intérêt général de la communauté et les impératifs de la sauvegarde des droits fondamentaux de l'individu . * . En l'espèce, la norme relative à l'expropriation est applicable, et il n'y a donc pas lieu de recourir à la première et d'étudier la question du juste équilibre . Poussant plus loin les conclusions qui figurent dans ses observations écrites, le Gouvernement soutient que les conditions posées par la norme relative à l'expropriation étaient réunies en l'espèce . La nationalisation effec- • Arrêt Sportong et Lünnroth, Série A, n° 52, par . 69. - 217 - tuée par la loi de 1977 répondait notamment àla condition d' .utilité pubtique ., car il s'agissait d'une mesure proposée par le Gouvernement et adoptée par le Parlement en vue du bien-être économique du pays et des secteurs concernés . L'expropriation était aussi •dans les conditions prévues par la loi ., dans la mesure où elle s'effectuait en vertu et sous réserve de conditions prévues par une loi votée par un parlement démocratiquement élu . Les «principes généraux du droit international» garantissent le versement d'une indentnité aux seuls étrangers et pas aux ressortissants de l'Etat qui effectue l'expropriation . En tout état de cause, la formule d'indemnisation prévue par la loi de 1977 réunissait les conditions posées par le droit international, qui exige une réparation adéquate, rapide et effective, tant en ce qui concerne les dispositions elles-mêmes que la manière dont elles ont été appliquées . c) Artic(e 14 de la Convention combiné à l'article l du Protocole additionnel Les allégations de discrimination formulées par les requérants témoignent d'une conception fondamentalement erronée du rôle de l'article 14, et dénaturent ses termes mêmes . L'article 14 vise les différences di traitement fondées expressément ou de manière détournée sur les caractéristiques personnelles ou la condition de personnes placées dans des situations comparables et, pour constituer une discrimination, ce traitement doitétre dépourvu d'une justification objective et raisonnable* . L'article 14 est destiné à empêcher un traitement discriminatoire et non à donner lieu à une totale égalité de résultat quels que soient les critères appliqués . Les dispositions de l'article 38 (b) de la loi étaient raisonnables et objectivement justifiées, et leur application dans l'affaire Yarrow n'était nullement discriminatoire . d) Conclusions Il n'y a pas eu violation de l'article 1 du Protocole additionnel pris soit isolément soit en combinaison avec l'article 14, et lesgriefs desrequérants sont manifestement mal fondés . 2. Les requérants a) Observations générales Il y a. une différence notable entre le point de vue du Gouvernement dans la présente instance et celui qu'il a adopté au Parlement lorsque, le 7 août 1980, le ministre de l'Industrie a reconnu clairement et sans équivoque devant le Parlement et le public que les conditions d'indemnisation étaient .d'une injustice flagrante pour certaines des sociétés• . Le point de vue qu'il défend en l'espèce, à savoir que les dispositions de la loi de 1977 sont . entière- • AtTaire linguistique belge, arrêt du 23 juillet 1968 ; Requête N°8765/79, Parti libéral c/Royaume-Uni, D .R. 21, p . 211 ; Affaire Sunday Times, Série A, n° 30, par . 72. -218- ment compatibles avec la règle de l'indemnisation adéquate, rapide et effective • . est totalement inconciliable avec son point de vue antérieur . Des conditions d'indemnisation que le Gouvernement a décrites comme témoignant . d'une injustice flagrante . ne sauraient être compatibles avec la règle qui veut que l'indemnisation soit .adéquate, rapide et effective• . Lorsque le Gouvernement affirme qu'il croyait accorder une indemnisation équitable, cela ne constitue pas une réponse aux griefs des requérants . De plus, compte tenu des débats parlementaires et du refus réitéré de modifier la formule d'indemnisation, les requérants contestent que le Gouvernement ait eu l'intention de verser une indemnité équitable répondant au critère de l'indentnisation •adéquate, rapide et effective» . Dire que la violation des droits des requérants était due à la loi ou que le Gouvernement a eu son attention attirée sur la violation lors des débatsparlementaires et qu'il a refusé de modifier la législation ne constitue pas non plus un moyen de défense . Cela ne fait qu'aggraver ses torts . Au lieu d'être .