APPLICATION/REQUETE N° 9815/82 Peter Michael LINGENS v/AUSTRIA Peter Michael LINGENS c/AUTRICHE DECISION of 5 October 1983 on the admissibility of the application DBCISION du 5 octobre 1983 sur la recevabilité de la requête Article 10 of the Convention : Conviction of a journalist jbr defamation. /a expressing his opinion about the behaviour of a politician, he was deented to have used unacceptable tanguage. In the circumstances. this measure was in accordance with the law and aimed at the protection of the reputation of others. Was it "necessa ry in a democratic society" ?(Application declared admissibte) . Article 10 de la Convention : Condamnation d'un journaliste pour diffantation pour avoir usé de termes jugés inadmissib(es en exprimant son opinion sur le compornement d'un homme politique . Cette ntesure était, en l'occurrence, prévue par lu loi et m•ait pour but de protéger la réputation d'autrui . Eiait-e(le • nécessaire dans une société démocratique °?(Requ@te déclarée recevable) . THE FACTS (jrançais : voir p. 185) The applicant, who is represented by Messrs W . Masser, E . Grossmann and E. Klingsbigl, lawyers practising in Vienna, is an Austrian citizen born in 1931 and resident in Vienna . He has already previously filed an application (No. 8803/79, Linges and Leitgeb Y. Austria) which the Commission, however, rejected as inadmissible on 11 December 1981 .• In the present case, the applicant complains of a conviction for defamation in the press (iible Nachrede, section 111 (2) of the Penal Code) following a private prosecution brought against him by Dr Bruno Kreisky (th e • D. R. 26, p. 171 . -180- tbrnter Austrian Federal Chancellor) . Mr Kreisky had felt attacked by two articles published by the applicant in the magazine "Proftl" (of which he is the editor- in -chief) in October 1975 . On 9 October 1975 . in a television interview . Mr Simon Wiesenthal, Chairman of the Jewish Documentation Center, accused Mr Friedrich Peter, Chairman of the Austrian Liberal Party (Freiheitliche Partei Osterreichs, FPO) o( having belonged to the first SS infantry-brigade in World War II, i.e. a uuit which had repeatedly dealt with the liquidation of people behind the Russian front . The next day, Mr Kreisky was questioned on television about these accusations . He vehentently stood up for the chairman of the FPO and called Wieseuthal's activities "political matia" or "matiosi-methods" not only directed against Mr Peter but also against himself . Following these declarations, the applicant published the two articles under discussion . The first of these articles accompanied a report on the above events including a detailed survey of the activities of the first SS infantry brigade, and of what was known about Mr Peter's involvement with that unit . Mr Peter had adntitted to have belonged to the unit, but denied that he had known anything about the killings . It was stated that there was no ground to assume that Mr Peter had taken part in any killings himself, but it was submitted that his involventent with the unit nevertheless made him unbearable as an Austrian politician . In the applicant's article Mr Kreisky was accused of protecting Mr Peter for political reasons . The applicant then wrote : "Had someone else behaved in this w•av, one would probably have spoken of the ugliest opportunism" (Bei einen anderen würde man dies wahrscheinlich übelsten Opportunismus nennen") . This gist of the second article was that it would be in the interest of the Austrian society not to protect those who committed serious crimes during the Nazi period . Austria had produced ntuch more war criminals that could follow from its share in the population of the Third Reich, but it had done very little about thent . Austria had not mastered its past, but had neglected it . It was submitted that this tolerance could promote the development of standards which could help a future fascist party in taking over power . The applicant then continued :"But how far away and how speculative are such thoughts . And how near and concrete is a long sequence of Bruno Kreisky cabinets . In truth, one cannot refute in a rational way what Kreisky is doing . Only in an irrational way : It is invuoral, undignified" ("In Wahrheit kann man das, was Kreisky tut. auf rationale Weise nicht widerlegen . Nur irrational : es ist unmoralish . Würdelos .") It follows from the further contents of the article that the applicant was especiallv angry about Mr Kreisky's refusal to consider Mr Peter unbearable as a politiciau and partner of the Austrian Government . This, it was sumitted, was a ntinimum requirement of political ethics . The "monstrosity" was not - 181 - Simon Wiesenthal having made this a point of discussion, but Bruno Kreisky's wish to remove it from discussion . Mr Kreisky was very strongly