APPLICATION/RÉQUETE N° 9787/82 Robert Malcolm WEEKS v/the UNITED KINGDOM Robert Malcolm WEEKS c/ROYAUME-UN I DECISION of 17 January 1994 on the admissibility of the applicatio n DECISION du 17 janvier 1984 sur la recevabilité de la requét e Article 5, paragraph I (a), of the Convention : Sentenced to life imprisonment, conditionallv released, then recalled to prison following minor offences . Is the new period of detention sufficiently related to the original sentence ?(Complainr declared admissible). Article 5, paragraph 4, ol'the Convention : Do the Parole Board, in recommending the recall of a prisoner conditionally released, or the High Court, in dealing with an application for judicial review in such cases, ensure the guarantees envisaged by Article 5 . para.4? (Complaint declared admissible). Article 5, paragrahe 1, litt . a), de la Convention : Condamné à la réclusion à perpétuité . libéré conditionnellement puis réintégré en prison à la suite d' infractions mineures . la nouvelle période de détention comporte-t-elle un lien suffisant avec la première condamnation ? (Grief déclaré recevable). Article 5, paragraphe 4, de la Convention : la commission de libération conditionnelle (Parole Board) qui recommande la réintégration en prison et le juge qui, le cas échéant, contrôle la légalité de sa décision (Judicial review) assurent-ils la protection voulue par l'article 5, par. 4? (Grief déclaré recevable). THE FACTS (français : voir p. 110) The applicant, Mr Robert Malcolm Weeks, bom in 1949, is a citizen of the United Kingdom and was- at the time of his application to the Commission, detained in HM Prison, Lewes, England . He is represented by Mr Peter Ashman . Barristerat- law, who works for the organisation JUSTICE in the United Kingdom . -I0y On 6 December 1966 the applicant, then aged 17, pleaded guilty at Hampshire Assizes to armed robbery, assaulting a police officer and being in the unlawful possession of a firearm. In respect of the first offence, he was sentenced to life imprisonment . For the second and third offences he received 2 and 3 years' imprisomnent respectively, all sentences to run concurrently. The robbery had been committed with a starting pistol, loaded with blank cartridges . He stole a sum of 35 pence, which was later found on the shop floor . At his trial, a prison medical officer testified that he could find no evidence of mental instability which would justify sending the applicant to a mental institution . However, a probation report characterised the applicant as being susceptible to fluctuation of mood, emotionally immature and of having a morbid interest in the literature of violence and a fascination for guns . It emerged that he had committed the robbery because he wanted to pay back E3 which he owed his mother . The trial judge considered that an indeterminate life sentence would be the most humane punishment, as it would enable the Home Secretary to release the applicant when he had matured sufficiently for it to be safe to do so . This view was upheld in a decision, dated 6 April 1967, of the Court of Appeal . Salmon L.J . said : "Now at the trial it appears that the prison doctor said that there was no evidence of any mental disorder than apparent which would have justified his detention in a mental institution . The learned Judge, quite rightly in the view of this Court, took the view that this was not a case for borstal because borstal for one reason would not be a sufficiently secure place to send such a dangerous young man. The Judge was therefore-since he could not send him to a mental institution for lack of evidence-faced with a difficult decision on whether he should give him what he did, namely life imprisonment, or sentence him to some long term, some definite term of imprisonment for a number of years . As he was at pains to point out . he, in mercy really to the boy, took the former course. Now life imprisonment, in this case at any rate, means an indeterminate sentence . If, when he gets to prison, it then appears, after he has been there some time, that there are grounds for transferring him to a mental institution for treatment, there are ample powers under the Act which will enable the Home Secretary to do so . Moreover, as soon as it becomes apparent . and it is to be hoped that it may not be long, but, one cannot tell, that it is safe from the public point of view and from his own point of view to