étroitement moulée . sur des lois de nationalisation antérieures, la loi de 1977 constituait un pastiche grotesque dans lequel on avait accolé des méthodes et des critères convenant à d'autres situations pour les appliquer à un cas où ils étaient totalement déplacés . ce qui a abouti à une injustice flagrante . Quels que soient les termes des lois précédentes, c'est de l'application de la loi de 1977 qu'il s'agit en l'espèce . La notion d'indemnisation équitable n'est pas entièrement subjective ni indéfiniment extensible . L'indemnisation est l'équivalent en termes monétaires des biens ayant fait l'objet de l'expropriation, et la formule appliquée doit convenir à la détermination de l'indemnisation pour les biens dont il s'agit dans les circonstances dont il s'agit . b) Article ! du Promcole additionnel L'arrêt de la Cour dans l'affaire Sporrong (sup. cit.) établit que le droit au respect des biens peut faire l'objet d'ingérence des pouvoirs publics, même si la norme relative au contrôle de l'usage est inapplicable, mais seulement sous réserve de garanties et conditions importantes . D'abord, l'ingérence doit avoir pour but ou pour finalité de répondre à l'intérêt général de la communauté . Ensuite, les moyens employés doivent être à la mesure de la finalité et, s'il y a lieu, le droit du propriétaire à obtenir une indemnisation juste et équitable pour les pertes subies du fait de l'ingérence est essentiel au maintien de l'équilibre entre ses droits de caractère privé et les droits de caractère public de l'Etat. Selon l'arrét, la première phrase de l'article 1 donne aux nationaux un droit à indemnisation dans certaines circonstances . Le présent grief entre dans le cadre général de la première phrase de l'article 1 ainsi que de la règle expresse figurant à la deuxième phrase, l'expropriation étant la forme la plus grave d'ingérence dans le droit de propriété . Par consé- -219- quent, la première phrase garantit aux requérants un droit à indemnisation pour les pertes subies à la suite de l'ingérence dans leur droit de, propriété. La deuxième phrase s'applique aussi, et elle garantit la même notion de juste équilibre et le même droit à indemnisation en vue de préserver l'équilibre . En cas d'expropriation, le seul moyen concret et effectif qui permette de maintenir un juste équilibre est l'indemnisation, un droit à indemnisation découlant de chacune des trois garanties prévues par la deuxième phrase de l'article 1 . Précisant les conclusions formulées dans leurs observations écrites, les réquérants soutiendent que, compte tenu du caractèrre inéquitable des conditions d'indemnisation et de l'indemnité dérisoire qui aété versée, leur expropriation n'était compatible avec aucune des trois garanties, qui étaient toutes applicables . Il y a donc eu violation de l'article 1 du Protocole . c) Article 14 de la Convention combiné à l'anicle 1 du Protocole additionnel Quand bien même l'article 1 du Protocole ne garantirait pas un droit à indemnisation aux propres ressortissants d'un Etat, l'article 14 combiné à l'article 1 impose à l'Etat, lorsqu'il indemnise ses ressortissants, de le faire d'une manière non discriminatoire, ce qui n'a pas été le cas en l'espèce . EN DROIT 1 . Les requérants allèguent qu'une indemnité insuffisante a été versée à l'occasion de la nationalisation de Yarrow Shipbuilders et ils invoquent l'article 1 du Protocole additionnel, pris isolément et combiné à l'article 14 de la Convention, ainsi que les articles 6 et 13 de la Convention . Le Gouvernement soutient que la requête,dans la mesure où elle a été introduite par le deuxième, le troisième et le quatrième requérants. est irrecevable au motif que ceux-ci ne sont pas et ne peuvent pas se prétendre •victimes . des violations alléguées de la Convention. Il soutient aussi que la requête est irrecevable aux termes de l'article 27, paragraphe 3, de la Convention pour non-respect des conditions prévues à l'article 26 et, quoiqu'il én soit, aux termes de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention, au motif qu'elle est manifestement mal fondée . La Commission a étudié successivement chacune de ces objections à la récevabilité de la requête . _2 . S'agissant de l'article 25 de la Convention, la Commission constate qu e le deuxième, le troisième et le quatrième requérants ne possédaient aucune action de la société nationalisée, Yarrow Shipbuilders . Ils