criticised for his attacks on Mr Wiesenthal in this context . Mr Kreisky subsequently brought a private prosecution against the applicant because he considered certain passages of the articles (including the words underlined above) as defamatory and contrary to section lll of the Penal Code . Subsection (1) of this section makes it a criminal offence to state before others that a person has contemptible features or attitudes, or to accuse him of dishonest behaviour or of behaviour contrary to good morals which is liable to scorn, or to degrade him in the public opinion . By virtue of subsection (2) the otfence is aggravated if it is committed in print or broadcast or otherwise iu such a manner that the defamation becomes accessible to a broad public . A persou will not be punished if it is shown that the allegation made is true (subsection (3)) . According to section 112 the burden of proof is on the defendaut party . Ou 26 March 1979, the Regional Court of Vienna convicted the applicaut of the offence of defamation under section 111 (2) of the Penal Code in respect of'the use of the expressions "ugliest opportunism", "immoral" and "uudiguitied". The court found that he had not offered proof of the truth of the designation "ugliest opportunism" and it considered that he had failed to prove the truth ot the terms "immorat" and "undignified" . The applicant was however acquitted in respect of the use of some other words ("minimum requirement of political ethics", "monstrosity") which in the court's opinion were not defamatory of Mr Kreisky in the context in which they had been used . The applicant was sentenced to a fine of AS 20,000,- the fact that he had intended political criticism and that the tolerance for defamation concerning top potiticians should be greater than that of other people being considered as grounds t'or mitigation . The court refrained from awarding a compeusation to Mr Kreisky in view of the applicant's good faith . Both the private prosecutor and the applicant appealed from this judgment. However, the Vienna Court of Appeal did not consider it necessary to deal with the substance of those appeals . By a decision of 30 November 1979 it quashed the above judgment on the ground that the court had failed to investigate Mr Kreisky's legitimation to bring a private prosecution in the present case. If he had been attacked in his capacity of Federal Chancellor, he would have lacked this legitimation unless a public prosecution under section 117 of the Penal Code had been refused by the competent authority . The Regional Court therefore held a new trial on I April 1981 in which it investigated in particular the circumstances under which Mr Kreisky had made the statements criticised by the applicant in his articles . It found that Mr Kreisky had been attacked in his private capacity and as a party leader, -182- and not in his of7icial function of Federal Chancellor . His legitimation to bring a private prosecution was therefore confirmed . As to the qualification of the applicant's acts under section 111 (2) of the Penal Code, the court fully contirmed its earlier judgntent of 26 March 1979 . Both parties appealed again to the Vienna Court of Appeal. By its final decision o( 29 October 1981, that court reduced the applicant's fine to AS 15,000 .-, but in principle confirmed the Regional Court's decision . It stated that the term "ugliest opportunism" was detrimental to the name of Mr Kreisky and had not been proven to be true . With regard to the terms "immoral" and "undignified" the Court of Appeal rejected the submission of the applicant that he could derive from Article 10 of the Convention a right to otter a personal value judgment of given facts . In the opinion of the Court this interpretation tailed because Article 10 of the Convention provided for an extensive list of restrictions by law. Value judgments had therefore to remain within the limits marked by the penal provisions about the protection of houour. Thev hence had to be based on true facts justifying them . The private prosecutor being personally convinced of the fact that Wiesenthal was using Matia-methods, he could not be blamed to have acted without "morality" or "dignity" Complaints The applicant alleges a violation of Article 10 of the Convention guaranteeing his right to treedom of expression including the right to impart inforntation and ideas without interference by public authority . According to the applicant, the freedom of expression is not restricted to the reporting of facts, but includes the right to intpart personal views on facts, which means statements about any questions of scientif-ic, cultural, political or other nature, including value judgments . Restrictions of this freedom are only allowed within the limits of Article 10, paragraph 2 of the Convention . The