do so, this boy will be released . At first sight a sentence of life imprisonment, particularly having regard to his age, sounds terrible, but when the factors to which reference has been made are considered, it will be seen that this is really in mercy to the boy and will perhaps enable him to be released much sooner than if a long term of imprisonment had been imposed, which was the only other possible alternative . " The applicant suffered a mental breakdown in 1969 and received treatment at Grendon Underwood Psychiatric Prison . After six months' treatment he served hi s - 105 - sentence at Albany Prison until his release on licence on 31 March 1976 . He had originally been given a release date for Ap ril 1975, but had absconded from a prison hostel during a probationary six months pe riod. A further release date was set for 1975, but .was again rescinded after unsatisfacto ry behaviour. His case was referred to the Parole Board and, on their recommendation, he was released in March 1976 . On 12 January 1977 the applicant pleaded guilty at Portsmouth Magistrates Cou rt to burglary and drivingwhile uninsured and without a licence . He was given a conditional discharge for one year and fined. Following this incident, a letter warning that his life licence could be revoked was issued by the Home Office and served on him on 19 April 1977. At the beginning of June 1977 the applicant was given accommodation and employment as a labourer at Aylesford Prio ry. On 21 June he was arrested, having damaged a car in the village while driving a dumper truck without permission . He was granted bail . Two days later he visited a public house and became drunk and abusive . He was escorted by police back to the P riory where he became agitated and produced an air pistol, threatening to commit suicide . A priest in the Prio ry remonstrated with him, the gun was fired and a lead pellet hit the ceiling . Later that day he was found to be ve ry drunk and in possession of a quantity of bo ttles of spirits which had been stolen from a store . He was arrested and taken to the police station, where he became abusive and violent and during the night tried to hang himself . On 30 June 1977 the Home Secreta ry ordered that the applicant's licence be revoked under Section 62 (2) of the Criminal Justice Act 1967 . In accordance with Section 62 (4) of the Act, his case was referred to the Parole Board, which decided to defer consideration of his case until the outcome of his appearance in court, in connection with the above offences- was known. On 3 October 1977 he was convicted on charges of taking a dumper truck for his own use, being in possession of an air pistol as a prohibited person, theft of some alcohol and damaging a police blanket . He was sentenced to a conditional discharge for two years and the judge left it to the Home Of fice to consider the question of revoking or retaining the life licence, with the suggestion that he be allowed his liberty again. The applicant's case was considered by the Parole Board in December 1977 . They took the view that the applicant was still a danger to himself and to the public and confirmed his recall . The Parole Board considered the case again in May 1979, when it recommended that he be released on licence once more . The Home Secreta ry, after consultation with the Lord Chief Justice and the trial judge did not accept the Parole Board's recommendation, and decided that the applicant should be transferred to an open prison. In November 1979 he absconded from the open prison to Spain, sur rendering himself to the police in April 1980 . In May 1981 the Parole Board recommended that the applicant be released on licence as soon as rese ttlement - 106 - arrangements could be made. The Home Secretary accepted this recommendation and decided upon a provisional release date of February 1982, subject to pre-release employment at Maidstone Prison Hostel . However in October 1 981 he was involved in a violent struggle with the hostel wardens, during which one officer was injured on the thumb with a knife . On 28 October 1981 he was found guilty of the offence of malicious wounding at Maidstone Magistrate's Court and sentenced to three months' imprisonment . The applicant was eventually released, on recommendation by the Parole Board on 18 October 1982 . As a hostel place could not be found for him, he is living in Maidstone under the close supervision