possédaient des actions de Yarrow, le premier requérant, qui était l'actionnaire unique de Yarrow Shipbuilders. Par conséquent, comme le souligne le Gouvernement, ces trois requérants n'ont pas été eux-mêmes privés de leurs propres biens . Seul le premier requérant l'a été. En outre, au cours d'une procédure relative à l'indemnisation portant sur les actions nationalisées, il n'y aurait pas eu à - 220 - décider d'une contestation sur des droits des deuxième, troisième et quatrième requérants. Seuls les droits du premier requérant en tant que propriétaire des actions étaient ou auraient pu être en cause dans une telle procédure . Le deuxième, le troisième et le quatrième requérants n'étaient donc affectés qu'indirectement par la mesure de nationalisation elle-même et par la procédure d'indemnisation qui l'a suivie . La Cour a jugé que, par . victime ., l'article 25 de la Convention . désigne la personne directement concernée par l'acte ou l'omission litigieux . (affaire Eckle, arrêt du 15 juillet 1982, par. 66 ; voir aussi l'affaire Klass . Série A, vol. 28, par . 33). La Commission a décidé auparavant dans deux affaires qu'un actionnaire pouvait se prétendre .victime . de mesures affectant une société (Requête N° 1706/62, X . c/Autriche, Recueil de Décisions, p . 26 ; Requête N° 7598/76, Kaplan c/Royaume-Uni . Rapport de la Commission, D .R. 21, p . 5 à p. 23, par . 129-131) . La Commission rappelle toutefois que, dans ces deux affaires, l'intéressé était actionnaire largement majoritaire de la société. En effet, dans ces deux cas, les requérants géraient leur propre affaire par l'intermédiaire de la société et ils avaient tous deux un intérêt personnel direct dans l'objet de la requête . C'est ainsi que . s'agissant de la Requête N° 1706/62, le requérant alléguait que les mesures dont il se plaignait faisaient partie d'un plan général qui le visait personnellement . L'affaire Kaplan portait sur des restrictions imposées à la société en raison de la prétendue inaptitude du requérant à exercer des activités de dirigeant . La Commission estime que les circonstances de la présente espèce ne sont pas comparables aux deux affaires visées . Aucun des trois requérants ne détenait ici la majorité ni une participation décisive dans Yarrow . La nationalisation ne les concemait pas personnellement . Certes, en diminuant l'actif de Yarrow, (comme ils le soutiennent), elle aurait indéniablement diminué la valeur de leurs parts . La société Yarrow elle-même a toutefois la faculté d'introduire une requête conformément à la Convention, et c'est ce qu'elle a fait . Nul ne prétend que Yarrow ait été mise dans l'incapacité de procéder à cette démarche . Dans ces conditions, la Commission estime que les faits dénoncés à l'occasion de la présente requête n'avaient qu'un effet indirect sur le deuxième, le troisième et le quatrième requérants, et non un effet direct qui leur aurait permis de se prétendre .victimes» au sens de l'article 25 de la Convention . Il s'ensuit que la requêle, dans la mesure où elle a été introduite par ces trois requérants, est manifestement mal fondée et qu'elle doit donc être déclarée irrecevable, aux termes de l'article 27, paragraphe 2 . de la Convention. 3. La Commission a ensuite recherché si, ainsi que l'affirme le Gouvernement . la requête, dans la mesure où elle a été introduite par le premier requérant Yarrow, est irrecevable aux termes de l'article 27, paragraphe 3, d e - 221 - la Convention pour non-respect des conditions de l'a rticle 26 de celle-ci . L'article 26 est ainsi libellé : . La Commission ne peut être saisie qu'après l'épuisement des voies de recours internes, tel qu'il est entendu selon les principes de droit international généralement reconnus et dans le délai de six mois, à pa rtir de la date de la décision interne définitive . • ' Le Gouvernement défendeur soutient que, dans la mesure où la requête vise la formule légale d'indemnisation elle-m@me, elle est tardive car elle n'a pas été introduite dans le délai de six mois à compter du vote de la loi de 1977 ou du joûr fixé par ce tte loi pour le transfert des biens . Il soutient en outre que; dans la mesure où elle vise l'application de la loi, et notamment l'attitude adoptée par le ministre lors des négociations relatives à l'indemnisation, la requête est irrecevable pour non-épuisement des voies de recours internes, au motif que le