applicant's rentarks in the magazine had been a personal opinion on uncontested facts, given in a calm and serious tone and it did not seem fair to punish him for this, while on the other hand the Federal Chancellor's observations about Wiesenthal could not be judged due to his immunity . THE LAW 1 . The applicant complains that his conviction for defamation of the Federal Chancellor, Mr Kreisky, was an inadmissible restriction of his freedom of expression and contrary to Article 10 of the Convention . - 183 - 2 . Insofar as it is relevant this provision reads as follow s "1 . Everyone has the right to freedom of expression . This right shall include freedom to hold opinions and to receive and impart information and ideas without interference by public authority and regardless of trontiers . 2 . The exercise of these freedoms, since it carries with it duties and responsibilities niay be subject to such tbrmalities, conditions, restrictions or penalties as are prescribed by law and are necessary in a democratic society . . . . for the protection of the reputation or rights of others . . .3 . The Commission notes that the respondent Government do not contes t that the applicant has exhausted the domestic remedies with regard to his above complaint, and that he has observed the six months time limit provided tor in Article 26 of the Convention . The Commission is therefore called upon to deal with the substance of this complaint . 4 . In this respect, the Commission notes first of all that the case concerns the exercise of the freedom of expression in the highly sensible area of political discussion . The applicant purported to criticise certain uncontested and publicly known behaviour of the private prosecutor in his function as a top politician and party leader. Insofar as an account was given of the relevant tacts, the applicant was not in any way restricted . However, insofar as he described the private prosecutor's above behaviour as being "ugliest opportunism", "immoral" and "undignified", it was found that these statements amounted to an offence of defamation under section 111 (2) of the Austrian Penal Code . 5 . There has therefore been an interference with the applicant's right to freedom of expression within the meaning of Article 10, paragraph 1 of the Convention, in particular his right to "hold opinions" and "impart ideas" which is expressly included in this provision . This interference, which took the particular form of the imposition of a criminal penalty, needs to be justified under the second paragraph of Article 10 . 6. In order to be compatible with the requirements of this provision, any restriction on the freedom of expression mus t a. be prescribed by law b . pursue one of the legitimate purposes enumerated in this provision, and c. be necessary in a democratic society having regard to the duties and responsibilities which this freedom carries with it . - 184 - 7. As regards (he first two conditions, the Commission is satistied that they were met iu the present case . The applicant's conviction was based on section 111 (2) of the Austrian Penal Code, and there is no appearance that the application of this provision was not in line with the relevant criteria of the Austrian law. The restriction of' the applicant's freedom of expression by the intposition of a penalty was therefore "prescribed by law", and it also pursued a legitimate purpose covered by Article 10, paragraph 2 of the Convention, uantely "the profectiou of the reputation of others" . There can be no doubt that this was (he aim of the applicable legal provision as such, and of its application iu the concrete case . 8. The turning point of the case is the question whether or not in the given circumstauces the restriction of the applicant's freedom of expression can be regarded as uecessary in a democratic society to achieve the above aim . In this respect, the Contmission has taken cognisance of both parties' submissious, in particular le Government's invocation of the margin of appreciation left to the domestic authorities, and the applicant's detailed description of the circumstances in which he made the incriminated statements, and his invocation of the role and function of the press in relation to the discussion of political ntatters such as those which formed the subject of these statements . In the light o( these subntissions, the Contmission has come to the couclusion that the applicant's complaint raises serious issues as to the interpretaliou and application of A rticle 10 of the Convention and that these issues cau ouly be deterntined after an examination of their me rits. The applicant's complaint canuot therefore be rejected as being manifes tly ill-t'ounded within the meaning ol' Article 27, paragraph 2 of the Convention . For these reasons, the Commissio n DECLARES THE APPLICATION ADMISSIBLE . (TRADUCTlOM EN FAIT Le requérant, représenté par Mes W. Masser, E . Grossmann et E. Klingsbigl, avocats à Vienne, a la nationalité autrichienne ; il est né en 1931 et réside à Vienne . II a déjà introduit une requête (N° 8803/79, Lingens et Leitgeb c/Autriche), qui a été déclarée irrecevable par la Commission le 11 décembre 1981 *. • D.R . 