of the Probation Officer . COMPLAINTS AND SUBMISSIONS Article 5, para. I (a) The applicant accepts that his detention in 1966 was lawful, following his conviction by a competent court . He submits, however, that his detention after revocation of his licence in 1977 was not in accordance with this provision . He was released in March 1976 on licence, and, although he had received a warning letter from the Home Office in April 1977, he had remained at libeny under licence until June 1977, a period of one year and three months . At his trial in October 1977, following the incidents at the Priory, the judge specifically left the issue of his further detention to the Home Office, but with the recommendation that he be left at liberty . The decision to continue the deten(ion of the applicant was taken by theParole Board and not a "court", within the meaning of Article 5, para . I (a) . In the case of X v . United Kingdom (judgment of 5 .11 .81) the European Court of Human Rights suggested, in the context of Article 5, para . I (a), that the enjoyntent of a lengthy period of liberty on conditional release might give rise to some doubt as to the continued applicability of this paragraph . It is submitted that for the detention to be "lawful", within the meaning of Article 5, para . I(a), the detention must follow and be dependent upon the previous conviction . A minor conviction, not sufficiently serious to warrant a sentence of detention, could not be used to justify the reimposition of an earlier sentence, imposed as a result of an unrelated previous conviction . In the present case, the period of release on licence was of such length that it was no longer open to the Home Office to rely on the 1967 conviction to justify his further detention some ten years later, after fifteen months of liberty . The 1977 convictions were substantially different in kind from those of 1967 . The court itself, after a full hearing, at which the applicant was legally represented, recommended that he should not be detained .and imposed a non-custodial sentence first . Apart from the period during which the applicant was unlawfully at libe rty, from November 1979 until June 1980, the applicant has remained in detention since October 1977 . - 107 - Article 5, para. 4 The sentence of life imprisonment imposed on the applicant in 1967 was determined by his alleged immaturity and emotional instability . In the applicant's submission, this is assimilable to, although not the equivalent of . "unsoundness of mind" . The European Court of Human Rights, in the cases of Winterwerp v . the Netherlands and X v . United Kingdom has held that in cases of mental illness there must be a procedure for periodic review, of a judicial character of the continued detention of a mental patient, in order to see whether the conditionsjustifying detention have changed . It is submitted that this safeguard ought also to apply when a sentence of indeterminate detention is based on the change of a mental state, falling short of mental illness. He submits that "immaturity" and "emotional instability" are psychological qualities which, by their very nature, change over a period of time, and are subjectively assessable with the assistance of suitable qualified medical practitioners . It is submitted that the Parole Board does not have a judicial character of such a nature as to satisfy Article 5, para . 4. In this regard he points to the following features of the Parole Board : The Board only considers release on licence where a case has been referred to it by the Home Secretary (Section 59 (3) (a), Criminal Justice Act 1967) . There is no right to any review at any time, nor is there any fixed periodic review : The decision whether to release a prisoner on licence is taken by the Home Secretary. He is not bound by the decision of the Parole Board . The prisoner is not allowed to argue his case in person, or through representatives, before the Board . Moreover he cannot challenge any arguments against his release as he is not informed of them . The Board has no power to substitute a determinate sentence for an indeterminate one . THE LAW The applicant complains that his re-detention in June 1977 was in breach of Article 5, para . I of the Convention, which provides as follows : "Everyone has the right to liberty and security of person . No one shall be deprived of his liberty save in the following cases and in accordance with a procedure prescribed by law :a . the lawful detention of a person after conviction by a competent coutt ; He states that his re-detention was not in accordance with Anicle 5, para . I (a), since a minor conviction, after fifteen months of liberty, was not sufficiently serious to justify his re-detention on .the foot of his earlier, unrelated conviction . He contends that the link was broken with his earlier detention, and that his re-detention could only be lawful under the Convention if it was ordered by a coun . - 108 - He further complains, under Anicle 5, para . 