représentant des actionnaires agissant au nom de Yarrow n'a pas soumis la question de l'indemnisation au t ribunal arbitral ' pour qu'il soit statué à son sujet conformément aux dispositions de la loi de 1977 . Dans l'affaire De Becker, la Commission a formulé les observations suivantes concernant l'interprétation de l'article 26 de la Convention : • Que la Commission constate, à cet égard, qu'il existe une étroite corrélation entre les deux règles qu'énonce ledit a rticle 26, à savoir celle de l'épuisement des voies de recours inte rnes et celle du délai de six mois, car les deux règles, non seulement font l'objet d'un article unique, mais figurent côte à côte dans une seule et même phrase dont la structure grammaticale impose l'idée de pareille corrélation ; que, par décision interne définitive, l'a rticle 26 désigne donc exclusivement la décision définitive rendue dans le cadre normal de l'épuisement des voies de recours internes, tel qu'il est entendu~ selon les p rincipes de droit international généralement reconnus, de so rte que le délai de six mois ne peut fonctionner que dans ce cadre ; qu'au surplus les indications qui se dégagent des travaux préparatoires de la Convention, notamment du rapport rédigé en juin 1950 par la Conférence des Hauts Fonctionnaires . confirment cette interprétation ; . 4Ellea,parlasuite,révisécetteinterprétationdel'article 26 pour estimer que, lorsqu'il n'existe pas de voie de recours interne, l'acte ou la décision incriminés doivent eux-mêmes être normalement considérés comme la . décision interne définitive• visée à l'a rticle 26'*. A cet égard, la Commission a formulé les obse rvations suivantes au sujet de la Requête N° .7379/76 : .Toutefois, envisageant sa précédente interprétation de l'a rticle 26 de la Convention à la lumière des faits de la présente affaire, la Commission • Requête N° 214/56, De Becker c/Belgique, Annuaire 11, p : 214 à la p . 243 . Requête N° 7379/76 . X . c/Royaume-Uni. D.R. 8, p. 211 . - 222 - parvient à la conclusion que, lorsqu'il n'existe pas de voie de recours interne, l'acte ou la décision incriminés doivent eux-mêmes être normalement considérés comme la décision interne définitive visée à l'a rticle 26 . La règle des six mois énoncée à l'a rticle 26 vise manifestement à contraindre tout requérant à décider, dans un délai de six mois à pa rtir de la décision interne fixant définitivement sa situation, de saisir ou de ne pas saisir la Commission . Lorsque la question d'une violation continue de la Convention ne se pose pas, cette condition s'applique au même titre, que la situation du requérant soit définitivement fixée par une décision définitive rendue dans le cadre normal de l'épuisement d'une voie de recours interne ou, en l'absence de toute voie de recours interne, par l'acte ou la décision prétendument incompatibles avec laConvention . .• Elle a suivi cette interprétation de l'article 26 dans plusieurs affaires ultérieures" . Il ressort de cette jurisprudence que le délai de six mois visé à l'article 26 peut contmencer à courir soit à la date d'une • décision interne définitive• prise à la suite de l'exercice d'un recours interne efficace et suffisant, soit à la date de l'acte ou de la décision incriminés lorsque cet acte ou cette décision fixent définitivement la situation du requérant au niveau interne . Par contre, selon la Commission, l'ar ticle 26 ne saurait être interprété comme obligeant le requérant à la saisir à tout moment avant que sa situation concernant ses griefs n'ait été fixée définitivement au niveau interne . Ce n'est que lorsqu'il y a eu une • décision interne déjinirive • (• final decision •), ou un acte ou une mesure équivalent(e), que le délai de six mois commence à courir . La Commission constate qu'en l'espèce le requérant Yarrow n'insinue pas que la mainmise sur ses biens ait été par elle-même contraire à la Convention . Il allègue, en substance, qu'il a été p rivé de ses biens sans versement d'une indemnité rapide, adéquate et effective et que l'indemnité ve rsée était discriminatoire . Il soutient que cette situation est due en partie à la formule légale d'indemnisation elle-même, et en pa rtie au comportement du ministre lorsqu'il a négocié puis effectué les versements . Bien que les requérants laissent entendre que la formule légale était telle qu'elle ne pouvait qu'aboutir à une indemnisation insuffisante, la loi de 1977 ne fixait elle-même ni le montant de l'indemnité, ni la célérité avec laquelle les versements devaient être effectués. La Commission ne saurait donc admettre que cette loi soit considérée comme équivalent à une •décision interne définitive . sur la question de l'indemnisation . La Commission souligne à cet égard que la situation, en l'espèce, est fondamentalement différente de celle envisagée dans la Requête N° 7379/7 6 • /bid à la p. 215. •• Voir, par exeniple . Requête N° 8007/77 . Chypre c/Turquie, D.R. 13, p . 