26 p. 171 - 185 - Dans la présente affaire, le requérant se plaint d'une condamnation pour diffamation par voie de presse (üble Nachrede, a rticle 111 (2) du code pénal), intervenue à la suite d'une procédure de citation directe intentée contre lui par M. Bruno K reisky (l'ex-Chancelier fédéral d'Autriche). M. Kreisky s'était estimé attaqué par deux articles publiés par le requérant dansle mag azine .Profil . (dont il est le rédacteur en chef) en octobre 1975 . Le 9 octobre 1975, dans une interview télévisée, M . Wiesenthal, Président du Centre de documentation juive, a accusé M . Friedrich Peter, Président du parti libéral autrichien (Freiheitliche Partei Osterreichs - FPfS) d'avoir appartenu pendant la seconde guerre mondiale à la première b rigade d'infante rie SS, unité qui avait à plusieu rs reprises liquidé des civils derrière le front russe . Le lendemain, M. Kreisky a été interrogé à la télévision sur ces accusations . II a soutenu vigoureusement le président du FPO et qualifié les activités de Wiesenthal de •mafia politique . ou de •méthodes de mafiosi ., visant non seulement M . Peter, mais aussi lui-même . Après ces déclarations, le requérant a publié les deux articles examinés . Le premier accompagnait un compte rendu des événements susmentionnés, notamment une enquête détaillée sur les activités de la première brigade d'infanterie SS, ainsi que sur les aspects connus du r81e joué par M . Peter dans cette unité . Celui-ci avait admis avoir appartenu à l'unité en question, mais avait nié avoir su quoi que ce soit des tueries . Il a été déclaré que rien ne permettait de supposer que M . Peter avait participé lui-même à des tueries, mais il a été soutenu que sa présence à l'époque dans l'unité le rendait insupportable comme homme politique autrichien . Dans l'article du requérant, M. Kreisky était accusé de protéger M . Peter pour des motifs politiques . Le requérant déclarait aussi que . de la pan de quelqu'un d'autre, pareil componement aurait été sans doute taxé d'opportunisme le plus vif, (Bei einem anderen würde man es wahrscheinlich übelsten Opportunismus nennen .). La substance du second article était qu'il serait dans l'intérêt de la société autrichienne de ne pas protéger ceux qui avaient commis des crimes graves pendant la période nazie. L'Autriche avait produit un nombre de criminels de guerre beaucoup plus élevé que ne représentait sa part dans la population du troisième Reich, -mais elle avait très peu fait à leur sujet . L'Autriche n'avait pas maîtrisé son passé ; elle l'avait ignoré. L'auteur soutenait que cette tolérance pouvait favoriser l'épanouissement de valeurs politiques susceptibles d'aider un futur parti fasciste à prendre le pouvoir. Et le requérant de poursuivre :•Mais ces réflexions sont très lointaines et relèvent de la spéculation . Au contraire, la longue succession des cabinets Bruno Kreisky est toute proche, trés concrète . A dire vrai, on ne peut pas réfuter le comportement de M . Kreisky de manière rationnelle, mais seulement de manière irrationnelle : c'est immoral et dépourvu de dignité (In Wahrheit kann man das, was Kreisky tut, auf rationale Weise nicht widerlegen . Nur irrational : es ist unmoralisch . Wgrdelos. .) . - 186 - Il découle du reste de l'article que le requérant en voulait à M . Kreisky particulièrement de son refus de voir en M . Peter une personne inacceptable comme homme politique et comme partenaire du Gouvemement autrichien . C'est là, soutenait le requérant, une exigence minimale de l'éthique en politique . .L'énormité» n'était pas que Simon Wiesenthal eut mis la question sur le tapis, mais que Bruno K reisky veuille l'en retirer. L'article critiquait vigoureusement M . Kreisky pour avoir attaqu' M . Wiesenthal à cet égard. M. K reisky a alors engagé des pou rsuites cont re le requérant, estimant que certains passages des articles (notamment les mots soulignés plus haut) étaient diffamatoi res et contraires à l'article 111 du code pénal . Le paragraphe let de cet article érige en infraction pénale le fait de dire devant autrui qu'une personne a un trait de caractère ou un compo rtement méprisable, ou de l'accuser d'une malhonnêteté ou d'un comportement contraire aux bonnes moeurs, susceptibles de le rabaisser devant l'opinion publique . Aux termes du paragraphe 2, il y a circonstance aggravante si l'acte est commis par voie de presse ou de radiodiffusion ou de toute autre maniè re rendant la diffamation accessible