4, that at the time of the revocation of his licence he was unable to have the lawfulness of his detention determined by a coun . Nor was he able to have periodic review of the lawfulness of his detention at reasonable intervals throughout his imprisonment . This provision provides that : "Everyone who is deprived of his liberty by arrest or detention shall be entitled to take proceedings by which the lawfulness of his detention shall be decided speedily by a court and his release ordered if the detention is not lawful ." He submits that the remedy of habeas corpus does not lie in respect of a prisoner in execution of his sentence, and that the couns are not willing to grant judicial review in respect of decisions of the Parole Board. Furthermore, he claims that the Parole Board cannot be considered a court for the purposes of Article 5, para . 4, since it is not an independent body and lacks sufficient procedural guarantees . The Government maintain that the applicant was lawfully sentenced to life imprisonment . and that, by virtue of his sentence, he could have been detained for the rest of his life . Accordingly, his detention is lawful by virtue of the original conviction and sentence . Moreover, it is clear from the applicant's dangerous behaviour at the time of the revocation of his licence that a sufficient connection existed between such revocation and the sentence of life imprisonment, for his re-detention to be justified, under Anicle 5, para . I (a), on the basis of his original conviction . It is further submitted that the control on the lawfulness of the applicant's detention, as required by Article 5, para . 4, was incorporated in the machinery of the coun of trial and the subsequent appeal to the Court of Criminal Appeal . In this respect reference is made to the decision of the European Court of Human Rights in the "Vagrancy" cases (Judgment of 18 .6.71, para. 76). Funhennore, under the law of the United Kingdom, he could have challenged his detention on the ground that the Secretary of State failed to comply with any statutory requirement, or had exercised his discretion in bad faith or capriciously, or for a wrongful purpose . Moreover it was open to him to seek judicial review of the decision of the Parole Board to confirm his recall, on the grounds that the Board did not act fairly . In the altemative, it is submitted that the Parole Board could be considered as a court under Article 5, para. 4, since it enjoys the necessary independence and offers sufficient procedural safeguards . Finally, the Government submit that the present case is not one of deprivation of liberty on grounds of mental instability, and thus Article 5, para . 4 does not require periodic judicial review of the lawfulness of detention where a prisoner is serving a sentence imposed on him after lawful conviction. The Commission has carried out a preliminary examination of the application in the light of the panies' submissions . It considers that it raises, as a whole, complex issues of law and fact under the Convention, the determination of which should depend on an examination of the merits of the application . - 109- It follows that the application cannot be regarded as manifestly ill-founded, within the meaning of Article 27, para. 2, of the Convention, and no other ground for declaring it inadmissible has been established . For these reasons, the Commission, without prejitding the merits , DECLARES THE APPLICATION ADMISSIBLE . (TRADUC770N) EN FAIT Le requérant, M . Robert Malcolm Weeks, né en 1949, est ressortissant du Royaume-Uni : au moment de l'introduction de sa requéte devant la Commission, il était détenu à la prison de Lewes, Angleterre . Il est représenté par M . Peter Ashman, avocat, de l'organisation JUSTICE au Royaume-Uni . Le 6 décembre 1966, le requérant, alors âgé de 17 