85 à p . 153. - 223 - (sup. cit.) . Dans ce cas-là, le requérant se plaignait d'avoir été privé de ses intérêts sur un certain terrain par une loi d'effet immédiat et ne contenant aucune disposition prévoyant une procédure ultérieure d'indemnisation ou de recours . Ainsi, dès que la loi est entrée en vigueur, le requérant a été privé de manière définitive de ses intérêts sur ce terrain et il ne restait à trancher au niveau interne plus aucune question afférente à ses griefs au titre de la Convention . Dans le cas présent, au contraire, la question de l'indemnisation, objet de la plainte du requérant, restait à trancher conformément à une procédure établie par la loi, soit par accord, soit par arbitrage. La situation du requérant n'était pas fixée de manière définitive par la loi elle-méme et, selon la Commission, il avait le droit, sinon l'obligation, de faire fixer le montant de l'indemnité en ayant recours, comme il l'a fait, à la procédure légale d'indemnisation avant de saisir la Commission de ses griefs en la matière. En conséquence, la Commission n'estime pas que la requéte, ou toute partie de celle-ci, soit tardive, puisqu'elle a été introduite dans le délai de six mois à compter de l'accord fixant l'indemnité . Il reste toutefois à examiner si, le représentant des actionnaires n'ayànt pas soumis au tribunal arbitral la question de l'indemnisation, il y avait par là même non-épuisement des voies de recours internes . A cet égard, la Commission constate en premier lieu qu'incontestablement le premier requérant, actionnaire unique de Yarrow Shipbuilders, aurait pu faire soumettre au tribunal par le représentant des actionnaires la question de l'indemnisatiôn, s'il l'avait voulu . Selon la jurisprudence constante de la Commission et la Cour, l'article 26 n'exige que l'usage des voies de recours internes efficaces et suffisantes, c'est-à-dire aptes à porter remède aux griefs du requérant (voir, par exemple . affaire Airey,_arrêt du 9 octobre 1979, Série A . vol. 32, pp . 11, 19 ; affaire Van Oosterwijck, arrêt du 6 novembre 1979, Série A, vol . 40, pp. 13-14, 27) . La Commission a donc recherché si la saisine du tribunal arbitral constituait un recours apte à porter remède aux griefs du requérant selon lesquels il n'avait pas obtenu réparation de manière rapide, effective et adéquate pour les actions de Yarrow Shipbuilders et l'indemnité versée avait été discriminatoire: Aux termes des articles 38 et 39 de la loi de 1977, le tribunal arbitral avait, en substance, pour fonction de fixer le montant de l'indemnité due en application de la formule légale d'indemnisation .à défaut d'accord . entre le ministre et le représentant des actionnaires . La loi envisageait donc des négociations préalablement à tout arbitrage . Il n'apparait donc pas que, s'il y avait eu arbitrage en l'espèce, l'indemnité aurait été versée plus rapidement qu'elle ne l'a été. Au contraire, la procédure d'arbitrage aurait probablement entrainé des délais supplémentaires. En outre, le tribunal n'avait aucune compétence pour des questions telles que les taux d'intérêts et les acomptes . - 224 - D'un autre côté, le tribunal arbitral était effectivement compétent pour fixer le ntontant de l'indemnité en application de la formule légale . Néanmoins, il ne siégeait pas comme second degré de juridiction pour statuer sur le caractère adéquat des propositions formulées au cours des négociations par le ministre. Il représentait un moyen alternatif d'estimation de l'indemnité due en application de la formule légale, en cas d'impossibilité de parvenir à un accord quant au montant approprié ; et il pouvait allouer soit plus soit moins que le montant offert lors des négociations . Le Gouvernement soutient que, dans la mesure où le grief du premier requérant se fonde sur le comportement du ministre lorsqu'il a formulé des offres d'indemnisation au