à un large public. L'auteur n'est pas puni si l'asse rtion est démontrée vraie (par. 3). Selon l'article 112, la charge de la preuve incombe au défendeur . Le 26 mars 1979, le tribunal régional de Vienne a condamné le requérant du chef de diffamation conformément à l'article 111 du code pénal, pour avoir utilisé les expressions . opportunisme le plus vil ., . immoral . et . dépourvu de dignité .. Le tribunal a constaté en effet que le requérant n'avait pas offert de prouver la véracité de la qualification .opportunisme le plus vil ., et il a estimé qu'il avait échoué dans sa tenta tive de prouver celle des termes .immoral . et .dépourvu de dignité . . Le requérant a cependant été acquitté en ce qui concerne l'emploi de ce rtaines autres expressions (.exigence minimale de l'éthique en politique ., .énorrnité•) que le t ribunal n'a pas jugé diffamatoires pour M. Kreisky dans le contexte dans lequel elles avaient été employées . Le requérant a été condamné à une amende de 20 000 schillings autrichiens, le juge ayant admis comme circonstance a tténuante le fait que le joumaliste avait voulu formuler une c ritique politique et que la tolérance en matière de diffamation des personnalités politiques doit êt re plus grande que lorsqu'il s'agit de gens ordinai res. Le tribunal s'est abstenu d'accorder des dommages-intérêts à M . Kreisky, eu égard à la bonne foi du requérant . Le plaignant et le requérant ont tous deux fait appel de ce tte décision. La Cour d'appel de Vienne n'a cependant pas jugé nécessaire d'examiner ces appels au fond. Par une décision datée du 30 novembre 1979, elle a cassé la décision susmentionnée au motif que le tribunal n'avait pas contrôlé si M. Kreisky était habiGté à intenter une procédure de citation directe en l'espèce . S'il avait été a ttaqué comme Chancelier fédéral, il n'aurait pas été habilité à ce faire, à moins que l'exercice de l'action publique, conformément à l'article 117 du Code pénal, n'eût é té refbsée par l'auto rité compétente. - 187 - Le tribunal régional a tenu en conséquence une nouvelle audience le 1e1 avril 1981, dans le cadre de laquelle il a examiné en particulier les circonstances dans lesquelles M . Kreisky avait fait les déclarations incriminées par le requérant dans ses articles . Il a estimé que M. Kreisky avait été attaqué en sa qualité de particulier et de dirigeant de parti, et non en sa qualité officielle de Chancelier fédéral. Son droit d'ag'v par citation directe a donc été confirmé. Quant à la qualification des actes du requérant au regard de l'article 111 (2) du Code pénal, le tribunal a entièrement confirmé son jugement antérieur du 26 mars 1979 . Les deux parties ont fait de nouveau appel devant ta Cour d'appel de Vienne. Par sa décision finale du 29 octobre 1981, la cour d'appel a réduit à 15 000 Schillings autrichiens l'amende du requérant, mais a confirmé dans son principe la décision du tribunal régional . Elle a déclaré que l'expression • opportunisme le plus vi1 . portait atteinte à la réputation de M . Kreisky et que la véracité de cette assertion n'avait pas été prouvée . En ce qui concerne les termes • immoral . et • dépourvu de dignité ., la Cour d'appel a rejeté la thèse du requérant selon laquelle il pouvait puiser dans l'article 10 de la Convention uh droit de porter un jugement de valeur personnel sur des faits donnés. Selon la Cour, cette interprétation n'était pas correcte car l'article 10 de la Convention prévoit dans une longue liste de restrictions légales . Les jugements de valeur doivent en conséquence rester à l'intérieur des limites fixées par les dispositions pénales sur la protection de l'honneur . Ils doivent donc être fondés sur des faits exacts les justifiant . L'auteur de la citation directe étant personnellement convaincu que M . Wiesenthal recourait à des méthodes de mafiosi, on ne pouvait pas lui reprocher d'avoir agi sans • moralité . ou • dignité • . GRIEFS Le requérant allègue une violation de l'article 10 de la Convention reconnaissant son droit à la liberté d'expression, y compris le droit de communiquer des informations ou des idées sans qu'il puisse y avoir ingérence d'autorités publiques . Selon le requérant, la liberté d'expression ne se limite pas au droit de rendre compte de faits, mais englobe celui de communiquer des opinions personnelles sur des faits, ce qui implique des déclarations sur toute question de nature scientifique, culturelle, politique ou autre, y compris des jugements de valeur. Des restrictions à cette liberté ne sont autorisées que dans les limites de l'article 10, paragraphe 2 de la Convention . - 188 - Les remarques formulées par le requérant dans le magazine avaient représenté une opinion personnelle sur des faits incontestés, formulée sur un ton calme et sérieux, et il ne paraissait pas équitable de le sanctionner pour cela ; d'un autre côté, les observations du Chancelier fédéral au sujet de M . Wiesenthal ne pouvaient pas être jugées en raison de son immunité . EN DROIT 1 . Le requérant se plaint que sa condamnation pour diffamation de M . Kreisky, Chancelier fédéral, a représenté une restriction inadmissible à sa liberté d'expression, contraire à l'article 10 de la Convention . 