ans, a plaidé coupable devant les assises du Hampshire du chef de vol à main armée, d'agression sur la personne d'un fonctionnaire de police et de détention illégale d'une arme à feu . Pour la première infraction, il a été condamné à la prison à perpétuité . Pour la deuxième et la troisième, il s'est vu infliger respectivement deux ans et trois ans d'emprisonnement, toutes ces peines devant être exécutées suivant le principe du non-cumul . Le vol à main armée avait été commis avec un'pistolet de starter chargé à blanc . Le requérant avait dérobé à cette occasion la somme de 35 pence, somme qu'on a ultérieurement retrouvée sur le plancher du magasin . A son procès, un médecin de l'administration pénitentiaire a déclaré qu'il ne pouvait déceler aucun signe d'instabilité mentale qui justifierait le placement du requérant dans un établissement psychiatrique . Toutefois, un rapport de probation décrivait le requérant corttme sujet à des changements d'humeur, immature sur le plan émotionnel, marquant un intérêt morbide pour les livres de violence et fasciné par les armes à feu . II apparaissait que le requérant avait commis le vol à main armée parce qu'il voulait rembourser à sa mére la somme de 3 livres qu'il lui devait . Le juge a estimé qu'une condamnation à une peine perpétuelle (autrement dit de durée indéterminée) serait la sanction la plus humaine, car elle permettrait au ministre de l'Intérieur de libérer le requérant lorsqu'il aurait suffisamment mûri pour que son élargissement ne présente plus de danger . Ce point de vue a été confirmé dans une décision de la Court of Appeal du 6 avril 1967 . Lord Justice Salmon a en effet déclaré : -Or, il apparait qu'au procés le médecin de l'administration pénitentiaire a déclaré qu'il n'y avait pas d'indice d'un désordre mental apparent qui aurait justifié le placement du requérant dans un établissement psychiatrique . Le juge -tt0- a estimé, très justement selon la cour, qu'il n'était pas question d'envisager un placement dans un établissement de redressement de type ouven, car ce type d'établissement n'était pas suffisamment sùr pour accueillir un jeune homme aussi dangereux . Comme il ne pouvait pas placer l'accusé dans un établissement psychiatrique par manque d'indications, lejuge se trouvait devant la question délicate de savoir s'il devait lui infliger la peine qu'il lui a effectivement imposée, à savoir la prison à perpétuité, ou s'il devait le condamner à une peine de prison de longue durée, mais de durée déterminée . Comme il s'est donné la peine de l'expliquer, c'est en réalité par commisération pour lejeune homme qu'il a choisi la première solution. Or, la peine de prison à perpétuité dans ce cas tout au moins signifie une peine de durée indéterminée . Si quelque temps après son incarcération, il apparaît justifié de le placer dans un établissement psychiatrique pour traitement, la loi confdre au ministre de l'Intérieur d'amples pouvoirs pour ce faire . En outre, dès lors qu'il apparait - et il faut espérer que cela ne prendra pas longtemps mais on ne sait jamais - que sa libération ne présente aucun danger pour la société et pour lui-méme, ce jeune homme sera libéré. A premiére vue, une peine de prison à perpétuité parait terrible, compte tenu particulièrement de son âge, mais lorsqu'on examine les éléments auxquels il a été fait référence, on s'aperçoit qu'on fait preuve en réalité de clémence pour le garçon et que ceci permenra peut-étre de le relâcher beaucoup plus tôt que si on lui avait infligé une peine de prison de longue durée, ce qui était la seule autre solution . • Le requérant a fait une dépression nerveuse en 1969, pour laquelle il a été traité dans la prison psychiatrique de Grendon Underwood . Après six mois de traitement, il a purgé sa peine à la prison d'Albany jusqu'au 31 mars 1976, date de sa libération conditionnelle . On avait initialement fixé une date de libération au mois d'avril 1975, mais le requérant s'était enfui d'un centre de semi-liberté au cours d'une période de probation de six mois . Une autre date de libération a été fixée pour 1975, mais a été annulée une nouvelle fois parce que la conduite du requérant laissait à désirer . Son cas a été soumis à la commission de libération conditionnelle et, sur recommandation de celle-ci, le requérant a été libéré en mars 1976 . Le 12 janvier 1977, le requérant a plaidé coupable devant la Magistrates Court de Ponsntouth du chef de