cours des négociations, le tribunal arbitral constituait une voie de recours effective et suffisante dont il était tenu d'user . Néanmoins, l'essentiel du grief du requérant à l'égard du ministre porte sur le refus qu'aurait opposé ce dernier à l'octroi d'une indemnité supérieure à celle résultant de la formule légale d'indemnisation . Le requérant soutient notamment que l'article 38, paragraphe 6, de la loi de 1977, qui oblige à tenir compte de la valeur en bourse de la société mère, n'était pas contraignant pour le ministre mais seulement pour le tribunal arbitral, que le ministre a effectivement proposé une somme supérieure à celle qui aurait résulté de la formule légale et que, pour être équitable, il aurait d û proposer encore plus . Le Gouvernement soutient que la formule légale était intégralement contraignante tant pour le ministre que pour le tribunal arbitral et il nie que la somme finalement proposée ait dépassé ses limites . Quoi qu'il en soit, les deux parties s'accordent à reconnaitre que la formule d'indemnisation aurait été intégralement contraignante pour le tribunal, qui aurait dû tenir compte de la valeur en bourse de Yarrow au cours de la période de référence . Il est clair que le requérant n'aurait pas pu faire valoir devant le tribunal arbitral le grief selon lequel le ministre aurait refusé de proposer une somme supérieure à ce que permettait la forniule . Certes, comme le fait remarquer le Gouvernement, le premier requérant aurait pu invoquer devant le tribunal arbitral des arguments concernant le poids à attacher, dans les circonstances de l'espèce, à la valeur en bourse de la société mère au cours de la période de référence, ceci n'étant qu'un des .facteurs pertinents . que le tribunal avait à prendre en compte . Néanmoins, la somme convenue ayant été, en fait, considérablement supérieure à la valeur en bourse de la société mère au cours de cette période, la Commission ne peut pas dire que le requérant ait agi déraisonnablement en estimant improbable d'obtenir plus dans les limites de la formule légale devant le tribunal arbitral que dans le cadre de la procédure de négociation envisagée par la loi . Il est également incontestable que des éléments essentiels du grief du requérant - tels que l'iniquité alléguée dans le choix de la période de référence et le fait que la formule légale n'ait pas tenu compte des bénéfices non distribués par Yarrow $hipbuilders avant la date de l'acquisition, à la - 225 - suite des restrictions portant sur les dividendes, n'auraient pas pu être invoqués devant le tribunal arbitral . Compte tenu de toutes ces circonstances, le premier requérant semble avoir fait un usage raisonnable des procédures d'indemnisation prévues par la loi de 1977 en allant jusqu'à obtenir un accord, ainsi que l'envisage l'article 38 de la loi, sur la question de l'indemnité à laquelle il avait légalement droit . Sa plainte ne porte pas sur le fait qu'il ait reçu moins que ce à quoi la loi lui donnait droit mais sur le fait que la formule légale d'indemnisation était d'une nature telle qu'elle ne pouvait refléter la valeur exacte de Yarrow Shipbuilders au jour de l'acquisition et qu'elle devait immanquablement aboutir à une indemnisation insuffisante et discriminatoire . En conséquence, la Commission ne voit pas en quoi l'autre procédure prévue pour l'application de la formule d'indemnisation, à savoir l'arbitrage, aurait constitué une voie de recours effective et suffisante à l'égard de ses griefs . La Commission considère donc que les conditions de l'article 26 ont été satisfaites en l'espèce . 3 . Ayant procédé à un premier examen des observations présentées par les parties au titre de la Convention et du Protocole invoqués par le premier requérant, la Commission considère que la requête ; dans la mesure où elle a été introduite par le premier requérant, soulève des questions complexes et importantes relatives à l'interprétation et à l'application de la Convention et qu'elle ne saurait être considérée comme manifestement mal fondée . Aucune autre cause d'irrecevabilité n'ayant été établie, la requête du premier requérant doit donc être déclarée recevable. -Parcesmotifs,laComisio n1 . DÉCLARE IRRECEVABLES LES GRIEFS FORMULÉS PAR LE S DEUXIÉME, TROISIÈME ET QUATRIÈME REQUERANTS , 2 . DÉCLARE LA REQUÊTE RECEVABLE, DANS LA MESURE OÙ ELLE A ÉTÉ INTRODUITE PAR LE PREMIER REQUÉRANT . - 226 -