2. Cette disposition, pour autant qu'elle est pertinente, est ainsi libellé e • 1 . Toute personne a droit à la liberté d'expression . Ce droit comprend la liberté d'opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu'il puisse y avoir ingérence d'autorités publiques et sans considération de frontières . . . . . 2. L'exercice de ces libertés comportant des devoirs et des responsabilités peut être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions, prévues par la loi, qui constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique ... à la protection de la réputation ou des droits d'autrui. . . .. 3 . La Commission note que le Gouvernement défendeur ne conteste pas que le requérant ait épuisé les recours internes en ce qui concerne le grief susmentionné et qu'il ait respecté le délai de 6 mois prévu à l'article 26 de la Convention. La Commission est donc appelée à examiner ce grief au fond . 4 . A cet égard, la Commission note en premier lieu que l'affaire porte sur l'exercice de la liberté d'expression dans le domaine très sensible du débat politique . Le requérant souhaitait critiquer un certain comportement publiquement connu et incontesté de l'auteur de la citation directe dans ses fonctions d'homme politique de premier plan et de dirigeant de parti . Dans la mesure où il a été rendu compte des faits pertinents, la liberté du requérant n'a été aucunement restreinte . Mais pour autant qu'il décrivait le comportement susmentionné de l'auteur de la citation directe comme traduisant .l'opportunisme le plus vil . ou comme •immoral . et •dépourvu de dignitié ., il a été constaté que ces déclarations constituaient un délit de diffamation conformément à l'article 111 (2) du code pénal autrichien . 5 . II y a donc eu ingérence dans l'exercice du droit du requérant à la liberté d'expression, au sens de l'article 10, paragraphe 1, de la Convention, en particulier se don droit à la •liberté d'opinion . et à celle de .communiquer des idées ., qui est expressément prévue par cette disposition . Cette ingérence, qui a pris la forme particulière de l'imposition d'une sanction pénale, doit être justifiée sous l'angle du second paragraphe de l'article 10. -189- 6. Pour être compatible avec les exigences de cette disposition, toute restriction à la liberté d'expression doit a. être prévue par la lo i b. poursuivre un des objectifs légitimes énumérés dans cette dispôsition, et c. être nécessaire dans une société démocratique eu égard aux devoirs et responsabifités qû entraine l'exercice de cette liberté . 7 . En ce qui concerne les deux première conditions, la Commission est convaincue qu'elles sont réunies en l'espèce . La condamnation du requérant a été fondée sur l'article 111 (2) du code pénal autrichien et rien n'indique que l'application de cette disposition n'ait pas été conforme aux critères pertinents du droit autrichien. La restriction apportée à la liberté d'expression du requérant par l'imposition d'une sanction était donc .prévue par la loi . et poursuivait un objectif légitime visé par l'article 10, paragraphe 2, de la Convention, à savoir la . protection de la réputation d'autrui . . Il ne fait pas de doute que ceci était l'objectif de la disposition légale applicable, ainsi que de son application en l'espèce .8 . Le point essentiel est celui de savoir si dans les circonstances données, l a restriction à la liberté d'expression du requérant peut être considérée comme nécessaire dans une société démocratique pour parvenir à l'objectif susmentionné. La Commission a pris connaissance à cet égard des exposés des parties, en particulier de ce que le Gouvernement a invoqué la marge d'appréciation laissée aux autorités nationales, de la description détaillée donnée par le requérant des circonstances dans lesquelles il a fait les déclarations incriminées, et du fait que le requérant a fait mention du rôle et de la fonction de la presse concemant le débat sur les questions politiques, comme celles qui constituaient le thème de ces déclarations . A la lumière de cette argumentation, la Commission est pa rvenue à la conclusion que le grief du requérant soulève de graves questions quant à l'interprétation et à l'applica tion de l'article 10 de la Convention, questions dont la solution nécessite un examen au fond. Le grief du requérant ne peut donc être rejeté comme manifestement mal fondé au sens de l'àrticle 27 (2) de la Convention. Par ces motifs, la Commission DÉCLARE LA REQUÊTE RECEVABLE . -190-