cambriolage et de conduite d'un véhicule sans permis de conduire et sans assurance . Il a obtenu un sursis conditionnel d'un an et a été condamné à une amende . Suite à cet incident, le ministre de l'Intérieur a notifié au requérant le 19 avril 1977 une lettre l'avertissant que sa libération conditionnelle était susceptible d'être révoquée . Au début du mois de juin 1977, le Prieuré d'Aylesford a accepté de loger le requérant et de l'employer comme homme à tout faire . Le requérant a été arrèté le 21 juin après avoir endommagé une voiture dans le village, alors qu'il conduisait un camion à benne basculante sans autorisation . Il a été libéré sous caution. Deux jours plus tard, il s'est rendu dans un débit de boissons où il s'est enivré et s'est montré injurieux . Ramené sous escorte au Prieuré, il était agité et a sorti un pistolet à air comprimé avec lequel il a menacé de se suicider . Un prêtre du Prieuré lui ayant fait des reproches, le requérant a tiré en l'air et un projectile de plomb a touché le plafond . Plus tard ; dans la même joumée, on l'a trouvé dans un état d'ivresse avancé et en possession de nombreuses bouteilles d'alcool volées dans un magasin . Il a été arrété et conduit au commissariat de police, où il s'est montré injurieux et violent et où il a essayé de se pendre pendant la nuit . Le 30juin 1977, le ministre de l'Intérieur a ordonné la révocation de la libération conditionnelle du requérant conformément à l'article 62, par . 2 de la loi de 1967 sur la justice pénale . En application de l'article 62, par . 4 de cette méme loi, son cas a été soumis à la commission de libération conditionnelle, qui a décidé d'en différer l'examen jusqu'à ce que soit connu le résultat de sa comparution devant le tribunal pour y répondre des infractions susmentionnées . Le 3 octobre 1977, il a été reconnu coupable d'avoir pris un camion à benne basculante pour son propre usage, d'avoir été en possession d'un pistolet à air comprimé alors qu'il était sous le coup d'une interdiction, d'avoir volé de l'alcool et d'avoir endommagé une couverture appartenant à la police . II a bénéficié d'un sursis de deux ans et le magistrat a laissé au ministére de l'Intérieur le soin de se prononcer sur l'opportunité de révoquer ou de maintenir la libération conditionnelle, tout en laissant entendre qu'il devait une nouvelle fois ètre laissé en liberté . Le cas du requérant a été examiné par la commission de libérationconditionnelle en décembre 1977 . La commission a estimé que le requérant était encore dangereux pour lui-même et pour la société et a confirrné sa réintégration en prison . La commission de libération conditionnelle a examiné à nouveau le dossier en mai 1979, et a recommandé que le requérant soit admis une fois de plus au bénéfice de la libération conditionnelle. Après avoir consulté le Lord Chief Justice et le juge de jugement, le ministre de l'Intérieur a déclaré ne pas accepter la recommandation de la commission de libération conditionnelle et a décidé le transfert du requérant dans une prison ouverte . En novembre 1979, le requérant s'est évadé de la prison ouverte pour rejoindre l'Espagne, et s'est constitué prisonnier auprès de la police en avril 1980 . En mai 1981, la commission de libération conditionnelle a recommandé que le requérant soit libéré conditionnellement dès que les arrangements en vue de sa réinstallation pourraient être pris . Le ministre de l'Intérieur a fait sienne cette recommandation et décidé de fixer au mois de février 1982 la date provisoire de sa libération, sous réserve que le requérant ait trouvé un emploi dans le cadre d'un régime de semiliberté au centre spécialisé de Maidstone . Toutefois, en octobre 1981 . le requérant a été impliqué dans une violente bagarre avec les gardiens du centre, au cours de laquelle l'un d'eux a été blessé au pouce par un coup de couteau . Le 28 octobre 1981, il a été reconnu coupable de coups et blessures intentionnels par la Magistrates' Court de Maidstone et condamné à trois mois de prison . - 112 - Il a finalement été libéré, sur recommandation de la commission de libération conditionnelle, le18 octobre 1982 . Comme il n'y avait pas de place pour lui dans un centre de semi-liberté, il vit présentement à Maidstone sous la surv eiÎlance étroite d'un agent de probation . GRIEFS ET ARGUMENTATION Article 5, par. 1 a) Le requérant reconnaît que sa détention en 1966 a été régulière, faisant suite à sa condamnation par un tribunal compétent . 11 fait valoir, toutefois, que sa détention après révocation de sa libération conditionnelle en 1977 n'a pas été conforme à cette disposition . Il a été libéré conditionnellement en mars 1976 et bien qu'il ait reçu une lettre d'avertissement du ministère de l'Intérieur en avril 1977- il est resté en liberté conditionnelle jusqu'en juin 1977, soit pendant un an et trois mois . A son procès en octobre 1977, suite aux incidents su rvenus au Prieuré, le juge s'en est expressément remis au ministère de l'Intérieur pour trancher la question de son maintien en détention, mais en recommandant que le requérant soit laissé en libe rté. La décision de maintenir le requérant en détention a été prise par la commission de libération conditionnelle et non par un -tribunal », au sens de l'article 5, par . I a) . Dans l'affaire X. contre Royaume-Uni (arrét du 5 novembre 1981), la Cour européenne des Droits de l'Homme a laissé entendre . dans le contexte de l'article 5. par. I a), que le fait que l'intéressé ait connu une longue période de libe rté conditionnelle pouvait faire naître certains doutes quant à la possibilité d'appliquer cette disposition à la nouvelle phase de détention . Il fait valoir que pour que la détention soit « régulière » au sens de l'article 5, par. I a), elle doit intervenir à la suite et par suite de la condamnation précédente . Une condamnation mineure, insuffisamment grave pourjustifier une peine de prison, ne pourrait pas être invoquée pour justifier la réimposition d'une peine prononcée précédemment à la suite d'une condamnation antérieure sans aucun rappo rt avec les faits nouvaux . En l'espèce, la période de détention a été d'une longueur telle que le ministère de l'intérieur n'était plus fondé à invoquer la condamnation de 1967 pour justifrer le maintien en détention du requérant quelques dix ans plus tard . après quinze mois de libe rté. Les condamnations de 1977 étaient substantiellement différentes en nature de celles de 1967. Le tribunal lui-même, après une audience publique à laquelle le requérant était représenté, a recommandé que celui-ci ne soit pas détenu et a imposé dans un premier temps une peine non privative de liberté . En dehors de la période pendant laquelle le requérant a été illégalement en liberté- entre novembre 1979 et juin 1980, il est demeuré en détention depuis octobre 1977 . - 113 - Article 5, par. 4 •. ~ - . . ' Là peine de détention à perpétuité imposée au requérant .en 1967 a été justifiée par son prétendu manque de maturité et sa prétendue instabilité émotionnelle . Selon le requérant, ceci peut étre assimilé, mais sans être équivalent, au fait d'être - al iéné .. Dans les affaires Winterwerp contre Pays-Bas et X . contre Royaume-Uni, la Cour européenne des Droits de l'Homme a jugé que dans les cas d'aliénation mentale, il doit exister un système de contrôle périodique de caractère judiciaire du maintien en détention de l'aliéné pour rechercher si les conditions justifiant la détention ont changé. Il est allégué que cette garantie devrait aussi s'appliquer dans les cas où une peine de détention de durée indéterminée est motivée par un changement de l'état psychologique d'un individu n'atteignant pas la gravité d'une maladie mentale . Il soutient que l'.immaturité . et l'.instabilitéémotionnelle . sontdes caractéristiques psychologiques qui, par leur nature méme, évoluent dans le temps et sont subjectivements évaluables avec l'aide d'un personnel médical qualifié. 11 est allégué que la commission de libération conditionnelle n'a pas un caractére judiciaire propre à satisfaire aux exigences de l'a rticle 5, par . 4. A cet égard, le requérant évoque les caractéristiques suivantes de la commission : celle-ci n'examine une libération conditionnelle que lorsqu'un cas lui a été soumis par le ministre de l'intérieur (anicle 59,par: 3 a) de la loi de 1967 sur la justice pénale . Il n'existe pas un droit à un contrôle à tout moment, de mème qu'il n'existe pas de contrôles périodiques à date fixe ; c'est le ministre de l'Intérieur qui se prononce sur l'oppo rtunité de libérer le détenus sous conditions ; le détenu n'est pas auto risé.à défendre son cas personnellement ou par l'intermédiaire de représentants devant la commission ; en outre, il ne peut contester aucun argument invoqué contre sa libération, vu qu'il n'en a pas connaissance ; la commission n'est pas habilitée à remplacer une peine de durée indéterminée par une peine de durée déterminée . EN DROIT Le requérant se plaint que sa réintégration en prison en juin 1977 a été contraire àl'article 5, par . I de la Convention, ainsi libellé : •Toute personne a droit à la liberté et à la sùreté . Nul ne peut être privé de sa liberté, sauf dans les cas suivants et selon les voies légales : a. s'il est détenu régulièrement après condamnation par un tribunal compétem ; - 114- Il déclare que sa réintégration en prison n'a pas été conforme à l'article 5, par. 1 a) . étant donné qu'une condamnation mineure, intervenue après quinze mois de liberté, n'était pas suffisamment grave pourjustifier sa réintégration en prison sur la base de sa condamnation antérieure sans rapport avec les faits nouveaux . Il soutient que le lien avec sa détemion antérieure a été brisé et que pour être régulière, au regard de la Convention, sa réintégration en prison devait être ordonnée par un tribunal. En outre, il se plaint sur le terrain de l'article 5, par . 4, qu'au moment de la révocation de sa libération conditionnelle, il lui a été impossible de faire statuer par un tribunal sur la légalité de cette détention . Cette disposition est ainsi libellée : «Toute personne privée de sa liberté par arrestation ou détention a le droit d'introduire un recours devant un tribunal, afin qu'il statue à bref délai sur la légalité de sa détention et ordonne sa libération si la détention est illégale . - II soutient que le recours d'habeas corpus ne peut être exercé en ce qui concerne un détenu purgeant sa peine et que les tribunaux ne sont pas disposds à réexaminer les décisions de la commission de libération conditionnelle . En outre, il prétend que cette commission ne peut pas être considérée comme un tribunal sous l'angle de l'article 5, par . 4, vu qu'elle n'est pas un organe indépendant et qu'elle n'offre pas suffisammem de garanties procédurales . Le Gouvernement soutient que le requérant a été légalement condamné à la prison à perpétuité et qu'en vertu de cette condamnation, il aurait pu être détenu pour le restant de ses jours . En conséquence, sa détention est régulière par l'effet de sa condamnation initiale . En outre, il ressort clairement du comportement dangereux du requérant à l'époque de la révocation de sa libération conditionnelle qu'un lien suffisant existait entre cette révocation et la condamnation à une peine de détention à perpétuité pourque sa réintégration en prison soit justifiée conformément à l'article 5, par . 1 a) sur la base de sa condamnation initiale . Il est allégué en outre que le contrôle de la légalité de la détention du requérant voulu par l'article 5, par . 4, était incorporé à la décision du tribunal de jugement et au recours formé ultérieurement devant la Court of Criminal Appeal. Il est fait référence à cet égard à la décision de la Cour européenne des Droits de l'Homme dans les affaires de vagabondage (arrêt du 18 juin 1971, par . 76, p. 40). En outre, selon le droit du Royaume-Uni, le requérant aurait pu contester la régularité de sa détention en arguant que le ministre n'avait pas respecté les prescriptions légales ou avait exercé son pouvoir discrétionnaire de mauvaise foi, à la légère ou dans un but illégitime . De surcroît, il lui était loisible de faire réexaminer par un tribunal la décision de la commission de libération conditionnelle de confirmer sa réintégration en alléguant que la commission n'avait pas agi équitablement . Subsidiairement, il est allégué que la commission de libération conditionnelle pouvait être considérée comme un tribunal sous l'angle de l'article 5, par . 4, vu qu'elle jouit de l'indépendance nécessaire et offre des garanties procédurales suffisantes . - 115 - En dernier lieu, le Gouvernement fait valoir que la présente affaire n'est pas un cas de privation de liberté pour cause d'instabilité mentale et qu'en conséquence l'article 5, par . 4, ne requiert pas un contrôle judiciaire périodique de la légalité de la détention dans les cas où un détenu purge une peine qui lui a été imposée après une condamnation régulière . La Commission a effectué un examen préliminaire de la requête à la lumière des conclusions des parties . Elle estime qu'elle soulève, dans l'ensemble, des questions complexes de droit et de fait au regard de la Convention qui appellent, pour ètre tranchées, un examen au fond . Par ces motifs, la Commission, DÉCLARE LA REQUÊTE RECEVABLE . - 116 -